Accueil / FAITS DIVERS / Enceintée à 14 ans par son copain, M. S. Diop avorte après trois mois de grossesse et risque gros

Enceintée à 14 ans par son copain, M. S. Diop avorte après trois mois de grossesse et risque gros

M.S. Diop a eu une enfance compliquée. Cette dernière a été enceintée à l’âge de 14 ans par son petit ami. Elle a ainsi avorté avec la complicité de certains membres de son entourage. Elles ont été arrêtées par la police et doivent être présentées à un juge.

 Les faits : les éléments de la police des Parcelles assainies ont reçu un appel téléphonique informant qu’une suspicion d’interruption volontaire de grossesse plane au centre de santé Nabil Choucair. Sur ce, un transport a été effectué sur les lieux par les limiers aux fins de constatation. Y étant, ils ont été conduits dans une salle où la nommée M.S. Diop était encore sous perfusion. Interrogée par les enquêteurs, la jeune fille a confié qu’à la veille de la Korité 2017, elle avait fugué avant de commencer à fréquenter le pont de l’émergence. C’est sur ces entrefaites qu’elle a connu les nommés Diodio Camara et Alpha Sarr. Plus tard, elle a entretenu une relation amoureuse avec le dernier nommé. Ils avaient l’habitude de faire des rapports sexuels non protégés. Malheureusement pour la mineure, elle a fini par attraper une grossesse. Sous le coup de la panique, elle s’en est ouverte à Diodio qui l’a acheminée au centre de santé Nabil Choucair pour la certitude de la grossesse. Le test étant positif, elle est allée voir la famille d’Alpha Sarr qui a assumé la responsabilité en achetant l’ordonnance et l’échographie. Mais, la nommée Seynabou Barry, mère d’une de leurs copines, a confié à la victime : « KHALEGA ATANO EUMB ». Sur ce, Seynabou Barry est allée acheter une plaquette de cinq comprimés qu’elle remettra à la fille, par l’intermédiaire de Diodio. La jeune fille a bu deux comprimés et introduit les trois autres dans son sexe. Ce qui a déclenché l’avortement.

Née en 2003, la fille a expliqué qu’aussitôt après avoir pris les comprimés, elle a commencé à saigner. Et ce, depuis une semaine avant qu’un fœtus ne sorte de son ventre. Interpellée à son tour, Diodio Camara a déclaré : « la fille m’a fait savoir qu’elle était en état de grossesse de trois mois, des œuvres de Alpha Sarr. Je lui ai proposé avec Amy Ciss, la fille de Seynabou Barry, d’aller faire un test de grossesse. C’est ainsi que nous nous sommes rendues au centre de Santé Nabil Choucair où j’ai remis la somme de 1500 francs Cfa à l’agent sanitaire qui nous a certifié que ledit test était positif ». Poursuivant, elle ajoute qu’il (l’agent sanitaire) a également recommandé à la victime de faire une échographie. «Faute de moyens, je lui ai proposé d’aller en parler à la mère de Alpha Sarr. Elle a pris les comprimés le mercredi 14 février 2018 chez la nommée Seynabou Barry vers minuit. Aux environs d’une heure du matin, elle nous a demandé de rentrer. A peine arrivée, elle s’est mise à saigner. Quelque chose est sortie de son sexe, elle l’a enveloppée dans sa serviette avant de la mettre dans un sachet imperméable qu’elle a jeté à la poubelle. J’ai nettoyé la chambre pour que ma mère ne se doute de rien ». De son côté, Seynabou Barry a reconnu partiellement les faits. A l’en croire, elle ignore la provenance de ces comprimés qui ont interrompu la grossesse de la fille. On l’a citée dans cette affaire dans le seul but de vouloir la faire arrêter. Toutefois, les susnommées seront traduites à la barre du tribunal des flagrants délits pour avortement et complicité de ce chef.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Ziguinchor : Une dame retrouvée pendue

Une dame,  A.B.S, la trentaine, mère d’un garçon a été retrouvée pendue à un arbre. La …

Une femme coupe le sexe de son mari

Le phénomène des violences conjugales dépasse les frontières sénégalaises. En bisbille avec son époux, une dame …