Accueil / FAITS DIVERS / POUR AVOIR DISTRIBUÉ DES PHOTOS DE SON EX-AMIE NUE Mouctar Diallo condamné à un an ferme

POUR AVOIR DISTRIBUÉ DES PHOTOS DE SON EX-AMIE NUE Mouctar Diallo condamné à un an ferme

Attrait à la barre, hier, pour répondre des délits de captage frauduleuse de données informatiques appartenant à autrui et distribution d’images à caractère pornographique contraire aux bonnes mœurs, Mouctar a été reconnu coupable. Il a été condamné à un an ferme en plus d’une amende de deux millions de nos francs.

Mouctar Diallo a été déclaré, hier, coupable des délits de captage frauduleuse de données informatiques appartenant à autrui et distribution d’images à caractère pornographique contraire aux bonnes mœurs. Sur ce, il a été condamné à un an d’emprisonnement ferme en plus d’une de deux millions de nos francs. S’agissant des faits, la nommée Khardiata Diallo avait quitté sa Guinée natale pour venir poursuivre ses études au Sénégal. Ainsi, a-t-elle rencontré un certain Mouctar Diallo qui va devenir plus tard son copain. A la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, la dame a expliqué que le mis en cause s’est présenté devant lui comme étant un agent des renseignements généraux en Guinée. Et, qu’il avait des bisbilles avec les autorités guinéennes d’où sa présence au Sénégal. C’est dans ces circonstances qu’ils sont devenus amis avant de sortir ensemble. Lors de leur vie de couple, la dame faisait tout pour faire plaisir à son copain. « J’ai gagné sa confiance et je faisais tout pour lui. Malheureusement, lorsqu’on a eu des problèmes, il a envoyé mes photos sur lesquelles j’étais nue à ma sœur et à un ami. Il a menacé de les publier sur les réseaux sociaux si je renonce à notre mariage », a déclaré la dame à la barre. Avant de poursuivre : « Mouctar m’a également menacée de dire à ma mère que je sortais tout le temps et que je étais une femme de mœurs légères. Il  m’a aussi dit qu’il est commerçant et depuis qu’il est là, c’est moi qui le prenais en charge ».

Prévenu : «elle a pris les photos au moment où nous entretenions des relations intimes »

C’est sur ces entrefaites qu’une réunion de famille a été convoquée. Une rencontre au cours de laquelle le mis en cause a décidé de supprimer toutes les photos. Cependant, quelques jours plus tard, il a publié d’autres photos parce que la dame lui réclamait son argent. « On s’est connus il y a plus de 2 ans et notre relation n’a duré qu’un an. Il a pris les photos pour me dire qu’il allait me détruire. Il était mon fiancé et ça me surprend de l’entendre dire que c’est moi qui ai renoncé à notre mariage », a soutenu Khardiata Diallo. Entendu à son tour, Mouctar a reconnu partiellement les faits. Sur une question de savoir pourquoi il a publié les photos, il a soutenu que c’est parce que la fille voulait le quitter. « Lorsque j’ai envoyé la photo à sa sœur, j’ai tout supprimé après. Malgré cela, la dame et sa sœur m’ont frappé. J’ai même des photos sur ça. Pour le mariage, j’ai renoncé parce que j’ai eu des relations intimes avec elle », a-t-il dit aux juges. Interrogé sur les photos, Mouctar a renseigné que c’est Khardiata qui les a envoyées par Messenger. « Elle m’a donné son mot de passe Facebook ainsi que sa carte bancaire lors de mon voyage à Bamako. J’ai eu à faire des retraits mais cela ne fait pas plus de 2 millions 500. S’agissant toujours des photos, c’est elle qui les a prises au moment où nous entretenions des relations intimes », a encore soutenu le prévenu.

La partie civile réclame 5 millions

Pour sa part, Fatoumata Bâ a été entendue en qualité de témoin dans cette affaire. Elle renseigne avoir affectivement reçu des photos de la part de Mouctar. « C’est une photo où Khardiata était complètement nue. Mouctar m’a envoyé une demande sur Facebook. On parlait beaucoup de l’Islam. C’est la raison pour laquelle j’ai été surprise lorsqu’il a tenté de me draguer. Par ailleurs, l’avocat de la partie civile a déclaré que le mis en cause a commis cet acte pour éviter à la plaignante de rentrer dans ses fonds. « Il a réussi à gagner la confiance de la fille et de toute sa famille. C’est pour avoir un passeport qu’il s’en est ouvert à la dame qui lui a remis sa carte gab. Comme El hadji (celui qui devait régler le passeport) n’existe pas, elle a tenté de mettre fin à la relation », a dit la robe noire selon qui, le prévenu amadoue les filles avec le Coran. « Il faut ordonner son expulsion parce qu’il est dangereux pour les filles de ce pays. Toutefois, nous demandons de recevoir notre constitution de partie civile et de nous allouer la somme de 5 millions à titre de dommages et intérêts. Pour le maître des poursuites, le mis en cause n’avait pas l’intention d’épouser la fille parce qu’il cherchait d’autres victimes. Son intention était de nuire à l’image de la victime. C’est ainsi qu’il a demandé au tribunal de le déclarer coupable car, ce sont des faits qui portent atteinte à l’intégrité de la personne. Et pour la peine de le condamner à un an de prison ferme. Pour terminer, la défense estime que la fille était consentante. Sur ce, il a plaidé pour une application bienveillante de la loi. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu le prévenu coupable et l’a condamné à un an ferme et deux millions à allouer à la partie civile.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Thiès : Le corps d’un bébé découvert dans un dépôt d’ordures

Horreur à Thiès. Le corps sans vie d’un nouveau-né de sexe masculin,  a été découvert …

Les agresseurs du policier risque 15 ans ferme

A bord de leur scooter, Babacar et Cie agressaient les honnêtes citoyens. Malheureusement pour eux, …