Accueil / ACTUALITES / El Hadji Kassé, Souleymane Faye et Moustaphé Diakhaté naissance à « Model »

El Hadji Kassé, Souleymane Faye et Moustaphé Diakhaté naissance à « Model »

El Hadji Hamidou Kassé, journaliste-philosophe-écrivain, Moustapha Diakhaté, la « tête brûlée » de la scène politique libérale et nationale, Souleymane Faye ont porté sur les fonts baptismaux « Model ».

Source : Sudonline
Une association « sans affiliation politique partisane », disent-ils qui se fixe comme objectifs de : « Contribuer à la consolidation des fondements démocratiques et républicains de l’Etat ». Tout comme de « travailler à rendre à la politique sa vocation première de défense et d’illustration de l’intérêt général », indique le texte signé de El Hamidou Kassé, président, Moustapha Diakhaté, secrétaire général et Souleymane Faye, porte-parole du de l’Association. La déclaration d’intention date du 25 juin dernier.

Pour les fondateurs, il s’agit d’œuvrer pour « la consolidation de la démocratie et des libertés pour une citoyenneté informée et active et de rendre publiques des propositions, dans tous les domaines, pour que l’action publique et politique ait comme enjeu central le souci du pays et des populations ».

Pour un débat essentiel

Les initiateurs de Model trouvent qu’il est temps que les élites et l’intelligentsia sénégalaise en viennent à l’essentiel. « Penser les devenirs possibles du Sénégal est une exigence sans délai », estiment-ils ainsi. Selon eux, « le péril qui nous guette est justement l’impression généralement partagée que le débat public et politique touche très peu aux attentes essentielles des Sénégalais et aux urgences du Sénégal ».

Pour le Model, « penser, c’est (…) sortir du cercle des logiques crypto-personnelles et remettre le souci du pays au cœur des querelles et des controverses ». « Les Sénégalais ont trop enduré les logiques de la politique politicienne et les entreprises de promotion individuelle. Il faut un autre virage ». Ainsi pour Moustapha Diakhaté et ses « nouveaux camarades républicains », Il s’agit là du souci premier du pays. De ses aspirations et des inspirations des Sénégalais. Du génie créateur des Sénégalaises et des Sénégalais de bonne volonté qui veulent forcer le destin pour « qu’émerge et s’affirme une manière de penser et d’agir qui rompt avec le dogme, le sectarisme, l’exclusion et la stigmatisation », poursuit leur déclaration.

Contre la génération du concret ?

Pour le professionnel de la communication, écrivain et philosophe, El Hadji Kassé et ses camarades, « il s’agit d’assumer les responsabilités qui incombent à chaque génération. Avec une vision désencombrée des démons de la violence, des cristallisations et des crispations sans enjeu national, républicain et citoyen. Ce qui signifie : dire clairement notre vision du présent, nous impliquer dans le débat démocratique, au cas échéant dire ce que nous pensons du futur ». Une réponse à la « génération du concret » (du béton ou du cash ? » qui a pour leader déclaré Karime Méïssa Wade le président de l’Anoci ? Peut-être pas.

Mais, « libre de tous les clivages partisans, l’association Model puise son inspiration dans la conviction ferme qu’une société qui ne s’ouvre pas à la pensée sur son devenir est vouée à l’impasse », affirment ses fondateurs. « Et la pensée, c’est d’abord une possibilité ouverte à chacun d’être libre », soulignent-ils.

Selon eux, leur mouvement puise son inspiration « dans la conviction que le Sénégal a été capable de relever le pari démocratique et le défi de la liberté ». Les initiateurs de Model estiment que « les longues batailles pour l’indépendance, les révoltes de mai 1968, la pression politique et populaire pour le multipartisme intégral, l’alternance exemplaire en mars 2000 sont des événements cruciaux et fondateurs ». Ils ajoutent qu’en lançant leur association ils s’inscrivent « dans la consolidation de la culture démocratique née de ces événements ».

En participant au débat public, « nous voulons apporter notre contribution pour que la démocratie soit nourrie par les aspirations citoyennes, que l’action publique et politique ne se réduise pas à un simple enjeu électoral, que la voix des intelligences, des compétences et des expertises que recèle le Sénégal apporte de la fraîcheur au débat incontournable sur le futur du pays et les réponses possibles aux attentes des Sénégalais », soulignent El Hadji Hamidou Kassé, Moustapha Diakhaté et Souleymane Faye.

Agora ou cercle politique ?

Le mouvement se déclare, assurent-ils, « ouvert ainsi à toutes les Sénégalaises et à tous Sénégalais, hommes, femmes, jeunes, cadres, ouvriers, paysans, opérateurs économiques, intellectuels, artistes et gens de culture, convaincus qu’il est possible de penser librement et d’agir efficacement pour recentrer le débat démocratique sur les enjeux essentiels ».

Model veut « un débat ouvert aux mutations sociales, politiques, économiques, culturelles, scientifiques et techniques qui redessinent le visage du Sénégal, de l’Afrique et du monde. Un débat ouvert entre des acteurs qui assument librement les concepts et les méthodologies qui leur servent de guide pour lire ce qui se passe et dire les possibles que recèle l’avenir ». Les fondateurs de l’association font remarque que, « la mise en perspective de toutes ces exigences nous ramène forcément au couple : compétence et vertu, sans lequel la pensée et l’action publique et politique sont sacrifiées sur l’autel des intérêts personnels ou partisans ». Et de conclure parlant de leur projet, « il est avant tout question du Sénégal et de tous les Sénégalais »., Pour eux Model est une « association libre de citoyens libres ouverte aux contributions les plus diverses qui s’adossent sur l’éthique de l’intérêt collectif, au souci d’un meilleur devenir du Sénégal et au principe du respect des valeurs de démocratie, de liberté et de tolérance ». Nouvelle agora ou cercle politique ? Le mouvement de El Hadji Hamadou Kassé, Moustapha Diakhaté et Souleymane Faye veut occuper sa place et aider à la prospective.


À voir aussi

Drame de Dombondir : Le chef de village et son neveu inhumés

Abdoulaye Sagna, le chef du village de Dombondir, et son neveu, Seyni Sagna, ont été …

Mauritanie: Un Sénégalais tué par…

L’explosion d’une bonbonne de gaz a coûté la vie à une Sénégalaise en Mauritanie. Selon …