Accueil / International / Elections communales en Guinée Violences meurtrières à Conakry

Elections communales en Guinée Violences meurtrières à Conakry

Guinée Conakry renoue avec les violences post-électorales. Des heurts entre militants du principal parti d’opposition de Cellou Dalein Diallo et forces de l’ordre ont conduit à des morts d’homme.

La Guinée Conakry est à feu à et sang après des violences meurtrières à la suite des élections locales. Déjà que la violence post-électorale a engendré 5 morts dans des heurts entre militants du principal parti d’opposition et forces de l’ordre, les choses semblent s’envenimer avec des scènes de pillage dans les rues de la capitale. L’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg), de Cellou Dalein Diallo, dénonce une tentative de confiscation de sa victoire supposée, à l’issue des Communales du 4 février passé, dans des agglomérations stratégiques.

L’UFDG a gagné 4 des 5 communes de Conakry

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, dans une publication sur sa page Facebook mardi 6 février 2018, a mis en garde l’État qui serait en train de modifier les résultats des communales. “Il est clair aujourd’hui que nous avons gagné les élections à Ratoma (34/34 quartiers), à Dixinn (15/22 quartiers), Matoto, Matam, Dubreka, Kindia, Maneah et Kamsar. Le pouvoir est en train de modifier les résultats obtenus dans les bureaux de vote au niveau des CACV notamment à Dixinn, Matam, Matoto, Dubreka et Kindia pour déclarer les listes RPG victorieuses “, a-t-il posté.  Et Monsieur Diallo de poursuivre. “Au cours d’une réunion tenue hier à Novotel, les caciques du RPG ont répercuté aux présidents des CACV la décision d’Alpha Condé de prendre ces communes. L’application est en cours. Nous ne nous laisserons pas faire cette fois-ci”.

M BA avec Guineenews

À voir aussi

La Corée du Sud touchée aussi par les révélations sexuelles du mouvement MeToo

Situé à la 118e place sur 144 sur un indice du Forum économique mondial en …

Ghouta orientale: «Des immeubles s’effondrent comme des châteaux de cartes»

Une nuit de bombardements et plus de 150 morts ce mardi matin dans la Ghouta …