Accueil / ECONOMIE / Économie mondiale: La croissance a baissé de 3,7%

Économie mondiale: La croissance a baissé de 3,7%

A Bali, en Indonésie, le Fonds monétaire international (FMI) a revu en baisse ses prévisions de croissance mondiale à 3,7% pour 2018 et 2019.  

En avril dernier, l’expansion généralisée de l’économie mondiale a prévu une croissance de 3,9% pour cette année et l’année prochaine. Selon le dernier rapport sur les Perspectivesde l’économie mondiale, la croissance mondiale restera stable sur la période 2018–2019, pour atteindre le taux de 3,7% observé l’an dernier. Cette croissance dépasse celle enregistrée n’importe quelle année entre 2012 et 2016. De nombreux pays ont atteint le plein emploi ou s’en approchent, et les craintes déflationnistes antérieures se sont dissipées. Les dirigeants disposent donc d’une excellente occasion pour accroître la résilience de leur économie et mettre en œuvre des réformes propices à la croissance. Pour Maurice Obstfeld, le chef économiste du FMI, la croissance s’est avérée moins équilibrée qu’on ne l’espérait. « Non seulement certains des risques de dégradation que nous avions recensés dans notre dernier rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale, se sont matérialisés, mais de plus, la probabilité de nouveaux chocs sur notre prévision de croissance a augmenté », a-t-il soutenu. Par ailleurs, dans plusieurs grands pays, la croissance est portée par des politiques qui semblent intenables à long terme. Il est donc urgent pour les dirigeants de passer à l’action.

Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine

Parmi les autres risques qui semblent aujourd’hui plus importants à court terme, figurent de nouveaux bouleversements dans les politiques commerciales. Deux grands accords commerciaux régionaux sont en pleine évolution : l’accord États-Unis-Mexique-Canada attend l’approbation des parlements et l’Union européenne négocie les modalités du Brexit. « Les droits de douane imposés par les États-Unis à la Chine, et de manière plus générale aux importations d’automobiles et de pièces automobiles, pourraient perturber des chaînes d’approvisionnement établies, surtout s’ils s’accompagnent de mesures de rétorsion », note le rapport. En conséquence,  précise  la source, les indicateurs de l’incertitude qui sont fondés sur les actualités sont montés en flèche récemment, même si les marchés d’actifs des pays avancés restent moins touchés. Les impacts des mesures commerciales et de l’incertitude deviennent visibles au niveau macroéconomique, tandis que les données empiriques s’accumulent en ce qui concerne les effets nuisibles sur les entreprises. La politique commerciale reflète la politique, et la politique reste instable dans plusieurs pays, ce qui présente des risques supplémentaires.

Zachari BADJI

 

 

À voir aussi

Le Fongip face à un gap de plus de 275 milliards

Le Fonds de garantie des investissements prioritaires a tenu un séminaire sur la mutation institutionnelle …

Institutions de dépôt : La masse monétaire a baissé de 93 milliards

A fin septembre 2018, la situation estimée des institutions de dépôt, comparée à celle de …