téléchargement

EN GUERRE CONTRE LA BURQA- Macky s’expose à Bokko Haram

La déclaration présidentielle sur la burqa pourrait-elle susciter l’effet contraire ? C’est toute la crainte de voir les «fous de Dieu» débarquer au Sénégal, jusque-là à l’abri du terrorisme. Il est certain qu’au niveau de l’État islamique, la déclaration de Macky Sall sur le voile intégral, fait le tour des régiments de Bokko Haram.

Sur le principe de la lutte contre le terrorisme, les actions du chef de l’État sur  la question sont toutes compréhensibles et salutaires. La terreur installée en système religieux par des prétendus djihadistes au nom de l’islam dans la sous-région est inacceptable. Sous son manteau de Président en exercice de la Cedeao, Macky Sall était très attendu sur la question qui hante le sommeil des citoyens de cette zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest. Seulement, si le principe de combattre ces assassins enturbannés doit amener le Président sénégalais à prendre des initiatives, la cible choisie laisse à désirer. Ces femmes qui portent la burqa ne constituent guère une menace réelle pour la sécurité des personnes et des biens. Ce phénomène coutumier et couturier est présent depuis plus d’une vingtaine d’années dans ce pays. Le combattre pour se prémunir de l’action des djihadistes peut mener à des dérives qui, si l’on n’y prend garde, exposerait dangereusement le Sénégal. Combattre le terrorisme en amont et non en aval serait une bonne stratégie. Faudrait-il encore pour l’État de renforcer le contrôle aux frontières avec les pays limitrophes, renforcer les capacités d’action de notre armée, doper nos services de renseignements généraux et peut être dans une moindre mesure surveiller le contenu éducatif dans les daaras érigés en internat et dont la plupart sont dirigés par des ibadous.

Sur le plan international, le Président semble oublier un facteur très important sur ces organisations terroristes. Elles sont pour la plupart sous tutelle des Occidentaux qui les arment lourdement pour donner une image négative de l’islam. Pour preuve, au lendemain de la chute de Momar Khadafi, l’armée française et américaine n’ont-elles pas laissée des colonnes de blindés qui  en toute aisance quittent la Libye pour le Mali avant que ces derniers ne terrorisent la zone et fractionnent le territoire malien. Dès lors, sur ce dossier du terrorisme, Macky se doit d’éviter les déclarations à l’emporte pièces et adopter une posture moins effervescente sur ce dossier. Un pays comme le Nigéria, dont l’armée est vingt fois plus équipée que la nôtre, peine à contenir ces combattants de l’État islamique. La direction indiquée, comme solution, risque de présenter  notre pays comme un État qui régule pour les beaux yeux de l’Occident, la pratique d’un précepte du Coran. Et on risquerait de voir le Sénégal sur l’agenda de Bokko Haram. Alors attention !

Par Pape Amadou Gaye             

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …