téléchargement

ENFANTS DE TROUPE DU PRYTANÉE MILITAIRE Les incontournables surdoués du système

On les admire, déjà tout-petit, lorsqu’ils défilent le 4 avril, sur les allées du Centenaire. Hauts comme trois pommes, pour certains et déjà l’allure, le punch, le sérieux et la tête sur les épaules. Lorsqu’ils sortent du Prytanée militaire, bombardés de diplômes, ils bousculent toute la hiérarchie, en forçant l’admiration. Ce sont les surdoués. Ils deviennent ainsi des personnes incontournables du système. Dans le port, ils dament le pion. Hauts sur le podium de l’élégance.
On y entre, parce qu’on fait partie des meilleurs. Tous les grands du continent africain, hommes d’affaires, ministres, veulent que leurs enfants fassent partie de cette élite. Une élite qui se forme et se forge au fil du temps. Des jeunes hommes qui y entrent et dans leur tête, ils ont déjà, la bonne formule pour porter haut le flambeau. Des études où il faut se surpasser et se voir barder de diplômes. De belles carrières, après tant de sacrifices. Ils savent sauter d’un parachute et manient bien les armes. Ne vous y trompez pas. Au concours général, ils raflent presque tous les prix dans des matières à donner des insomnies, là où certains portent le bonnet d’âne. Les enfants de troupe, eux se dirigent, toujours sur le podium, le béret noir, bien visé.
Ces surdoués de l’école militaire constituent l’ossature du pouvoir. Ils sont sur les flancs. Et ils participent de belle manière aux décisions. Des postes stratégiques et des résultats élogieux. Ce sont des hommes au port vestimentaire inégalable. Comme s’ils étaient passés entre les mains de grands couturiers italiens.
Dans l’armée et les corps paramilitaires, ils sont pour la plupart des gradés. Avec des étoiles partout où ils passent. Leurs noms scintillent sur les terres d’opération. Le Sénégal est fier de compter au niveau de ces forces de défense, de grands noms. Armée de terre, marine, police, douanes, gendarmerie, etc.
Ce n’est pas par hasard qu’ils deviennent, au fil du temps, des colonels puis des généraux. Choisis comme aides de camp, par les quatre Présidents sénégalais. Qui n’a pas eu vent, de cet homme qui a sauvé, l’épouse d’un chef d’État kidnappé par une rébellion ? Des hommes dévoués qui passent, se surpassent même pour accomplir avec élégance leurs missions. Dans le port, c’est tout un plaisir que de voir ces messieurs, le regard droit, la coupe réglementaire, les pompes bien cirées et ce lacet, dont ils détiennent le secret !!!
Au sein de la presse, ils ont leurs noms dans les annales. Faites un peu le décompte. Des journalistes qui ont mis la peur, dans leurs rangers. Des papiers de tonnerre. Un style et des sources à faire pâlir plus d’un. C’est comme s’ils avaient appris le métier par cśur. Comme un élève du Cm récitant la table de deux.
Au niveau de la politique, ce sont des véritables boîtes à idées. Leur parcours dans la marche du pays en est une bonne preuve. Formés pour gouverner, diriger, apporter un nouveau souffle à des secteurs en léthargie. Ils influent de belle manière dans beaucoup de secteurs. Ils sont diplomates, chercheurs, experts comptables, pétroliers, chimistes, ingénieurs, etc.
De jour en jour, ils gravissent les échelons. Ils cultivent la solidarité, l’entraide, la fraternité d’armes. Dans un pays qui a besoin de ces nouvelles pousses, pour émerger…

Ndèye Diaw

Voir aussi

direc

[SUIVEZ EN LIVE HD] : Ouverture de la 5ème édition de l’Université Républicaine de la COJER à Saly Portudal