Contributions

Endss et Entss : Intégrer les deux écoles (Par Mamadou Mansour Seck)

  • Date: 22 janvier 2016

J’aurais souhaité que les étudiants fréquentant les deux écoles de service social de Dakar, l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endss) et l’ Ecole nationale des travailleurs sociaux spécialisés (Entss) puissent lire cet article et comprendre mes propos dont le prétexte est la grève qui sévit à l’Endss à la suite de la décision gouvernementale d’intégrer la formation des Assistants sociaux au curriculum de l’Entss.

J’avoue que j’ai été surpris et sidéré d’entendre les propos du représentant des étudiants de l’Endss exposant les doléances des grévistes de l’Endss. De prime abord, ma réaction était negative en ce que je trouvais que c’était vraiment dommage que ces étudiants aient montré à tous les télespectateurs du monde les limites de leurs connaissances des services sociaux en général et de l’histoire de la formation des travaileurs sociaux non seulement au Sénégal mais aussi dans les pays développés comme en Amérique du Nord. Par la suite, après mure réflection, j’ai compris leurs points de vue à propos des changements proposés.

Voici un extrait des propos de grévistes qui ont suscité ma réaction: “une école qui se dit être de travailleur social spécialisé, qu’est-ce qu’un assistant social va faire la-bas?”

Je voudrais tout simplement et en quelques lignes, leur donner quelques éléments d’information afin de les orienter à plus de recherche dans le domaine de la formation des travaileurs sociaux aux Etats Unis (USA). J’irai même jusqu’ à illustrer mes propos en exposant ma propre expérience d’Educateur spécialisé, formé à l’Ecole nationale des assistants sociaux et éducateurs spécialisés (Enaes) de Dakar, et ayant eu l’avantage d’aller poursuivre mes études en service social aux USA et présentement impliqué dans la formation de travailleurs sociaux aux USA.

Formation dans les écoles de service social aux USA : exemples
Départementalisation: à quel département est rattachée l’école le service social ?

Alors que certaines écoles de service social sont reconnues comme des entités indépendantes, d’autres sont rattachées à differents départements; certaines sont rattachées au département des sciences sociales, d’autres au département de la santé et de l’hygiene, et d’autres au département de la santé publique (Public Health).

Curriculum: comment sont structurés les programmes et cours?
Le “core curriculum” représente les cours de base que tous les travailleurs sociaux prennent. C’est par exemple la recherche, les techniques d’interview et l’éthique entre autres.

Les cours de spécialisation: organisés en fonction des différentes branches (streams) que sont: travailleurs sociaux des écoles, des hôpitaux, des prisons et des services pour enfants et familles, etc.

Orientations: sont-ils formés en tant que généralistes ou cliniciens?
Alors que les cliniciens sont surtout orientés vers l’intervention au profit des individus (micro level intervention), les généralistes, eux, sont formés en travail social de groupe avec les familles, institutions et communautés (macro level intervention).

Malgré ces variations dans le contenu de la formation, tous les étudiants qui remplissent les conditions d’obtention du diplôme à la fin de leur formation, reçoivent le titre de Travailleur social (Social Worker). A ce titre, ils peuvent adhérer à l’ Association nationale des travailleurs sociaux (National Association of Social Workers, NASW) qui est une organisation regroupant tous les travailleurs sociaux malgré la diversité dans la spécialisation dont le poids est surtout reconnu sur le terrain des services qui ne recrutent que des professionels qui respondent à leurs propres besoins. En fait, durant ou à la suite de leur formation (même après embauche), les travailleurs sociaux prennent des cours de spécialisation ou participent à des stages (in service training) en vue d’intervenir auprès des personnes âgées (gerontology), abus de stupéfiants (drug abuse), santé mentale (mental health), délinquence juvénile (Juvenile delinquency) ou autres…

En outre, pour exercer officiellement en tant que travailleurs sociaux, ces professionels sont obligés de réussir à un test pour obtenir la license (LSW, LISW) leur donnant le titre de Travailleurs sociaux en documentant leur titre, spécialité et statuts de la profession. Avec ce titre, ils doivent, chaque deux ans, présenter un certain nombre de crédits (Ceu) montrant que durant ces dernières années, ils ont suivi des cours de mis à jour; ceci n’est pas le cas au Sénégal ou après l’obtention du diplôme d’état, on n’est pas obligé de suivre des cours obligatoires de mis à niveau.

