Accueil / Education / Dossier fuites au BAC- Les auditions au fond entamées depuis mercredi

Dossier fuites au BAC- Les auditions au fond entamées depuis mercredi

Du nouveau dans l’instruction du dossier des personnes inculpées dans l’affaire des fuites à l’examen du Baccalauréat 2017. Le doyen des juges d’instruction a, en effet, entamé les auditions au fond depuis ce mercredi. D’après nos sources, au total sept personnes ont été entendues ces deux derniers jours. Il s’agit des accusés Dame Lô, Baye Talla Diallo, Saliou Sarr, Ablaye Ndour et Djibril Kébé, entres autres. Nos informateurs renseignent que le face-à-face avec le juge Samba Sall se poursuit aujourd’hui.

Dans cette affaire, 43 personnes ont été inculpées, mais 17 personnes seulement sont placées sous mandat de dépôt. Le reste est sous contrôle judiciaire. Elles sont inculpées pour les faits d’association de malfaiteurs, de fraude aux examens et concours, obtention frauduleuse d’avantages matériels indus et complicité. Etant donné que la fraude était motivée par des raisons financières, puisque les épreuves étaient monnayées entre 25 000 et 200 000 F Cfa, le juge Samba Sall a aussi retenu le délit de blanchiment contre eux. Il s’agit du proviseur du lycée de Kahone Mamadou Djibril Dia ainsi que les 3 autres enseignants et 3 agents de l’Office du Baccalauréat. Trois bacheliers de 2016 figurent parmi les suspects, de même que des étudiants et d’autres personnes issues de différentes catégories socio-professionnelles.

Vingt-trois candidats sont également inculpés, mais ils sont tous en liberté provisoire. Les mis en cause ont été arrêtés par la Division des investigations criminelles (Dic) pour certains et la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane pour d’autres. Ces deux entités ont été actionnées par le procureur de la République après le scandale né de la fuite sur les épreuves de français et d’Histo-Géo. En fait, les épreuves étaient entre la main de certains candidats avant même qu’ils n’entrent en salle. Tout compte fait, il y a eu reprise de ces matières incriminées puis la machine judiciaire a été enclenchée.

À voir aussi

Plaidoyer pour l’inscription « massive » et le maintien des élèves à l’école

Le secrétaire général de l’Agence d’aménagement et de promoion des sites industriels (APROSI), Bohoum Sow …

un institut francophone lancé à Dakar pour former 100 000 enseignants sur 10 ans

L’Institut de la francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF), dont les locaux ont été …