Accueil / FAITS DIVERS / Elle traîne à la barre un ex-clerc de son oncle avocat

Elle traîne à la barre un ex-clerc de son oncle avocat

Le tribunal des flagrants délits a accueilli hier, un hôte assez particulier, Mme Aïda Mbakhane Diop qui réclamait à son ami et ex-clerc de Me Jacques Baudin un véhicule.

Source le Soleil
Le tribunal des flagrants délits a accueilli hier, un hôte assez particulier, Mme Aïda Mbakhane Diop qui réclamait à son ami et ex-clerc de Me Jacques Baudin un véhicule.

A force de vouloir convaincre tout le monde de son bon droit, Aïda y est allé trop dans ses explications jusqu’à irriter parfois le tribunal, le procureur et la défense. C’est qu’elle ne comprend pas toujours pourquoi celui qui se dit son ami, Cyrille Padé, clerc de son oncle Jacques Baudin, a eu le toupet de revendre la Bmw 524 qu’il lui avait vendue, en 2003, à crédit à deux millions de francs. Le hic, c’est que le bonhomme, qui devait verser tous les mois la modique somme de 25.000 francs comme prévu par les modalités de paiement, n’a jamais respecté son engagement.

Pire, alors qu’il n’avait pas encore payé, il s’est permis de brader la voiture à 700.000 francs sous le prétexte que, à cause de son âge et de son mauvais état, elle était devenue une épave. Ce que réfute la dame, qui soutient mordicus : “ c’est une belle voiture climatisée que j’ai arrachée à mon ex-mari ”. Aïda Mbakhane Diop, qui vivait en France, déclare que le bonhomme devait récupérer le véhicule chez le mécanicien pour ensuite l’immobiliser au cabinet de son oncle qui s’occupe de toutes ses affaires judiciaires. Mais Cyrille, dit-elle, a, après être entré en possession de la voiture, préféré en faire un usage personnel avant de la brader. Pour ne pas perdre à deux reprises, Mme Diop s’était contenté d’une reconnaissance de dette de la part du prévenu, signée en novembre 2006. Mais le document, bizarrement, ne mentionnait nulle part la transaction.

Même s’il s’est évertué à se défendre, Cyrille Padé a eu du mal à expliquer le bradage. Le témoignage du garagiste est venu le confondre, puisque ce dernier l’accuse d’avoir fait conduire la voiture chez lui en lieu et place du cabinet Baudin. A propos de l’état du véhicule, le mécanicien soutient qu’il y avait juste un problème avec le radiateur rapidement résolu. A sa grande surprise, le propriétaire l’appelle, un an plus tard, pour lui demander de mettre le véhicule à sa disposition à son retour de France. Alors que, dit-il, la Bmw n’a pas fait dix jours au garage. Une façon de démentir le prévenu qui soutenait qu’elle est restée très longtemps stationnée.

Le parquet n’a pas hésité à retenir le délit d’escroquerie et à requérir une peine d’un mois de prison. Me Baudin, qui avait la lourde tâche de défendre son ex-collaborateur contre sa nièce, a déclaré que, puisqu’il y a eu vente, le prévenu était donc propriétaire, même s’il doit de l’argent. Et puis, estime Me Papa Ndiaye, la partie civile n’est pas le propriétaire du véhicule qui appartient à son ancien mari avec qui elle vivait sous le régime de la séparation des biens. Par conséquent, il a demandé au juge de débouter la plaignante et de relaxer le prévenu. Le tribunal a tranché en faveur de Aïda Mbakhane Diop en ordonnant, comme elle le demande, la restitution du véhicule immobilisé à la brigade de gendarmerie de Nord Foire. M. Padé a été cependant condamné à six mois de prison assortis du sursis.


À voir aussi

Thiès : Le corps d’un bébé découvert dans un dépôt d’ordures

Horreur à Thiès. Le corps sans vie d’un nouveau-né de sexe masculin,  a été découvert …

Les agresseurs du policier risque 15 ans ferme

A bord de leur scooter, Babacar et Cie agressaient les honnêtes citoyens. Malheureusement pour eux, …