De l’ Enaes à l’Entss : Mon expérience de la formation et la vision du futur
Quand les syndicats s’immiscent dans la formation en privilégiant les intérêts de leurs membres, des dommages pourraient intervenir. En fait, à mon retour au Sénégal, après ma formation aux USA, j’ avais appris qu’un syndicat avait initié la procédure de “dislocation” de l’Enaes en vue d’envoyer les assistants sociaux à l’ Endss; j’avais considéré ce fait comme une régression par rapport à la précédente structuration et à ce qui se faisait en Amérique du Nord. Cette nouvelle décision gouvernementale de ramener les assistants sociaux à l’Entss va corriger l’erreur du passé.

En fait, en ma qualité de chef du département du premier cycle de l’Entss, j’avais apprécié la flexibilité du contenu de la formation (curriculum design) qui permettait de former des travailleurs sociaux à vocation d’intervenir dans les entreprises, les collectivités, les services pour handicapés  et l’éducation spécialisée. A ce titre, je ne doute, en rien, du futur succès de la formation des Assistants sociaux à l’Entss. Je suis rassuré par la flexibilité du “curriculum design” sachant que l’Entss peut former le travailleur social (Assistant sociaux) dont les élèves de l’ Endss aspirent au profil. Je suis convaincu que l’expérience des formateurs choisis pour dispenser les cours va créer une synergie qui satisfera les sortants et leurs futurs employeurs. Cette conviction, je l’ai partagée avec l’ensemble des formateurs de l’école de formation des travaileurs sociaux de Sudbury (Ontario, Canada) qui, après avoir écouté et entendu ma présentation sur le cursus et le contenu des cours dispensés à l’Entss, avaient accepté d’octroyer quatre bourses de formation a la maîtrise (Master in Social Work) à des étudiants et formateurs. Ce protocole d’accord avait été signé par les responsables de cette université canadienne et ensuite remis au ministère de la Famille du Sénégal dont dépendait l’Entss.

Proposition de résolution du conflit:
L’intégration des deux écoles devrait se faire au profit de tous les travailleurs sociaux sans distinction, y compris les Educateurs spécialisés dont la formation, parait-il, a été confiée à une structure au sein de l’Ecole nationale de magistrature (Enam). Cependant, en aucun cas, les 43 étudiants présentement en formation à l’Endss ne devraient être lésés à l’occasion de ce changement. Ils devraient continuer à bénéficier du “catalog privilège”, c’est-à-dire les droits attachés au catalogue qui était en vigueur au moment de leur admission à l’école. Aucun changement dans les privilèges acquis lors de leur admission à l’école ne devrait intervenir sans leur agrément.

Le responsable des étudiants avait beaucoup insisté sur l’aspect monétaire ou pécuniaire de la décision d’intégration des deux écoles. On peut comprendre ses préoccupations et lui reconnaître la justesse de son point de vue. Cependant, cette mesure doit être appréciée à sa juste valeur et considérée comme une opportunité en ce qu’elle peut contribuer à élever l’école à un standing international plus reconnu que celui dont elle jouit a present. En fait, les échos qui me parviennent maintenant par les contributions d’anciens étudiants de l’Entss qui évoluent à l’intérieur comme à l’exterieur du Sénégal me rassurent sur le haut niveau de la formation à l’Entss.

Les changements structurel et fonctionnel, c’est-à-dire l’intégration des deux structures et du personnel, peuvent intervenir avec le minimum d’input de la part des étudiants, mais avec la forte contribution des syndicats et des formateurs dont la préoccupation majeure est la formation adéquate des étudiants afin qu’ils puissent répondre aux attentes des employeurs et pourquoi pas à la demande d’emplois en tant qu’initiateurs de projets sociaux. Cependant, il ne faudrait pas toucher aux avantages des étudiants car le contrat implicite qui liait l’administration aux étudiants ne peut changer au cours des trois années de formation de tous les étudiants présentement en formation. Les nouvelles dispositions ne peuvent s’appliquer qu’aux nouveaux étudiants admis après la publication du décret ou après la mise en place de la nouvelle structure qui fera l’objet de ce décret.

 
Par Mamadou Mansour Seck Ph.D
Associate Professor
Cleveland State University
Cleveland-Ohio – USA
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15