Accueil / ACTUALITES / Engagement de contributions aux changements climatiques à Paris : le Sénégal est dans le bon timing !

Engagement de contributions aux changements climatiques à Paris : le Sénégal est dans le bon timing !

A  quelques mois de la Conférence de Paris (du 30 novembre au 15 décembre), le Sénégal est dans le bon tempo pour déposer ses  Contributions prévues déterminées au niveau national (Cpdn).

Le Gouvernement a bien saisi le message du président de la République qui demandait, lors de la conférence nationale sur le développement à Dakar des mesures urgentes portant sur l’engagement  du Sénégal  sur les contributions au changement climatique. Notre pays est  dans le bon tempo  pour déposer   les Contributions prévues déterminées au niveau national(Cpdn) avant le 15 septembre. La révélation a été faite hier par le  directeur de cabinet du ministre de l’environnement  et du développement durable, Souleymane Diallo. Ce dernier s’exprimait à l’occasion d’un  atelier d’examen et de validation des études sectorielles d’atténuation et d’adaptation de la contribution prévue déterminée au niveau national. Une session d’examen des options et orientations proposées à la fois dans le cadre de l’adaptation et de l’atténuation, permettra de finaliser la contribution du Sénégal pour Paris et de mieux préparer l’économie du Sénégal à faire face aux  impacts du changement climatique. Citant le 5ème  rapport du  Groupe Intergouvernemental sur l’évolution du climat publié en 2014, Diallo estime que si  nous ne changeons rien, le réchauffement global sera de 4 à 5°C d’ici 2100 ». Par conséquent, le réchauffement climatique sera trop rapide, les événements extrêmes de plus en plus fréquents et les écosystèmes ne pourront pas s’adapter, avertit-il. Face à cette prévision alarmante, les décideurs des 196 pays devront prendre à l’unanimité, lors de la COP 21 de Paris, en Décembre 2015, la résolution de limiter la hausse de la température sous le seuil de 2°C avec des objectifs chiffrés de réduction des émissions de Gaz à effet de Serre par pays, a-t-il précisé. Le Sénégal n’est pas en reste et cela se justifie avec les travaux en cours sur la Cpdn. Ainsi, il s’agira d’étudier, quelle sera la participation du Sénégal face à cet effort global requis, tout en mettant en œuvre sa trajectoire de développement définie avec le Plan Sénégal Emergent. Le Sénégal, dit-il, est concerné à la fois, par l’atténuation et l’adaptation. Son engagement pour 2020 pour faire face aux changements climatiques doit refléter notre situation économique et sociale et nos capacités techniques et financières pour faire face à ces obligations.

Salamraky

Share This:

À voir aussi

CRISE DANS LA COOPÉRATION DE PÊCHE AVEC LE SÉNÉGAL Les exigences de la Mauritanie se précisent

La réflexion sur la crise en vogue dans le secteur de la pêche se poursuit …