labo2

ECHANGE D’EXPERIENCE ENTRE PRIVES MEDICAUX AFRICAINS-LE MODELE KENYAN PASSE A LA LOUPE

Des pas importants viennent d’être franchis dans les échanges d’expériences entre  pays africains francophones et anglophones. Lors de l’assemblée générale de l’Alliance du secteur privé, le week-end dernier dans un hôtel de la place, en vue de valider leur plan stratégique, la restitution de la mission effectuée au Kenya par les privés a été présentée comme une expérience innovante hautement appréciée.

Une nouvelle passerelle vient d’être jetée entre acteurs africains francophones et anglophones dans le domaine des soins de santé. L’expérience des Kényans a été soulevée comme une référence à l’occasion de l’assemblée générale de l’Alliance des privés sanitaires tenue à Dakar le week-end dernier.

Prenant à témoins les autorités sanitaires et partenaires de développement invités à leur assise, l’Alliance du secteur privé sénégalais a rendu compte de la mission effectuée récemment au Kenya par quelques uns de ses membres pour s’imprégner de l’expérience de ce pays en matière de soins de santé privée. Grâce à la détermination et à la volonté politique des gouvernants, le secteur privé contribue largement aux soins de santé des populations kényanes. Dans les relations privilégiées que le secteur privé entretient avec le gouvernement, une rencontre réunit tous les deux mois les acteurs pour faire le point et partager avec les dirigeants. Tout comme également le ministre de la Santé de ce pays les reçoit régulièrement. Le modèle de ce partenariat en l’état et les privés en matière de soins sanitaires couvre 6.000 structures sanitaires. En termes de formation, 42/47 régions disposent d’une école de santé, sans compter les modules de formations à distance et un réseau de 42 industries pharmaceutiques.

Alliance à l’échelle régionale

Il existe également dans ce pays anglophone plusieurs petits laboratoires de contrôle des médicaments destinés aux populations, des hôpitaux pour femmes, un fonds national d’assurance couvrant plus de 52 % de la population qui doit passer à 60 % en 2016. En somme, tout un dispositif sanitaire en branle pour faire valoir de la qualité aux soins. Les sénégalais se sont intéressés en outre au cadre institutionnel pour établir avec leurs homologues du Kenya une passerelle d’échanges. Et la délégation conduite par le Dr Ardo Bâ de suggérer la mise en place d’une alliance à l’échelle régionale  d’Afrique de l’Ouest.

Mais les Kenyans sont aussi intéressés par l’expérience sénégalaise et ses performances dans la réduction de la mortalité maternelle et infantile. De quoi les conduire à projeter de venir s’inspirer de la démarche sénégalaise. Autant d’échanges entre les deux pays revisités à l’occasion de l’assemblée générale de l’alliance sénégalaise du secteur privé de la santé avant de dégager son plan d’action.

Représentant le ministre de la Santé et de l’Action sociale, son nouveau directeur de cabinet, Farba Lamine Sall a fait savoir que son département va voir comment lancer un processus pour la mise en place de cette fédération du secteur privé de la santé en Afrique de l’Ouest. Il a également abordé d’autres questions relatives à l’expérience kényane et salué notamment celle de l’accréditation en pratique médicale qui est un système réglementaire permettant de mieux contrôler les structures privé de soins.

Sud Quotidien

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …