Accueil / SANTE / Elimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant : Une approche communautaire préconisée

Elimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant : Une approche communautaire préconisée

L’Elimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant (Etme) est un des domaines clés retenus dans le Plan de rattrapage du Vih en Afrique de l’Ouest et du Centre. Notamment au Bénin où Margaret Molnar a invité à « continuer à intensifier les efforts », même si la transmission mère enfant a baissé de 14 à 6 % avec plus de 800 bébés à moins de 500 bébés infectés. Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de rattrapage, elle a appelé à « promouvoir une approche communautaire pour accélérer l’élimination de la transmission mère-enfant. Aussi, a-t-elle informé qu’il est envisagé d’introduire les Technologies de l’information et de la communication (Tic). Cela revient à doter les relais communautaires d’outils innovants pour la collecte des données.

André Kaboré qui a axé sa communication sur « Dépistage et accès au traitement pour les enfants », a insisté sur « la forte déperdition » des enfants infectés au Burkina Faso. Une situation qu’il impute au mauvais arrimage entre la Prévention de la transmission mère-enfant (Ptme) et la prise en charge pédiatrique. « Une fois les enfants sortis de la Ptme, ils sont perdus », a-t-il regreté.

Réaliser la révolution du dépistage
Le dépistage est la principale recommandation pour lutter contre le Vih/Sida en Afrique de l’Ouest et du Centre où la connaissance du statut sérologique demeure faible. Il est maintenant question, dans le cadre du Plan de rattrapage initié dans ces deux régions, de faire « une révolution du dépistage. D’autant qu’il existe, aujourd’hui, a expliqué Kouton Mach-Houd de l’OnuSida, « des traitements puissants, plus simples et mieux tolérés ». D’ailleurs, a estimé le Dr Safiatou Thiam, secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) au Sénégal, toutes les personnes devraient faire le dépistage et les cas positifs mis sous traitement. Surtout qu’il est prouvé que plus le traitement est précoce, mieux la « morbidité sévère » et la mortalité dues au Vih sont réduites. C’est pourquoi, au-delà des campagnes de dépistage de masse, des stratégies de dépistage ciblées sont préconisées. Car « l’enjeu est de dépister plus et mieux parmi les populations les plus exposées », a soutenu M. Mach-Houd qui a aussi évoqué les lignes directrices dans le cadre du Plan de rattrapage du Vih en Afrique de l’Ouest et du Centre. Il y a notamment la fourniture d’une gamme complète et la mise en œuvre de nouvelles approches. Parmi ces dernières figure le dépistage par les prestataires communautaires, qui est la nouvelle recommandation, et l’auto dépistage du Vih.

Le Soleil

À voir aussi

L’Asas décrète encore 72 de grève

L’alliance des syndicats de la santé (Asas) maintient la pression contre le Gouvernement. Mballo Dia …

Absence de sang dans les hôpitaux: Macky lance un SOS

Le chef de l’État a lancé un appel à solidarité au don de sang. Le …