Contributions

ELECTION DES CHAMBRES DE METIERS : REGULARITE ET TRANSPARENCE DU PROCESSUS ELECTORAL Le 28 Décembre 2015- Par Amdy Moustapha THIAM Candidat à l’élection de la chambre de métiers de Dakar

  • Date: 26 décembre 2015

Il a été généralement relevé en l’état actuel du processus électoral, des dysfonctionnements, des retards et des manquements qui peuvent entrainer une cascade de contentieux, fort préjudiciable a la légitimité et a la représentativité des futurs membres élus des organes délibérants des chambres de métiers.

Il est impérieux que les maitres d’œuvres maitrisent le calendrier électoral d’une part et veillent à la transparence  du processus électoral d’autre part. Les germes d’une fraude massive au bénéfice des présidents candidats sortant ont été identifiés notamment dans les nouvelles inscriptions et dans le renouvellement des cartes professionnelles qui, faudrait-il le rappeler, matérialise à la fois une reconnaissance de qualification professionnelle et un droit de vote.

Leur délivrance comporte un enjeu de pouvoir qui devrait inciter à une plus grande neutralité de l’autorité qui les délivre. Si pour les inscriptions elles doivent découler des délibérations de la commission de qualification présidée par le gouverneur de la région du ressort, les renouvellements sont gérés exclusivement par les présidents candidats sortant sans aucun contrôle de l’autorité administrative.

Sur un autre plan le respect des délais prévus depuis l’affichage des listes, leur publication et les recours éventuels, devrait être observé dans la plus grande rigueur par  l’ensemble des parties prenantes. Au demeurant, il a été noté presque un peu partout notamment à Kédougou, Matam, Kolda, Kaffrine, Dakar des manquements de nature à entacher la sincérité du scrutin et à entrainer des contestations ultérieures. Le germe est dans le fruit.

Convient-il dés lors de tirer  la sonnette d’alarme  pour garantir les conditions et modalités du processus électoral en vue d’assurer la légitimité et la reconnaissance des organes élus dans les chambres de métiers.  Il y va de la crédibilité  et de l’image qu’offrent les institutions  consulaires des métiers.

Pour qu’enfin, elles puissent jouir d’une bonne perception auprès de l’opinion publique et des partenaires technique et financiers. C’est à ce prix qu’elles s’érigent en véritables interlocuteurs  et qu’elles pourront jouer le rôle qui doit être le leur dans l’économie de leur région d’implantation et partant, du Plan Sénégal Emergent.

Au moment où Monsieur le Président de la République Maky Sall attache une grande importance a notre secteur. L’Artisan que je suis ne cherche pas loin, il puise dans le registre des souvenirs vécus aux élections des chambres de métiers de 2003 et 2009 ou les cas de fraude manifeste ont foisonné.

Ces quelques lignes que nous allons suggérer dans les développements qui suivent portent sur un diagnostique rapide et des propositions de solutions aptes a assurer plus de transparence et de visibilité conformément a la réglementation relative a l’élection aux chambres de métiers.

Délivrance des cartes professionnelles et enjeux de pouvoir :

La commission de qualification et celle du répertoire sont présidées par  Le gouverneur de la région du ressort.
Les demandes agréées par la commission donnent lieu à la délivrance des cartes professionnelles par le Président de la Chambre de métiers qui en est signataire.
– La carte professionnelle cristallise à la fois, une reconnaissance de qualification professionnelle  et un droit de vote entrainant ainsi un enjeu de pouvoir.
– Le fichier électoral est l’émanation du répertoire de la chambre de métiers  placé sous l’autorité du Président.
– La carte professionnelle qui a une durée de vie de 2 ans est renouvelée sans aucun contrôle par le gouverneur créant également des niches de fraude à l’occasion des élections à la Chambre de métiers.

Le renouvellement des cartes ne donne pas lieu au contrôle par le président de la commission, il se fait directement par le président de la chambre de métiers, créant ainsi un fort soupçon de fraude orchestrée par le Président sortant, candidat à sa propre succession.
La confusion entre les 2 fonctions de la carte professionnelle et les enjeux de contrôle du pouvoir débouche sur la délivrance de cartes à des non artisans, ce qui discrédite et banalise ce titre de qualification qui doit être la preuve de notre professionnalisme
Sont électeurs et éligibles les artisans titulaire d’une carte en cours de validité y incluant ainsi les nouvelles inscriptions et les renouvellements intervenus avant la clôture des inscriptions rendant définitive les listes électorales.

Le dispositif actuel comporte des niches de fraudes en amont et pendant le processus électoral, le président de la chambre signataire pouvant être candidat a sa propre succession, d’où rupture d’égalité entre les candidats et absence de transparence du processus électoral en aval.

PROPOSITION DE SOLUTIONS

Au regard de ce qui précède, il est impérieux et urgent d’imprimer des cartes d’électeur à faire délivrer par une autorité réputée neutre comme le gouverneur qui est le maître d’œuvre des élections des Chambres de métiers.
Exercice du contrôle en amont, pendant et  du processus électoral pour garantir la fiabilité des listes électorales en aval.
Opérer un contrôle systématique de toutes les demandes de renouvellement des cartes professionnelles par le gouverneur.

Déconnecter le répertoire de l’autorité du président candidat et en confier  la gestion administrative au Sécrétaire Général de la chambre en prévoyant des sanctions disciplinaires en cas de manipulation, d’altérations ou de pertes de données.

Assurer une compilation des Procès Verbaux de délibérations des commissions pour les soumettre au contrôle périodique du gouverneur et en particulier pendant le période électorale.
S’assurer que les cotisations prévues pour les inscriptions et les renouvellements ont été dûment acquittées  auprès de la  caisse de la chambre de métiers pour alimenter les ressources budgétaires.

Informatisation complète des données du répertoire pour éviter leur altération et dissocier la carte d’électeur des cartes professionnelles.

Nous espérons avoir contribué à éclairer les formalités et procédures conduisant à une élection apaisée avec zéro contestation.

Amdy Moustapha THIAM
Elu à la chambre de métiers de Dakar
Président de la (CONOPA) Confédération Nationale des Organisations Patronales Artisanales
Président de l’Union des professionnels de la Métallurgie
Candidat a l’élection de la chambre de Métiers de Dakar

thiamamdymoustapha@gmail.com
urpamgie@yahoo.fr

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15