Accueil / POLITIQUE / Elhadji Amidou Kassé conseiller spéciale du chef de l’Etat « l’opposition n’a que deux combats »

Elhadji Amidou Kassé conseiller spéciale du chef de l’Etat « l’opposition n’a que deux combats »

L’agressivité notée dans le discours de l’opposition sénégalaise, depuis quelque temps, ne semble nullement ébranler El Hadji Hamidou Kassé, conseiller spécial du Président de la République. En effet, invité de l’émission « En  Apparté » sur Actu. Sen,  ce responsable de l’Alliance pour la République pense que l’opposition livre son baroud d’honneur. »Elle n’a que deux combats actuellement, à savoir la libération de Karim Wade et la démission du ministre de l’Intérieur ». Deux combats perdus d’avance, selon lui, puisque, pour le premier combat, la justice a déjà rendu son verdict ,  pour le second, il convoque le cas du ministre Ousmane Ngom qui, malgré son appartenance au Parti démocratique sénégalais, à l’époque, a organisé la Présidentielle  2012 qui a abouti à une alternance politique. Pour autant, l’ex-Président du Comité scientifique du XV Sommet de la Francophonie n’est pas fermé par rapport à cette opposition. Contrairement à certains de ses camarades qui ne veulent pas voir, même en photos, des transhumants, El Hadji Kassé pense que le Président Macky Sall est obligé de prendre en compte toutes les catégories de la population. Y compris Djibo Ka. Plaçant la venue du leader de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd) dans le cadre de la mobilité des acteurs politiques , le conseiller spécial du Chef de l’Etat nuance : « Djibo Ka n’est pas venu pour soutenir l’Apr, mais le chef de l’Etat. La politique est un jeu de composition et de recomposition », dit-il.

Rewmi.com/FBF

À voir aussi

Un arbre de Noel aux allures de rentrée politique- Le coordonnateur de l’UCG en route vers le Macky

Le coordonnateur de l’UCG a un pied à l’Alliance pour la République.  Hier,  lors de …

Dakar et Banjul Un an après le départ de Jammeh, des relations fluides

RFI – Il y a un an, après six longues semaines de crise, Yahya Jammeh acceptait de …