6

EL HADJI MALICK GAYE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’AGETIP  « AGETIP est une source d’espoir pour la jeunesse ainsi que les PME/PMI »

IMG_3238

Désigné Cauris d’Or de l’entreprise la plus compétitive, El Hadji Malick Gaye, par ailleurs, Directeur général de l’AGETIP est l’invité de votre rubrique « Les jeudis de l’Économie ». Dans cet entretien, il est revenu sur la création de l’AGETIP, ses missions et ses ambitions.

 Vous êtes le Directeur général de l’AGETIP, une société désignée Cauris d’Or de l’entreprise la plus compétitive. Quel est le sentiment qui vous anime après ce sacre ?

 Je vous remercie d’abord et également le Meds pour la nomination qui représente pour l’AGETIP la reconnaissance du travail accompli. Au-delà de l’émotion qui m’anime, nous considérons cette distinction comme un encouragement à aller au-delà des performances actuelles quand on voit les défis qui nous interpellent tous : défis de développement qui nous oblige à aller vite et bien. Aujourd’hui, si un jury international décide de nominer Agetip pour le travail accompli, depuis plus de 27 ans, le mérite revient au personnel de l’Agetip mais surtout à mes prédécesseurs qui n’ont ménagé aucun effort pour hisser AGETIP dans une orbite jamais égalée. Donc, c’est un sentiment de satisfaction au nom de tout le personnel de l’agence.

Quelles appréciations faites-vous des Cauris d’Or ?

Je voudrai féliciter le président Mbagnick Diop et le MEDS pour cette initiative de mettre en place le concept des Cauris d’Or qui favorise la compétition saine entre les entreprises. Et mieux pousser les entrepreneurs vers la performance. Les Cauris d’Or sont au-dessus de tout ce qu’on a pu voir au niveau national et au plan international, c’est une structure utile pour l’entreprise ainsi que pour la jeunesse pour la performance. Nous vous encourageons pour faire plus pour l’entreprise sénégalaise et l’entreprise de manière générale. Je remercie aussi votre structure pour la nomination qui représente pour nous la reconnaissance du travail que nous accomplissons.

Pouvez-vous nous rappelez le contexte de création de l’AGETIP ?

Cela me fait toujours plaisir de rappeler les contextes de création d’Agetip. L’agence a été mise en place en 1989 par le gouvernement du Sénégal et la Banque Mondiale dans un contexte de morosité économique très difficile. Le Programme d’Appui aux Communes était l’un des plus grands programmes d’Agetip qui a reçu la satisfaction totale de la Banque Mondiale et jugé par un des départements de la Banque Mondiale.

Quelles sont les missions de l’AGETIP ?

Agetip est l’un des outils les plus performants mis en place par le gouvernement du Sénégal pour la mise en œuvre des projets et programmes. L’une des missions de l’agence est de favoriser la création de PME/PMI mais aussi la création d’emplois pour lutter contre le chômage endémique surtout chez des jeunes. Notre mission c’est également de dynamiser la création de PME/PMI, les former, les encadrer pour en faire des entreprises très compétitives. Agetip a été créée aussi pour favoriser l’emploi des jeunes. L’agence évolue dans les tous les secteurs d’activité à commencer par la voirie urbaine, les pistes, l’assainissement, les forages, le bâtiment, l’addiction d’eau mais aussi le volet ingénierie sociale qui est une nouvelle forme de politique d’Agetip. C’est ce qui fait de nous l’une des meilleures agences en matière de réalisation de projet de développement. Nous sommes une structure d’exception que beaucoup de pays africains copient actuellement.

Quel est l’appui qu’apporte l’AGETIP aux  jeunes, aux  PME/PMI et ?

Agetip travaille avec plus de 2.000 entreprises sur la base de critères de sélection tels que la Transparence, l’Équité et l’Économie. Toutes les entreprises peuvent accéder aux marchés d’Agetip directement sans agrément. Il suffit juste de remplir les critères définis dans les dossiers d’appel d’offres. C’est la première agence qui favorise la création de PME/PMI, l’emploi des jeunes surtout pour les jeunes diplômés, l’agence est à la portée de tous. Je voudrai saisir cette opportunité pour lancer un message aux jeunes entrepreneurs, aux jeunes tout court de croire d’abord en eux, Agetip est une agence dédié à la jeunesse. La structure est là pour lutter contre le sous-emploi mais aussi pour la création d’emploi. Nos portes sont ouvertes à toute la jeunesse et aux jeunes diplômés de l’enseignement technique et professionnel mais aussi aux jeunes sortis de l’enseignement général. Nous sommes là pour favoriser les PME/PMI et les former mais aussi de former les personnels des Collectivités locales dans la gestion et la maintenance des infrastructures que nous réalisons.Donc l’Agetip est source d’espoir pour la jeunesse ainsi que les PME/PMI.

Comment travaille l’AGETIP avec les Collectivités locales dans le cadre de  l’Acte III de la décentralisation ?

Très bonne question. Agetip est le partenaire privilégie des 557 Collectivités locales au Sénégal. Agetip garde donc ses fonctions premières mais réalise aussi les grands travaux comme le PRECOL, la réhabilitation des bâtiments administratifs, le programme d’hydraulique villageois la construction de ministères, la construction de pistes en milieu rural. C’est ce qui fait de nous l’une des meilleures agences en matière de réalisation de projet de développement territorial. Avec l’Acte IIIde la décentralisation, le chef de l’État veut incarner une refonte majeure de l’action territoriale de l’État qui vise trois objectifs fondamentaux. Il s’agit de l’ancrage de la cohérence territoriale par une architecture administrative simplifiée, la planification des compétences entre l’État et les Collectivités locales, le développement de la contractualisation entre ces deux niveaux et enfin la modernisation de la gestion publique territoriale avec une réforme résolue des finances locales et une promotion des ressources humaines de qualité. Pour le chef de l’État, les quatre axes prioritaires corrélés à la réhabilitation de l’aménagement du territoire marquent une rupture majeure dans l’action publique. C’est pour vous dire que l’Acte III est un tournant décisif dans la consécration d’une gouvernance territoriale au Sénégal. Il est question pour le chef de l’État, d’organiser le pays à travers cette réforme en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable. L’Acte III de la décentralisation est un gage indispensable pour reconstruire les dynamiques territoriales. Pour Macky Sall, c’est aussi rendre l’État davantage orienté vers l’équité sociale et territoriale. De même que la promotion durable des ressources du terroir. Un esprit de cloisonnements territoriaux auquel l’État doit apporter des réponses durables.

Cheick Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-1

Un Alassane Samba  « tue » Adama Gaye

Les pages Tribune de certains organes de presse sont parfois un espace de débat enrichissant …