ACTUALITE

ELECTIONS DU HCCT Macky assuré d’une majorité confortable

  • Date: 5 septembre 2016

Ce dimanche, les Conseillers municipaux ont été appelés aux urnes. Ceci, après une timide campagne électorale pointillée, de temps en temps, de polémiques par presse interposée.
Dakar aura été le département le plus disputé. Et pour cause. Nous sommes dans la capitale, objet de toutes les convoitises, donc théâtre de toutes les passions. Ces dernières ont été d’autant plus notées que le Maire Khalifa Sall de And Taxawu Ndakaru est un militant socialiste loin d’être un allié. Le Maire de Dakar, au-delà de la capitale, a des ambitions présidentielles, du moins d’après certains de ses proches.

Alors, les 80 sièges devant constituer les membres élus du haut Conseil des collectivités locales è-(Hcct) ont été largement disputés par la coalition au pouvoir qui est Benno Bokk Yakaar, celle des libéraux constituée du Pds et ses alliés, Alternative Patriotique, celle susnommée de Khalifa et consorts.
Le parti Rewmi et le Grand Parti ont boycotté, préférant être logiques par rapport à eux-mêmes, le Hcct étant un résultat du référendum où ils avaient voté non.

La campagne et les élections ont alors bel et bien eu lieu. Sans véritable enjeu.
Nous nous sommes d’abord demandé pourquoi éprouver le besoin d’organiser des élections pour un organe consultatif, c’est-à-dire pour une institution dont les avis ne sont pas contraignants. Leur mandat venant indirectement du peuple qui a fait voter ses représentants, les Conseillers du Hcct ne peuvent, par eux-mêmes, rien changer. Ils ont besoin de l’onction du Président de la République. Alors, pourquoi n’avoir pas opté pour la cooptation, comme ce sera le cas des 70 autres Conseillers devant compléter le Hcct. Et surtout, pourquoi le chiffre de 150 ?

Mieux, Macky, en optant de nommer les 70 autres selon sa volonté, en toute discrétion, n’a-t-il pas simplement choisi de gagner avant la lettre, c’est-à-dire de contrôler tout bonnement l’institution ? Ces 70 conseillers, plus ceux que son parti l’Apr va gagner, constitueront, à coup sûr, une majorité confortable dans cette future institution.

Cette réalité est d’autant plus criarde qu’au niveau des investitures, l’Apr a fait preuve de discrimination en sa faveur, au grand dam des alliés, comme les Socialistes de Louga qui ont crié leur exaspération par la voix du ministre Aminata Mbengue Ndiaye. Et ils sont loin d’être les seuls.

Comme Macky est sûr d’avoir la majorité au niveau du Conseil, nous ne voyons pas l’enjeu réel autour de ce scrutin. Nous le disons d’autant plus que dès l’annonce des élections, le Pds avait d’emblée promis de participer et même de gagner.

Un seul enjeu : La dispute de postes pour des strapontins.

Khalifa Sall et ses alliés se sont, eux-aussi engagés dans la bataille comme s’ils avaient quelque chose à gagner.

Supposons même qu’ils aient tout raflé à Dakar, ce qui est non moins sûr, cela ne leur confèrera pas la victoire. Pis, même s’ils étaient (hypothèse impossible) majoritaires au niveau du Hcct, leur avis ne serait que consultatif.

C’est pourquoi, au regard de ce qui précède, nous pouvons aisément dire qu’il n’y a qu’un seul enjeu : La dispute de postes pour des strapontins.

Au niveau du pouvoir, c’est un secret de polichinelle, il s’agit de caser une clientèle politique de plus en plus mécontente. Macky, en supprimant le Sénat, a été rattrapé par la real politik.

Les institutions inutiles servent justement à contenter le maximum de cadres, souvent porteurs de voix, dont la tenue à l’écart n’agrée pas les bases. Tout est clair donc pour Macky et ses alliés.

Mais pour les autres représentant l’opposition, quel est l’enjeu ? L’aspect financier entre-t-il aussi en ligne de compte ? Evidemment oui. Outre la revanche sur le Référendum, Khalifa, les libéraux et tous les autres entendent participer au partage des postes mielleux.

Pas question pour eux de tout laisser au régime.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15