Accueil / SOCIETE / En mouvement depuis hier, les enseignants prêts à tout

En mouvement depuis hier, les enseignants prêts à tout

« Dem ba jex » ( aller jusqu’au bout), tel semble être le cri de guerre des enseignants membres de l’intersyndicale en mouvement depuis hier. Ils ne veulent qu’une chose : la satisfaction de leur principale doléance qui est l’institution d’une prime de recherche documentaire. Ils l’ont affirmé hier sans ambages lors d’une assemblée générale tenue dans les locaux de l’école Imam Abdou Ndiaye 1.

Source : Le Matin
«Nous voulons que l’injustice soit réparée et que tous les ordres d’enseignement perçoivent la prime de recherche documentaire ». Ces propos de Paul Diakham de l’ Uden qui intervenait, hier, lors d’une assemblée générale sectorielle à l’école Imam Abdou Ndiaye 1 illustrent parfaitement la détermination des enseignants à aller jusqu’au bout de leur revendication. La rengaine la mieux partagée par les combattants contre l’ignorance pourrait se résumer par cette boutade : « vaincre ou périr ». Cela, les enseignants ne l’ont pas perdu de vue.

Selon Fodé Diallo, en service à Imam Abdou Ndiaye 3 : « Il nous faut nécessairement aller jusqu’ au bout de notre principale doléance. La question de l’ Indemnité de Recherche Documentaire doit être réglée fondamentalement. Toute autre démarche serait suicidaire. Sinon, nous risquons d’être discrédités à jamais » . Ce à quoi semble adhérer sa collègue Ndèye Penda Ndiaye de l’école Issa Kane. Selon elle : « L’année dernière, nous avons arrêté la grève au mauvais moment sans acquis notoire. C’est ce qui nous a valu d’être encore au point mort. La seule stratégie qui vaille, c’est de mettre la pression sur les pouvoirs publics ». Embouchant la même trompette, Mme Sarr déclare que les sit-in doivent être récurrents. Pour sa part, M. Pape Biram Bâ du Sels est d’avis que « les pouvoirs publics font dans le dilatoire et les 6000 parcelles déclarées ne sont pas encore visibles par les syndicats à plus forte raison viabilisées ».

Les enseignants affichent donc une volonté de marcher ensemble et de frapper fort. Ceci est perceptible chez les enseignants de la circonscription de Grand-Dakar 1. Mais, prévient Mme Soukèye Ndiaye de la structure scolaire Imam Abdou Ndiaye 2 : « Nous devons rester vigilants. Les autorités veulent durant les examens en cas de mouvement nous faire substituer par les professeurs. Ce qui risque de fragiliser notre mouvement ». Dans tous les cas, le seul cri de ralliement chez les enseignants demeure : « Aller jusqu’au bout pour la satisfaction de nos revendications ». De l’électricité en l’air à un mois des examens.


À voir aussi

Revue de presse du Samedi 26 Mai

Le Bilan de Macky Sall fait essentiellement la Une des journaux parus ce samedi 26 …

Enquête de l’IGE sur les bourses: Le rapport remis à Macky ce dimanche

L’enquête de l’IGE pour faire la lumière sur les retards des paiements des bourses est …