Accueil / SOCIETE / EFFONDREMENT D’UNE DALLE À CASTORS:Un étudiant gravement blessé

EFFONDREMENT D’UNE DALLE À CASTORS:Un étudiant gravement blessé

Si des lexicographes s’amusaient à relever la fréquence d’un mot- clé dans les articles de presse, nul doute que le mot « effondrement » y occuperait une place de choix. Effondrement ! C’est ce qui est arrivé dans un immeuble situé à quelques encablures du marché Castors. La dalle d’une chambre s’est affaissée occasionnant des blessures à un étudiant gabonais. Ce dernier évacué d’urgence à l’hôpital Dantec, séjourne présentement au service de réanimation pour soins intensifs.
Si des lexicographes s’amusaient à relever la fréquence d’un mot- clé dans les articles de presse, nul doute que le mot « effondrement » y occuperait une place de choix. Effondrement ! C’est ce qui est arrivé dans un immeuble situé à quelques encablures du marché Castors. La dalle d’une chambre s’est affaissée occasionnant des blessures à un étudiant gabonais. Ce dernier évacué d’urgence à l’hôpital Dantec, séjourne présentement au service de réanimation pour soins intensifs.

Selon l’étudiante Marguerite Kolié, co-locataire du blessé : « C’est ce dimanche à 6 heures du matin que nous sommes réveillés par un grand bruit. Personne ne s’imaginait que c’était dans l’immeuble que nous occupions. Les cris de détresse de Gudicael Antsakouna attirèrent l’attention de son frère. Ce dernier va à son secours. Gudicael se débattait sous un amas de pierres. Le sang giclait. Le crâne atteint, le bras déchiqueté, la jambe fortement affectée. Le spectacle était ahurissant. » Sur ces mots, sa mine commençait à dégager une certaine peine.

La tristesse se lisait sur le visage de ces jeunes étudiants qui certainement au fond d’eux– mêmes s’interrogeaient en ces termes : « Pourquoi pas nous ? ». Des débris de pierres, des tâches de sang, formaient le décor. Le jeune étudiant gabonais âgé de 25 ans a été ballotté au Cto, puis à l’hôpital Principal avant d’être admis à l’hôpital Le Dantec au bloc opératoire. Il est présentement au service de réanimation de ladite structure sanitaire. Ses camarades inquiets ne savent plus à quel saint se vouer concernant leur sécurité.

Ce énième accident pose avec acuité l’épineuse équation de la construction d’immeubles dans notre pays, qui généralement n’obéissent pas rigoureusement aux normes scientifiques d’habitat. À notre passage, le propriétaire de l’immeuble n’était pas sur place. Mais son épouse a tenu à s’enquérir de la situation. Les étudiants n’ont qu’une seule doléance à la bouche : « Que le propriétaire prenne en charge les frais médicaux très élevés de leur camarade ! ».En attendant, les langues se délient.


À voir aussi

Bébé tué à Pikine: Le récit glaçant de la mère « tueuse »

L’horreur se passe à Pikine rue 10. La jeune dame de 21 ans constate l’absence …

Hlm Grand Yoff : Un enseignant retrouvé pendu dans sa chambre

Un enseignant au collège Hyacinthe Thiandoum,  âgé d’une soixantaine d’années a été retrouvé pendu dans …