Contributions

ELECTION DES CHAMBRES DE METIERS LE 24 JANVIER 2016 Artisans de mon pays debout pour des chambres de métiers crédibles et attractives.

  • Date: 18 novembre 2015

Le taux de participation des artisans aux élections des chambres de métiers a été toujours faible, malgré l’importance de l’artisanat dans le développement économique et social. Cette situation n’encourage pas les autorités de ce pays et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) à investir de façon conséquente dans les chambres de métiers a cause justement des carences notés dans ces institutions consulaires par la faute de présidents incompétents et dépassés, surtout celle de la chambre de métiers de Dakar.

Les techniques d’élaboration des programmes et projets de développement : Vue l’importance du rôle des chambres de métiers et des organisations professionnelles des artisans dans le partenariat public-privé et la participation de la base aux prises de décision, il est vivement temps, d’asseoir les bases d’une communication permanente et régulière entre les institutions et les artisans. Mais pour ce faire, il faut l’homme qu’il faut a la place qu’il faut.

Le Recensement Général des Entreprises par l’ANSD devrait permettre de mieux connaitre l’apport du secteur de l’artisanat. Aussi nous demandons aux artisans de toutes les régions d’accorder un bon accueil aux agents recenseur, afin que l’Etat puisse connaitre de façon exhaustive la dimension économique  de l’artisanat dans le PIB. Cela lui permettra ainsi, de prendre des mesures importantes tendant à  faire de l’artisanat un secteur prioritaire dans le développement économique et social.

Si les artisans responsables arrivent avec nous, a s’impliquer massivement dans ces élections jusqu’à créer une alternance dans la grande majorité des chambres de métiers du Sénégal, alors l’état pourra enfin trouver a ces cotés des interlocuteurs issus des OPAs susceptible de rendre enfin nos chambres de métiers compétitives, crédibles et enfin au service des artisans et artisanes.

J’écrivais dans une contribution publiée le 11 Mars  2015 dans Rewmi.com et le journal  «le Quotidien »  du 22 Mars 2015» avec le titre : les chantiers de la reconstruction.

….(Deux (2) ans après l’expression de la volonté politique du chef de l’état, lors du conseil des ministres de Tamba du 25 Avril 2013, il est opportun de s’interroger sur l’état d’avancement des axes stratégiques déclinés :

  • Aucune réforme n’a été enregistrée en ce qui concerne les chambres de métiers qui reste en l’état. Dans ce sens, des réformes capitales sont attendues aussi bien sur le plan organique que dans le domaine des textes qui régissent le fonctionnement des chambres de métiers, les titres de qualification et le mode de délivrance des cartes professionnelles qui cristallisent a la fois une qualification professionnelle et un droit de vote, faisant naitre ainsi des suspicions légitimes dans la mesure ou le signataire est également candidat au même titre que les autres, surtout avec les élections prochaines qui auront lieu au courant de cette année 2015…..)

D’une manière arbitraire et illégale, le Président de la chambre de métiers de Dakar, seule chambre parmi les 14 chambres du Sénégal a porté le montant de l’immatriculation au registre des métiers de cinq mille (5000) francs à la somme de dix mille (10.000) francs CFA et cela depuis  Septembre 2011.

Ce faisant, il viole manifestement  l’Arrêté N 5693 du 19 Mai 1988 fixant les montants des frais d’immatriculation au répertoire des entreprises artisanales et des frais d’établissement de la carte professionnelle. Malgré une correspondance que je lui ai adressée le 23 Septembre 2011 dénonçant l’illégalité de la mesure.

Le mode de délivrance des titres de qualification artisanale décrédibilise complètement ces titres si l’on se réfère aux Articles 18,19 et 20 du Décret N°  87 – 1275 du 10 Octobre 1987 relatif au statut d’entreprise artisanale et aux titres de qualification artisanale.

Nous appelons le gouverneur de la région de Dakar organisateur des élections à se pencher sur ce problème qui risque de déséquilibrer triplement  la transparence, la démocratie et la régularité  du scrutin.

Un Lobbying fort des chambres de métiers qui consiste à se positionner en offreur plutôt qu’en demandeur c’est-à-dire à influencer son environnement en sa faveur. Elles sont donc invitées à affiner des stratégies d’intelligence économique dans le but d’améliorer la position des artisans dans un environnement concurrentiel.

Une Gouvernance qui passe par le renforcement des capacités de gestion financière des chambres de métiers et des organisations professionnelles des artisans. L’accent mis sur la gestion axée sur les résultats.

Un dynamisme des chambres de métiers basé sur une approche participative impliquant les bénéficiaires comme acteurs de développement économique. Il s’appuie sur des offres de services adaptées aux entreprises artisanales (création et accompagnement d’entreprise, développement de référentiels de formation).

Amdy Moustapha THIAM

Candidat aux élections du 24 Janvier 2016

Président de l’union des Métallurgistes (URPAM)

S.G du Cadre National de Concertation des Artisans du Sénégal (CNCAS/Artisanat)

Pikine   urpamgie@yahoo.frthiamamdymoustapha@gmail.com

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15