SOCIETE

DIVORCÉE ET MÈRE D’UN ENFANT DE 13 ANS- K Diallo, sa sœur et son copain soldent leurs comptes à la barre

  • Date: 20 avril 2016

Le président du Tribunal des flagrants délits a jugé, hier, une affaire de détournement de mineure, pédophilie et avortement clandestin. Tout a commencé avec la plainte déposée par le prévenu contre la sœur de sa petite amie pour avortement clandestin.

Une rocambolesque affaire de détournement de mineure et pédophilie a atterri, hier, sur la table du président du Tribunal des flagrants délits de Dakar. Les faits : Il ressort des débats d’audience que c’est le prévenu lui-même qui avait porté plainte contre la sœur de sa petite amie pour avortement clandestin. Cependant, constatant que la fille de ses rêves est une mineure âgée seulement de 13 ans, les limiers ont arrêté le plaignant pour les délits de détournement de mineure et pédophilie.  À la barre du tribunal, hier, la victime, K. Diallo par ailleurs petite amie du prévenu, a donné sa version des faits. Sur l’avortement clandestin dont son copain a fait montre, la victime explique que sa sœur M. Diallo ne lui a donné aucun médicament traditionnel pour interrompre sa grossesse. Elle indique l’avoir perdu involontairement avant d’informer qu’elle a juste 13 ans. Et à cet âge, K. Diallo est divorcée et mère d’un enfant de 2 ans.  Pour sa part, M. Diallo est poursuivie pour avortement clandestin. Devant les juges, elle déclare : « C’est lorsque ma petite sœur a commencé à saigner que j’ai su qu’elle était en état de grossesse. Mais, je ne lui ai pas donné de médicaments traditionnels. C’est elle-même qui a pris l’initiative de se les procurer pour interrompre sa grossesse ». Selon toujours M. Diallo, elle n’a jamais connu le prévenu A. Bâ.

La fille a menti sur son âge…?

Sans avocat, A. Bâ a reconnu devant les juges qu’il a fait la connaissance de K. Diallo, il y a de cela 3 mois. Non sans savoir l’âge exact de cette dernière. Selon lui, la petite lui a simplement dit qu’elle avait divorcé. Sur ce, ils sont sortis ensemble avant d’entretenir, à trois reprises, des rapports sexuels. C’est plus tard qu’il s’est rendu compte de son état de grossesse. «  J’ai reconnu la paternité de l’enfant et j’avais même commencé à payer les frais d’hôpitaux. Mais un jour, sa grande sœur est venue me demander de l’argent pour interrompre la grossesse. Ce que j’avais refusé d’ailleurs », a déclaré le prévenu. Avant de continuer : « Quelques semaines plus tard, j’ai eu écho de l’interruption de la grossesse. C’est sur ces entrefaites que j’ai porté plainte contre sa grande sœur au commissariat de Grand Dakar pour avortement clandestin ».

Par ailleurs, les débats d’audience ont fini de révéler que la petite K. Diallo est âgée de 19 ans au moins. Invité à faire ses réquisitions dans cette affaire, le maître des poursuites a reconnu la sœur de la petite fille coupable avant de requérir 1 an dont 3 mois ferme contre elle. Pour A. Bâ, le parquetier a demandé sa relaxe purement et simplement. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu M. Diallo coupable avant de la condamner à 6 mois dont un mois ferme. Pour A. Bâ, il a été relaxé purement et simplement.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15