Accueil / Education / El Cantara Sarr, secrétaire general du Siens : « Nous voulons un syndicalisme de veille, d’alerte et de propositions »

El Cantara Sarr, secrétaire general du Siens : « Nous voulons un syndicalisme de veille, d’alerte et de propositions »

Le Soleil- Le Syndicat des inspecteurs et inspectrices de l’éducation nationale du Sénégal (Siens) a organisé, samedi dernier, une conférence de presse. A l’occasion, ce corps de contrôle et d’encadrement de l’éducation a décliné sa feuille de route pour l’année 2018. Il s’est également prononcé sur l’insuffisance des résultats scolaires et l’iniquité dans le système de rémunération des agents de la Fonction publique.

Comme au début de chaque année scolaire, le Syndicat des inspecteurs et inspectrices de l’éducation nationale du Sénégal (Siens) s’est réuni samedi dernier à Dakar. Il s’est agi de faire le bilan de l’année scolaire écoulée, le suivi des accords signés avec le gouvernement et le rappel d’autres préoccupations que le syndicat avait portées à la connaissance des autorités.

Face aux journalistes et en présence du secrétaire général de la Cnts/Fc, le secrétaire général du Siens a entamé par une ambition forte, mais aussi par un engagement. El Cantara Sarr a affirmé que le syndicalisme ne pourra vraiment être un puissant levier de progrès social et d’utilité publique que s’il se donne les moyens de porter les problématiques du travail, en développant sa capacité à les traduire en revendications/propositions.

Pour lui, ces stratégies peuvent impacter positivement la formulation des politiques publiques dans le sens d’une meilleure valorisation des travailleurs. C’est pourquoi, a ajouté le secrétaire général du Siens, « notre structure s’engage, cette année, à assurer le monitoring systématique des questions d’importance capitale pour le corps de contrôle, tout en réaffirmant son ancrage dans un syndicalisme de veille, d’alerte et de propositions ».

2017, une année du paradoxe
La commission administrative du Siens a également commenté les résultats scolaires de cette année. Pour les inspecteurs et inspectrices de l’éducation nationale du Sénégal, 2017 a été une année scolaire normale, sans aucune perturbation. E pourtant, les performances scolaires sont en deçà de l’année antérieure. Le corps de contrôle a déclaré ne pas comprendre ce paradoxe né de la baisse des taux de réussite aux examens et le respect du quantum horaire. Sur ce, il a demandé aux autorités de chercher les causes véritables qui expliquent la chute des résultats scolaires en 2017.

Sur un autre registre, les inspecteurs ont dénoncé le système de rémunération des agents de la Fonction publique. Selon El Cantara Sarr, il y a une iniquité dans le système de rémunération et de motivation. A l’en croire, ce déséquilibre n’aide pas à favoriser un bon climat dans le travail. Les syndicalistes disent ne pas comprendre que les inspecteurs qui sont dans les autres secteurs soient mieux rémunérés et mieux traités que ceux de l’éducation. A ce propos, le corps de contrôle et d’encadrement de l’éducation a préconisé le plafonnement de l’indemnité de contrôle et d’encadrement pédagogique défiscalisé et un alignement de l’indemnité de logement au corps et non plus au cadre.

Dans le même ordre d’idées, les inspecteurs de l’éducation nationale ont demandé au ministre de l’Economie et des Finances d’appliquer, dans les meilleurs délais, le décret 2017-488 relatif à l’accès pour les inspecteurs au prêt d’équipement.

La révision des décrets relatifs aux Centres régionaux de formation des personnels de l’éducation (Crfpe) a été aussi évoquée par les inspecteurs et inspectrices de l’éducation nationale du Sénégal.

Pape Coly NGOME

À voir aussi

Bourses d’Israèl à la faculté des lettres Des étudiantes empochent chacune 300.000 CFA

L’ambassade d’Israël au Sénégal et la Faculté des lettres et sciences humaines de l’université Cheikh …

Ebullition du système éducatif : le saems n’exclut pas une année blanche

Le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire (Saems) a déposé un préavis de …