ACTUALITE

Des ratés dans les politiques économiques- Les Patriotes prédisent la catastrophe

  • Date: 30 octobre 2015

Pastef a dressé un sévère diagnostic de nos finances publiques en tous points. Entre gaffes, couacs, mauvaises pratiques administratives et divers ratés, le Patriote résume notre économie nationale en un seul mot : catastrophe.
Le parti Patriote du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (Pastef-Les-Patriotes) a dressé hier, en conférence de presse, un diagnostic alarmant des finances publiques et de l’économie du pays en général. Malgré un bond au classement «Doing business» 2014, une reconnaissance de la Fao, un satisfécit du Fmi comme l’un des meilleurs réformateurs en Afrique, une audience et félicitations du président Obama, le président de Pastef Ousmane Sonko estime que le gouvernement «propagandiste» du président Sall ne fait que surfer sur une vague médiatique de faux succès économiques et diplomatiques.

Sonko, par ailleurs inspecteur principal des Impôts, a souligné qu’il n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme pour dire qu’il n’en était rien et que le Sénégal, sous Macky Sall, était mal embarqué. Pour preuve, a-t-il noté, le couperet vient de tomber sur notre tête: «le Sénégal, selon le classement de ce même Fmi, qui pourtant l’a tantôt plébiscité, ouvre la marche des 25 pays les plus pauvres et les moins créateurs de richesse au monde. La vérité, à son avis, c’est que ce pays n’avance pas, il recule dangereusement.
«Macky Sall ne crée ni richesses ni emplois et encore moins, les conditions de la transformation structurelle de l’économie si chère à «son Pse», raille-t-il.

Mauvaises pratiques administratives

Pis dit-il, malgré les effets d’annonces et la mise en place d’institutions pléthoriques supposées lutter contre la corruption et les délits voisins, le constat demeure affligeant: «les mauvaises pratiques sont plus que jamais présentes dans notre Etat et dans notre administration».

A l’en croire, ces mauvaises pratiques prennent sources dans des dispositions légales permissives, subrepticement introduites par des autorités mues par des intérêts inavoués et votées par une Assemblée nationale incompétente et ignorante de son rôle. C’est le cas, déballe Sonko, de la mesure fiscale, votée en 2015 sans encadrement aucun et permettant aux autorités du ministère des Finances de pouvoir s’accorder une remise gracieuse à des entreprises fraudeuses. Il en est de même, poursuit-il, de l’usage abusif et détourné de la procédure des arbitrages. Sans oublier les nombreuses pressions que subissent les agents dans leur poste de travail. Ces mêmes pratiques prennent également source dans la gestion des marchés publics par le Trésor, principalement au niveau des postes comptables, a révélé Sonko. Il constate amer que les ressources naturelles, singulièrement minérales, sont mal gérées, les entreprises sont sur les rotules si elles ne ferment tout simplement pas et le gouvernement continue d’accorder sa préférence aux entreprises étrangères avec son lot d’évasion fiscale, de trafic de devises, de transfert de mains d’œuvre…. Le moment, avise-il, est grave et le Pastef interpelle tous les patriotes, où qu’ils se situent dans la chaine sociale ou professionnelle. Car au même moment, une certaine élite politique et administrative continue à ignorer et même mépriser la souffrance du peuple, par la perpétuation de pratiques malsaines.

Mouhamadou BA

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15