Confidences

EN PRIVE AVEC …. IBRAHIMA BADIANE DIT IRAN NDAO (PRECHEUR) ‘’ Jeûner ne signifie pas avoir soif ou faim.…’’

  • Date: 13 juin 2016
 Les Sénégalais rivalisent de connaissances religieuses en ce mois de Ramadan. Mais, tous ceux qui parlent maitrisent-ils leur sujet ? Pour éviter de tomber dans les travers et de croire en de pseudos vérités religieuses, EnQuête a donné la parole à Ibrahima Badiane dit Iran Ndao. En Oustaz 2.0, le prêcheur très adulé de la Sen Tv livre son sermon sans langue de bois.

Comment est-ce que le musulman doit se comporter en cette période de Ramadan ?

Le jeûneur doit se conformer aux recommandations de Dieu et non jeûner comme bon lui semble. Pour cela, il lui faut d’abord comprendre que jeûner ne signifie pas avoir soif ou faim. Par conséquent, le musulman ne doit pas jeuner comme il l’entend. Les privations ne s’arrêtent pas à la nourriture. Le jeûneur ne peut pas faire de la médisance par exemple ou écouter des choses prohibées par la religion. Il lui faut aussi éviter certaines choses comme  l’encens, le parfum, les jeux de hasard, le damier ou jouer aux cartes, etc.

Quels sont les bienfaits que le jeûneur doit multiplier actuellement?

La particularité du mois de ramadan c’est que les bienfaits doivent être multipliés. Car tout ce que le musulman fait de bien au cours de cette période Dieu le lui rétribue au double. Et comme on le dit si l’on ne doit prendre qu’une cuillère de riz autant la rendre consistante. C’est un mois par an donc on doit améliorer les ‘’nafilas’’ (ndlr prière surérogatoires), les ‘’zikr’’, et réciter quotidiennement ‘’lah’ilakha’ilala Mouhamadou Rassouloulahi’’ de préférence 313 fois ou 129 fois. Si le jeûneur ne peut pas lire le Coran, qu’il suive les chaines arabes ou écoute les radios qui parlent de la religion. C’est pour dire que la journée doit être remplie de bonnes choses, des activités qui sont en phase avec ce qui est recommandé. Mais pour ceux qui travaillent, je tiens à préciser que l’idéal est d’accomplir le travail d’abord. Il faut faire son travail avant même de faire ses ‘’nafilas’’.

Quelles sont les récompenses promises par le seigneur ?

Dieu est le seul à pouvoir exiger des croyants de jeûner. C’est pourquoi il a dit que c’est lui-même qui récompense le jeûneur. Ainsi les 10 premiers jours sont considérés comme ceux de la miséricorde, les 10 qui suivent sont ceux du pardon et les 10 derniers sont la clé du paradis. C’est donc la façon dont le mois béni a été  réparti en récompenses.

Durant ce mois certains cherchent des prétextes pour ne pas jeûner. Quels risques encourent-ils ?

Souvent quand on me demande quels sont les bienfaits du ramadan, je réponds que c’est le fait de pouvoir jeûner. Cela suffit largement comme récompense. Et le contraire, le fait de ne pas jeûner, suffit aussi comme châtiment. Car ne pas faire partie de ceux qui accomplissent une recommandation de Dieu, c’est déjà une punition et donc forcément un malheur. Ainsi, ne pas jeûner alors qu’on peut le faire, constitue en soi un lourd châtiment parce qu’on passe à côté de beaucoup de largesses dont on pouvait bénéficier de la part du tout puissant.

 Certains musulmans, lorsqu’ils observent le jeûne, deviennent moins productifs. Est-ce que la religion tolère cela ?

Ceux-là perdent inutilement les faveurs que pouvaient leur procurer le ramadan. Quand un musulman jeûne, il doit continuer à travailler correctement et respecter le contrat qui le lie à son employeur.

Est-ce qu’il y a une disposition particulière pour certains musulmans  qui ont des activités intenses ?

Il n’y a pas de dispositions particulières. Ils doivent jeûner comme tous les musulmans aptes à le faire. S’ils savent qu’ils ne peuvent pas allier travail et le jeûne parce que cela demande beaucoup d’énergie, ils n’ont qu’à revoir leurs horaires d’activités.  Si c’est un maçon qui doit fabriquer des briques par exemple, il peut attendre après la coupure du jeûne pour le faire ou juste après le ‘’kheude’’ (Repas pris avant l’aube). Du coté des sportifs aussi ils doivent obligatoirement jeuner. Travailler ne peut pas les exempter.

Le Sénégal observe le jeûne dans la division. Or, la science propose de plus en plus de solutions pour scruter le croissant lunaire. Quelle solution préconisez-vous pour remédier à cette situation ?

