© Ben Stansall, AFP | Emmanuel Adebayor lors d'un match avec Tottenham , le 2 mars 2014.
© Ben Stansall, AFP | Emmanuel Adebayor lors d'un match avec Tottenham , le 2 mars 2014.

Emmanuel Adebayor, indésirable et incompris

Footballer de talent et star dans son pays le Togo, Emmanuel Adebayor est devenu persona non grata aussi bien chez les Éperviers que dans son club à Tottenham en Angleterre. À 31 ans, ce fort en gueule va devoir se trouver une porte de sortie et retrouver son potentiel qui en a fait un attaquant d’exception.

 

On garde encore en mémoire cette vision d’Emmanuel Adebayor heureux, nageant dans la piscine de son hôtel sud-africain au lendemain de son but face à l’Algérie qui lui assurait presque de jouer un quart de finale historique pour le Togo. C’était en 2013, l’homme était fier. Il disait jouer « pour son peuple ». Il ne voulait pas être une star dans l’équipe, mais un simple attaquant qui apporte sa pierre à l’édifice. Emmanuel Adebayor est tout sauf quelqu’un de simple. Considéré comme un des meilleurs joueurs africains de sa génération, Adebayor semble s’être perdu ces derniers temps.

 

Les critiques de Tom Sainfiet

 

On ne veut plus de lui du côté de Tottenham et le sélectionneur du Togo, Tom Sainfiet, s’est passé de lui lors de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2017. « Adebayor n’aime pas jouer pour son pays. Il n’aime pas l’idée que le Togo se qualifie pour la CAN, a lancé Sainfiet. Si on a du respect pour les Togolais, on a du respect pour la Fédération. (…). Peut-être qu’Adebayor n’est pas stable en ce moment avec ses problèmes de famille et le non-renouvellement de son contrat à Tottenham ». L’image d’Adebayor en a pris un coup. Lors de la première journée, Tom Saintfiet avait été contraint de rappeler à l’ordre l’attaquant pour son indisponibilité lors du rassemblement.

 

Adebayor est dans une drôle de position. Les Spurs n’ont pas inscrit l’ancien Messin sur la liste des joueurs autorisés à jouer en Premier League cette saison. Depuis le départ d’Harry Redknapp en 2012, l’ancien Monégasque n’est plus un cadre de l’équipe londonienne, et il a dû se contenter d’apparitions épisodiques.

 

Déjà il y a quelques semaines, Adebayor réglait ses problèmes familiaux à travers sa page Facebook, ce qui avait largement surpris tant les propos intriguaient. Ses frères lui auraient mis un couteau sous la gorge alors qu’il se reposait ; il a même pensé à mettre fin à ses jours. Il faut dire que ce surdoué traîne l’image d’une grande gueule indisciplinée. Il avait été privé de finale de Gambardella à Metz, son premier club en Europe, déjà pour indiscipline. En 2006, après une vive altercation avec Stephen Keshi, le sélectionneur de l’époque, il souhaite quitter l’Égypte… Rebelote au Mondial 2006. Pour une énième histoire de primes non versées, Adebayor, fomente une grève avec ses coéquipiers, avant le match crucial contre la Suisse. Il a 22 ans.

 

Ganster ou footballeur !

 

Malgré son indiscipline, Adebayor a souvent régalé ses fans. Débarqué anonyme à Arsenalvia Monaco en janvier 2006, il commence à se faire connaître. Deux années plus tard, il plante 34 buts toutes compétitions confondues. « Je serais probablement devenu un gangster si je n’avais pas été footballeur pro. La plupart de mes amis de jeunesse sont aujourd’hui des vrais bad boy. Ils zonent toute la journée dans ma ville natale de Lomé. Ils picolent trop, ils fument de l’herbe et commettent des crimes. La vie est comme çà dans certains coins d’Afrique…Ici, certains footballeurs oublient à quel point ils ont de la chance de vivre cette merveilleuse vie de joueur pro », avait-il confié au Sun à cette époque. En septembre 2007, il inscrit son premier triplé, le premier hat-trick réalisé dans le nouveau stade d’Arsenal, l’Emirates Stadium.

 

Nommé par les instances du football africain pour le titre de « meilleur joueur africain de l’année 2004 », Emmanuel Adebayor marchait sur les traces d’Eto’o et de Drogba. Le côté un peu voyou en plus.

 

Adebayor a connu des moments de gloire et d’autres plus terribles. En 2010, l’Épervier perd deux de ses compatriotes dans le terrible mitraillage de son bus par des terroristes, à deux jours de l’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations en Angola. L’année suivante, il annonce sa retraite internationale, se disant « toujours hanté » par le mitraillage dont avait été victime le bus de sa sélection. Aujourd’hui, Adebayor est devenu indésirable chez les Éperviers et n’a plus de place à Tottenham. À lui de trouver la bonne porte de sortie.

 

Auteur: RFI.FR

Voir aussi

arbitre-sngalais

CAN 2017 Malang Diédhiou, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba sélectionnés

L’arbitre central Malang Diédhiou et ses assistants habituels, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba, …