Accueil / Uncategorized / Drapeau du chef de l’Etat – sacre du Kaolackois Ablaye Thiam

Drapeau du chef de l’Etat – sacre du Kaolackois Ablaye Thiam

Le lutteur Ablaye Thiam, connu sous le sobriquet de « Laye Ndiombor », a inscrit son nom au palmarès du drapeau de chef de l’Etat qui s’est achevé, samedi 5 mars, au stade Lamine Guèye de Kaolack. Le lutteur Kaolack a irrigué de bonheur son public en terrassant en finale le dakarois Abass Wade dit « Forza ». Cette victoire de la ruse sur la puissance a été le point d’orgue de ce rendez-vous annuel qui a connu un franc succès.
Auréolé du titre de champion d’Afrique par équipe à Niamey, Ablaye Thiam vient de succéder à Youssou Ndour en s’adjugeant, samedi 5 mai, de la onzième édition du drapeau du chef de l’Etat. Une compétition de trois jours durant laquelle cinquante lutteurs issus des onze régions du pays se sont rivalisé pour le gain de l’étendard synonyme de champion du Sénégal en lutte simple. La finale a été présidée par le ministre des Sports El Hadji Daouda Faye, en présence des autorités administratives et politiques de Kaolack et du président du Cng Alioune Sarr.

Cette manifestation a connu son apothéose avec le succès retentissant d’Ablaye Thiam alias Laye Ndiombor devant un stade Lamine Guèye plein comme un à « uf et bercé au son des sonorités culturelles de la région naturelle de Sine-Saloum. Recalé dans la catégorie des Légers, ce dernier a usé de sa technique et d’une bonne dose de ruse pour se hisser en finale de la compétition open doté du drapeau du chef de l’Etat. Cela, après avoir écarté sur son chemin, Malal Ndiaye (Saint-Louis) en quart de finale et surtout Léopold André Sarr avec qui il partage la même région.

Il parachèvera ce parcours en s’offrant Abass Wade de Dakar, celui qui a nettement plané sur ses autres concurrents. Devant ce longiligne et puissant adversaire, doublé de technicien, le mérite de« Laye Ndiombor » est d’avoir joué sur sa rapidité pour surprendre le dakarois qui avait utilisé en vain sa technique de balayage, son mouvement de hanche « Mbot » pour venir à bout de ses adversaires. Croyant sans doute fait le plus difficile, après l’inclination au sol de la tête de son adversaire, il sera déstabilisé par un contre venu de nulle part qui l’envoie à terre.

Une chute qui a soulevé une grande effervescence de joie au stade Lamine Guèye. Le Kaolackois de 84 kg venait d’être sacré champion du Sénégal toute catégorie. Le natif de Rufisque, Abass Wade, pouvait, quant à lui, se consoler du champion de sa catégorie des Lourds dans lequel il a exercé sa suprématie en prenant en finale le meilleur sur Malal Ndiaye de la région de Saint-Louis.

La finale de la catégorie des Légers, été une affaire de deux lutteurs venus de Palmarin mais représentant des régions différentes. Dans cette finale du reste très disputée, c’est Léopold André Sarr de Kaolack qui a eu le dernier mot pour terrasser le Ziguinchorois Samba Sow, incrédule devant la rapidité d’exécution de son vis-à-vis. En plus du trophée, le vainqueur du drapeau du chef de l’Etat a perçu une enveloppe de 2 millions de Fcfa contre1 million pour Abass Wade. Les lutteurs classés 3e et 4e reçoivent respectivement 600.000 Fcfa et 400.000 Cfa.

Pour les catégories des Lourds et Légers, les primes s’élèvent à 1 million pour le vainqueur, 500.000 F Cfa. 300.000 Fcfa et 200.000 Fcfa, respectivement pour les vice-champions et les lutteurs classés à la 3e et 4e place. Au-delà de la compétition, l’édition de Kaolack est perçue comme une rampe de lancement pour le Cng de lutte qui se sont attaché les services de l’agent marketing Pamodzi afin de booster la discipline et lui donner des moyens de sa promotion.

« Cette édition est un test grandeur nature pour le Cng. C’est la vitrine de la lutte traditionnelle qui est venu à Kaolack.Le niveau a été extrêmement élevé à l’image des lutteurs comme Ousmane Dieng, Léopold André et surtout Ablaye Thiam qui, avec un poids de 84 kg a réussi à battre un Abass Wade qui pèse 120 kg. Donc il y a un travail qui a été fait quelque part.

Ces différents lutteurs sont promis à un bel avenir. Nous organisons dans quelques semaines les championnats d’Afrique de lutte simple à Dakar et nous estimons que c’est l’occasion de solliciter l’appui des pouvoirs publics pour assurer le succès de cet événement international », confie Abdou Badji, directeur technique national. Une sollicitation qui a certainement eu un écho favorable chez le ministre des Sports qui a encore affiché sa disposition à promouvoir cette forme de lutte.

« Le Cng a fait un bon travail en organisant cette compétition à Kaolack qui est un vivier de lutteurs. La population est sortie pour soutenir les lutteurs. Nous pensons que la lutte traditionnelle est sur la voie et peut dépasser la lutte avec frappe », souligne El Hadji Daouda Faye.


À voir aussi

Maguette Diop renvoie Khalifa et Cie en audience spéciale

Depuis son arrestation le 7 mars dernier, Khalifa Sall est apparu en public pour la …

Richard Gere et Alejandra Silva : Déjà deux ans d’amour malgré les 34 ans d’écart !

Voilà déjà deux ans que Richard Gere et Alejandra Silva filent le parfait amour ! …