Accueil / CULTURE / Duggy Tee : ‘’le hip hop sénégalais est dans un état stationnaire »

Duggy Tee : ‘’le hip hop sénégalais est dans un état stationnaire »

Le rappeur Duggy Tee, lauréat du Meilleur Album solo de l’année 2006, Duggy Tee porte une appréciation mitigée sur l’évolution du hip hop sénégalais, estimant que celui-ci, ‘’à défaut d’avancer, est dans un état stationnaire, pour ne pas dire qu’il a beaucoup régressé ».
‘’C’est notre faute à tous », a-t-il reconnu dans un entretien exclusif accordé vendredi à l’Aps, attribuant la situation à une ‘’concurrence malsaine », au ‘’manque de complémentarité » et aux ‘’beaux sourires narquois ».

‘’Il y a aussi l’hypocrisie qui caractérise notre milieu. Tout le monde veut être leader, mais cela ne devrait pas se refléter sur scène. Il y a trop de sournoiserie dans le milieu », ajoute le musicien, membre fondateur du Positive Black Soul, un des pionniers du rap sénégalais aujourd’hui dissout.

Pour l’artiste qui s’apprête à sortir un nouvel album intitulé ‘’Fit », ‘’un leader doit s’affirmer dans ses lyrics, dans son travail, sur la qualité de ses produits, dans son comportement. ‘’De mon côté, je continue à faire des recherches et à travailler ma musique. Je ne dis pas que tout le monde n’est pas bon, les vrais artistes sont encore là, mais il y a trop de facilité », juge le rappeur.

Il plaide un ‘’réveil de l’âme du vrai hip hop, l’engagement sur les textes pour faire faire revenir la flamme de la folie hip hop des année 90 ».

Répondant à une question sur le piratage des œuvres musicales, Duggy invite les pouvoirs publics à prendre des ‘’mesures draconiennes et sévères à l’encontre des pirates ». ‘’La piraterie, dit-il, ce n’est pas le fait des petits revendeurs à la sauvette qui ne sont que l’ombre des grosses industries de production, des gros caïd de la piraterie qui les emploient, explique le musicien. Ce que ces derniers font c’est du vampirisme. Ils nous sucent ».

D’après lui, ‘’toutes les sensibilités du milieu de la musique souffrent de ce laisser-aller touchant à tous les volets de la production musicale ». ‘’J’ai des doutes quant au devenir de notre génération, à cause de l’hypocrisie que l’on vit au quotidien », relève le musicien.

‘’Depuis les indépendances, le pays a du mal à décoller. Nos gouvernants ne nous disent pas la vérité et j’ai peur que le slogan +Sénégal, pays de la Téranga+ ne soit un jour +Sénégal pays de la Terre en bas+ parce que nos dirigeants digèrent plus qu’ils ne gèrent ».

‘’Va-t-on vers l’apocalypse », s’est interrogé l’auteur de +Waajur. ‘’Les voitures de luxe, les palaces, le gâchis constaté dans les réunions et autres meetings politiques côtoient la cherté de la vie, la dégradation des mœurs, le manque d’eau et d’électricité et cela favorise forcément la dépravation des mœurs, encourage l’usage de la drogue et la prostitution, les vols et agressions. Même les commerçants ne s’en sortent plus ».

Duggy Tee en appelle à ‘’une réaction pacifiste du peuple, pour combattre l’obscurantisme qui tue les plus faibles et continue de ternir l’image de l’art et partant du Sénégal ».

 »Fit », l’album que Duggy Tee s’apprêtre à mettre sur le marché, est le deuxième volet d’une trilogie débutée en 2005 avec ‘’Ngëm » (foi) et qui devrait s’achever prochainement par ‘’Jom ».


À voir aussi

Décès de Lilyan Kesteloot, spécialiste des littératures négo-africaines contemporaines

L’universitaire et chercheuse belge Lilyan Kesteloot, spécialiste des littératures négro-africaines francophones, est décédé mercredi à …

Thione Seck s’épanche- Les Faux billets, Modou Kara, Youssou Ndour – Le lead vocal du Raam daan dit tout

Absent de la scène musique depuis quelques temps, Thione Seck compte signer son retour avec …