On doit toujours se baser sur la charia. Elle dit que si deux musulmans dont on ne doute nullement de la foi disent avoir vu la lune, on doit jeûner. Si un groupe de musulmans le voit également on doit entamer le ramadan. Si tout le monde le voit, il n’y a pas de problèmes aussi on doit s’y mettre. Pour célébrer aussi la Korité, les mêmes règles s’imposent. Et si le ciel est nuageux de sorte qu’on ne puisse pas voir la lune, on jeûne 30 jours. Après qu’on la voit ou qu’on ne la voit pas on célèbre la fête de l’Aid. Ce que l’on fait actuellement ne fait que créer la division. Et  cela montre aussi que la confiance n’existe plus. Et Dieu voulait en fixant les règles suscitées créer la confiance entre musulmans. Il a dit que les musulmans doivent s’unir. Et cela signifie commencer le ramadan ensemble et le terminer ensemble. Donc faisons ce que Dieu nous recommande et évitons de faire ce qu’on veut.

La solidarité pour le ‘’ndogou’’ s’organise de plus en plus dans les rues. Est-ce une bonne chose ou est-ce qu’il y a des risques que l’acte soit dévoyé?

Non, moi je trouve que c’est une très bonne initiative. Je prends comme exemple mon cas :   Je quitte très souvent à l’aube Tivaoune pour  ne rentrer que vers 4H du matin, il m’arrive souvent d’être dans la rue à l’heure de la coupure du jeûne. Et tomber sur ces jeunes ne peut être qu’une aubaine. C’est pourquoi je dis que c’est une bonne chose et on doit encourager ceux qui le font. Parce qu’ils aident beaucoup de gens. Il y a les voyageurs qui n’ont pas le temps de préparer de quoi manger à cette heure. Ces jeunes les aident à manger à l’heure recommandée. Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit que celui qui aide un musulman à couper son diète a les mêmes bienfaits que le jeûneur. J’en profite d’ailleurs pour dire que les policiers en faction sur le tronçon Pout-Sebikotane demandent aux transports en commun de s’arrêter un moment pour donner aux voyageurs l’occasion de prendre un café ou une datte. On peut penser que ce sont de petites choses mais elles ont un très grand intérêt pour ceux qui s’étaient abstenus pendant toute la journée et pour celui qui le fait.

Les femmes ont aussi l’habitude d’organiser des conférences religieuses pendant le mois de ramadan. Quel est votre avis sur ce phénomène?

Le mois de ramadan est un mois pendant lequel, les journées sont plus libres. Parce qu’on ne prépare pas le déjeuner et on suspend beaucoup de choses. Il y’a aussi le fait que les femmes organisent les tirages des billets pour le pèlerinage à la Mecque. C’est sans doute pour toutes ces raisons là qu’elles choisissent ce moment de l’année pour organiser des conférences religieuses. Je trouve donc que c’est une bonne chose et que c’est mieux que de rester à ne rien faire. Donc, on ne peut   qu’encourager des initiatives de ce genre. Par contre, ce qu’il faut déplorer c’est le fait que d’autres en profitent pour uniquement chercher de l’argent.

Un musulman ne doit pas faire certaines choses rien que pour de l’argent, ou un quelconque intérêt. Maintenant si après la conférence l’on offre au prêcheur quelque chose c’est bien, sinon ce dernier doit comprendre qu’animer une conférence est un acte d’adoration divine et qu’on ne doit pas exiger une rétribution. Le mois de ramadan n’est pas un mois pour chercher de l’argent mais au contraire pour se parfaire, pour améliorer sa pratique de la religion, orienter les musulmans et leur rappeler les recommandations de Dieu. Avoir 200 mille ou 500 mille CFA pour une conférence ne sert à rien. Selon  le Prophète (Psl), parfaire la pratique religieuse d’un musulman est mieux que la richesse.

Comment appréciez-vous le fait que des personnes jeûnent tout le mois pour célébrer  la Korité dans une boite de nuit?

Avant de parler de ceux-là, il y a ceux qui à la veille du Ramadan se laissent aller à cœur joie à la plage ou dans les boites de nuit. C’est ce qu’ils appellent ‘’Teudj saison bi’’. Et parait-il que ces jeunes appellent leurs copines pour faire des choses interdites par la religion.  Après le mois de Ramadan, le jour de la Korité ils vont rouvrir cette soit disant saison. Ça, c’est tout sauf de la dévotion.

Le jour de la Korité on doit rendre grâce à Dieu, d’avoir bouclé en paix le mois de Ramadan. Le mieux que l’on puisse faire ce jour en plus de prier c’est d’ organiser des conférences, de demander pardon à ses prochains et éviter tout lieu où on peut écouter de la musique, danser ou s’amuser en enfreignant les lois musulmanes. Nos ancêtres jeûnaient pendant les 30 jours qui précédaient le mois de ramadan pour accueillir ce mois béni. Ensuite jeuner le mois qui suit pour accompagner ce mois de prières et de privations pour la communauté musulmane.

Enquete

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15