Accueil / ACTUALITES / DIVISION DANS LES RANGS DE L’APR : Le coordonnateur communal de Malika au banc des accusés

DIVISION DANS LES RANGS DE L’APR : Le coordonnateur communal de Malika au banc des accusés

En sit-in à Malika, les militants et militantes du parti de Macky se disent mécontents des agissements du coordonnateur communal. Les apéristes l’accusent de diviser l’Alliance pour la République au niveau de cette localité. Ainsi, sollicitent-ils l’intervention des hauts responsables dudit parti avant l’élection présidentielle.

D’après Ousmane Dia, responsable des jeunes de la Cojer de Malika, « la division qui existe au sein de l’Apr dans cette commune, est liée au comportement de Pape Ka qui est le coordonnateur communal. Il existe un groupe de jeunes, qui est en train de faire des sorties au nom de la Cojer, alors que les représentants de cette structure ne sont plus préoccupés que pour mener des campagnes de sensibilisation pour la réélection de Macky Sall à la tête du Sénégal pour un second mandat», déclare Ousmane Dia, qui poursuit : « ces jeunes ont été pilotés par Ndiogou Sow qui s’active dans le foncier. Un forum, dont ce dernier fait partie des initiateurs, va être organisé sans l’implication de la Cojer. Ndiogou Sow a des démêlés avec la justice pour bradage des terres de cette commune. La défaite que l’Apr avait enregistrée à Malika lors des élections locales passées ne doit pas être répétée. Le parti a besoin des personnes qui sensibilisent les populations par rapport aux projets-phare que le gouvernement en place est en train de réaliser, surtout au niveau de la banlieue. Le rôle d’un coordonnateur devrait être de réunir les frustrés et non de les chasser de l’Apr pour des fins personnelles. Il y a risque si les hauts responsables ne descendent pas à la base pour solutionner le problème », expliquent les membres de la Cojer par la voix d’Ousmane Dia. Les jeunes interpellent des responsables du département de Pikine comme Abdoulaye Timbo, Ndiaga Thiam, Pape Ndong, Farmata Mactar Ndiaye et la coordonnatrice nationale de la Cojer pour que Pape Kâ, qui entretient des relations avec Ndiogou Sow, soit recadré », dira toujours Ousmane Dia, le porte-parole du jour. Ces jeunes ont pris la parole à tour de rôle. Selon Habiboulaye Kâ, « le forum qui va être organisé à Malika n’est pas l’affaire de la Cojer. Le coordonnateur communal de l’Apr doit être rappelé à l’ordre par le président de la République. Pape Kâ a exclu les militants de la première heure pour le compte des transhumants. Ce qu’il vient de commettre est lion d’être un engagement politique. La Cojer, qui s’était unie, a été aujourd’hui divisée en morceaux à cause de Pape Kâ. Il monte une partie de la jeunesse pour se ranger derrière un promoteur foncier, qui a des problèmes avec la justice et la communauté Lébou de Malika pour bradage illégal des terres de la commune », dénonce pour sa part M. Kâ. Toujours est-il que pour Ndiog Tine qui est membre de la Cojer de Malika, « ce sont tous les responsables de l’Apr qui ont été alertés pour que Pape soit ramené à la raison. Le coordonnateur communal, qui a été récompensé, militait à Fatick. Il n’a pas voté lors du premier tour, ni au deuxième tour pour l’Apr. C’est après les législatives qu’il s’est transféré à Malika mais depuis lors, Pape crée des clans au sein de l’Apr. Les hauts responsables n’ont qu’à vérifier », souligne M. Tine selon qui, « ceux qui ont été laissés en rade ont participé avec Macky Sall à des tournées à l’intérieur du pays pendant des moments difficiles, avant qu’il ne soit président de la République du Sénégal ». Il y ajoute que : « les problèmes des « Apéristes » de Malika ont commencé lorsque la première Dame a subventionné toutes les femmes de la commune. Certains militants avaient été interdits de s’inscrire sur les listes électorales lors des locales passées. C’est ce qui explique la défaite de l’Apr dans cette localité. Une situation qui est à l’origine de la démission de beaucoup de militants de l’Apr pour rallié d’autres formations politiques mais aujourd’hui, les personnes frustrées sont revenues dans le parti après avoir été sensibilisées. Il y a risque pour l’Apr, si ce problème qui divise les responsables de la commune, n’est pas résolu par les hauts responsables de l’Apr », dénonce M. Tine, en présence de ses camarades.

Nos tentatives de joindre les deux personnes citées par les jeunes républicains, à savoir Pape Kâ et Ndiogou Sow, pour les interroger sur les accusations portées sur leurs personnes, à plusieurs reprises, sont restées toutes vaines.

S’il existe un responsable politique, qui a des problèmes au sein de sa base, c’est bien le coordonnateur communal de l’Apr à Malika. Ce dernier a été cité dans beaucoup de cas qui divisent les « Apéristes » dans cette localité. Après les jeunes, ce sont les femmes à leur tour, qui dénoncent lors d’une manifestation qui avait été tenue dans cette commune, le comportement de Pape Kâ, vis-à-vis des « Apéristes » et des populations de Malika.

Selon Natou Koité dit Mme Cissé, porte-parole des femmes de cette commune, « ce sont toutes les femmes de Malika qui ont d’énormes difficultés pour s’entendre. Il y a le nommé Mme Diao qui est la responsable des femmes de la commune et qui a été manipulée par Pape Kâ. Cette dame ne concerte pas les femmes de la commune. Elle prend des décisions solitaires avec le coordonnateur communal sans aviser les femmes qui restent. En tant que responsable des femmes, Mme Diao devrait connaitre d’abord les besoins des populations et la réalité de Malika, puisqu’elle ne s’entend pas avec les mouvements féminins de la commune », dira Mme Koité qui déclare que : « mère Diao ne rend pas visite aux femmes de Malika pour s’acquérir de leurs doléances. L’unité qui existe à Malika est l’œuvre des vrais artisans de l’Apr et non pas par Pape Kâ et sa bande ». Selon Mme Koita, « ce sont les jeunes et les femmes qui animent le parti dans cette localité. Et ce sont encore les responsables des femmes de l’Apr qui ont été interpelées pour intervenir afin que leurs sœurs de Malika soient mieux considérées dans l’Apr où elles militaient ensemble depuis 2008. Au cas échant, notre parti risque de perdre les élections présidentielles à venir ».

Joint au téléphone par Rewmi, Mme Diao n’a pas décroché son appareil cellulaire. Il faut signaler que pour mieux massifier l’Apr à Malika, les femmes de cette commune se sont réunies autour d’une structure dénommée : Convergence des Sentinelles Républicaines pour mener des campagnes de sensibilisation à l’endroit des populations, afin de vulgariser les chantiers de l’Etat. Et Mme Koité d’ajouter que : « le seul souci des « Malikois », c’est Pape Kâ qui est en traine de diviser les responsables et militants « Apéristes » de la commune.

Sada Mbodj

À voir aussi

PAUVRETE ET INSECURITE ALIMENTAIRE- Les entraves à l’éradication de la faim d’ici 2030

La pauvreté et l’insécurité alimentaire sont de plus en plus intenses en Afrique subsaharienne. Cette …