ACTUALITE

Dr Pierre Perich, médecin légiste «Au Tchad, des personnes ont été tuées par des traumatismes liés à des projectiles d’arme à feu»

  • Date: 9 octobre 2015

 Un expert balistique et un médecin légiste ont été, hier, à la barre des Chambres africaines extraordinaires. José Manuel Pachon et Dr Pierre Perich ont présenté le rapport balistique et médical sur les restes humains découverts sur les sites de Deli, Gadjira, Koumra etc.  

Les experts de l’équipe argentine d’anthropologie médico-légale ont été à la barre des Chambres africaines extraordinaires, hier, pour leur deuxième jour de présentation de leurs travaux de prospections, d’excavations et d’exhumations archéologiques effectués dans certaines localités tchadiennes. Médecin légiste de son état, Dr Pierre Perich a orienté son intervention sur les études faites sur les restes humains et les impacts de balles dans les squelettes. Devant les juges, hier, Dr Pierre Perich a indiqué avoir décelé des impacts de projectiles qui ont un rapport avec les projectiles d’arme à feu. Il abordait son rapport sur les lésions, côtes fracturées, tibias, fémurs ou péronés des cadavres qui auraient été tués par balle, alors que Hissein Habré était à la tête du pays. Cependant, il a reconnu que certains cadavres n’ont pas fait l’objet d’expertise à cause de l’altération des os. Dans sa conclusion, l’expert a indiqué que plusieurs cadavres ont été tués par des traumatismes liés à des projectiles d’arme à feu. Ces propos ont été confirmés par l’expert balistique José Manuel Pachon.

L’expert balistique renseigne sur les parties visées par les meurtriers

Face aux membres des Chambres africaines extraordinaires, l’expert par ailleurs membre de l’Institut de médecine légale de Bogota (Colombie) a indiqué que les lésions constatées au niveau des structures osseuses sont causées par un projectile d’arme à feu sur la base de caractères physiques macroscopiques mesurables dans l’analyse balistique. Poursuivant son intervention, José Manuel Pachon est revenu, entre autres, sur les calibres et les cartouches utilisés par les présumés meurtriers.

« L’arme à feu la plus utilisée au Tchad au moment des faits, c’était le fusil d’assaut, avec la prédominance d’un calibre dénommé 7.62 x 39 et 7.59 x 51 », a déclaré l’expert qui a fait une classification des types d’armes utilisées. Il s’agit d’armes courtes, d’armes longues, de mitraillettes, de fusils d’assaut, etc. Il faut dire que l’expert a renseigné plusieurs orifices d’entrée et de sortie, après passage d’une arme à feu. Ce, en montrant les images de restes humains et d’habits à moitié abîmés. A l’en croire, l’analyse vestimentaire a révélé  99 offices d’entrée et 53 sorties. José Manuel Pachon a soutenu également que les victimes recevaient jusqu’à 10 balles. Les endroits ciblés par les tirs ont été le thorax, l’abdomen et les membres inferieurs. Pour mémoire, Hissein Habré est poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de torture présumés. Cependant, l’accuse refuse toujours de se prononcer devant les juges.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15