Accueil / SOCIETE / Eau potable, salles de classe, routes… : Le Pndl injecte 1,93 milliard de francs Cfa dans 32 collectivités locales

Eau potable, salles de classe, routes… : Le Pndl injecte 1,93 milliard de francs Cfa dans 32 collectivités locales

Les sommes attendues par les trente-deux collectivités locales de la région de Kolda sont importantes. Et cela fait saliver déjà. Mais, le Programme national de développement local aura les yeux ouverts sur la gestion de cet argent destiné à l’hydraulique, à la santé et à l’éducation.

Source Walf fadjri
(Correspondance) – Les trente-deux présidents de conseil rural et maires de la région de Kolda ont paraphé, vendredi dernier, les conventions de financement les liant au Programme national de développement local (Pndl). La cérémonie, présidée par Mouhamadou Lamine Faye, représentant le gouverneur de Kolda, passe pour décisive. Car elle marque le point de départ de la réalisation des infrastructures socio-économiques dans les différentes collectivités locales. ‘Ce financement destiné aux collectivités locales porte sur la somme de 1,93 milliard de francs Cfa. Les secteurs visés sont l’hydraulique, l’éducation et la santé’, a expliqué Cheikh Awa Balla Fall, secrétaire exécutif du Pndl. ‘D’autant que, précise-t-il, l’objectif essentiel du Pndl est d’améliorer l’offre des services sociaux de base’. Ces secteurs ciblés sont identifiés par les plans locaux de développement dans les différentes localités. Il s’agit donc de préoccupations exprimées par les populations à la base.

Dans la complainte quotidienne des populations, des questions relatives à l’accès à l’eau, à l’enclavement ou à des salles de classes sont récurrentes. A Saré Niyyel, village situé dans la communauté rurale de Coumbara (60 km à l’est de Kolda), des intervenants à un meeting socialiste ont demandé des moulins et un… forage. Cette doléance est générale dans les campagnes koldoises. A Badion, village situé à une vingtaine de kilomètres de Mampatim (68 km à l’est de Kolda), la piste reliant la localité à la route nationale n° 6 a été témoin de drames de l’accouchement. Des parturientes en évacuation à Kolda ont fini par mourir. Pour s’en plaindre, les populations ont marché.

C’est donc un soulagement pour les populations qui avaient déjà formulé la demande qui de route, qui de puits ou de forage. ‘Si le Pndl vient nous apporter plus d’un milliard pour la santé, l’hydraulique rurale et l’éducation, cela va tirer d’affaire les collectivités locales’, témoigne Mamadou Lamine Dramé, président du Conseil régional de Kolda.

‘Six cents millions de francs Cfa seront virés dans les comptes des collectivités dès que les conseils ruraux et municipaux auront approuvé les conventions de financement avec le Pndl’, affirme le patron du Pndl. Une précision de taille, les collectivités locales n’empochent pas la même enveloppe. La discrimination est fondée sur des critères relatifs à la démographie, la superficie et le niveau de pauvreté. Et ce sont des indicateurs déterminés par des techniciens.

Seulement voilà, une grosse difficulté pourrait réfréner l’enthousiasme des bénéficiaires. Le trésor de Kolda fait, en effet, face depuis près de trois mois à une tension financière. Le conseil régional en fait présentement les frais. Attributaire de 452 millions de francs Cfa dans le cadre du Programme d’appui aux régions, l’institution n’a pas jusque-là empoché un seul sou. Une quarantaine de sessions de formation est prévue. Mais, une seule activité a pu être déroulée. Et il a fallu que le consultant-formateur pré-finance l’activité. Les collectivités auront-elles plus de chance que le Conseil régional ? ‘Nous avons allégé les procédures de décaissement au maximum’, rassure Cheikh A. B. Fall.

En tout cas, les sommes attendues sont importantes. La seule communauté rurale de Linkéring, située dans le département de Vélingara, attend plus de 40 millions de francs Cfa. Cela fait saliver déjà. Mais, le Pndl aura les yeux ouverts sur la gestion de l’argent. ‘Des audits réguliers seront réalisés. Des moyens conséquents seront mis à la disposition des auditeurs de la Cour des comptes’, alerte le secrétaire exécutif du Pndl, ajoutant que la transparence doit être de rigueur dans la passation des marchés. Un vœu pieux, car tout le monde sait que ce volet échappe au contrôle le plus sévère, notamment dans les campagnes.


À voir aussi

Espagne : Trois Sénégalais accusés de viol

Trois jeunes Sénégalais vivant en Espagne plus précisément à Tenerife  sont accusé de viol sur …

Le Grand Serigne au tribunal le 12 Juin prochain

On s’en souvient encore. Suite à la tuerie de Boffa, Abdoulaye  Makhtar Diop, le Grand …