une a tanor-1

Et si on en parlait… ENJEUX DU POUVOIR : Le langage haineux des énergumènes socialistes

Il fut un temps où le PS était le Quartier latin du champ politique sénégalais. Il détenait le pouvoir et disposait d’une agora d’esprits dotés d’une vaste culture politique et d’un immense cartésianisme civilisé. Ses débats sur les questions politiques, les enjeux nationaux et internationaux et ses universités d’Eté étaient des moments où la cogitation mettait en fête le cœur et l’esprit des militants.

Aujourd’hui, avec la perte du pouvoir, l’avènement de Macky Sall qui a eu le génie politique de les domestiquer, particulièrement le camp de Tanor promis à la juteuse Présidence du controversé HCCT, le langage est devenu haineux dans l’expression des divergences. Et ce langage est tenu par des énergumènes qui, par la parole volubile et le militantisme de subordination, s’agitent comme des marionnettes tristement suspendues au bout de cordes en hausse col.

Dans l’expression de leur haine, ils hâlent, diabolisent et souhaitent même que tous ceux qui sont contre la ligne de subordination tracée boivent jusqu’à la lie toutes les agonies de la proscription.

Ces énergumènes sont des amuseurs publics du PS. La seule évocation de leur nom fait éclater de rire. Favorisés par la combine politicienne pour devenir Maires ou être casé dans une Institution, soutenus par des responsables encagoulés qui jouent aux grands hommes, endossant le manteau de hâbleurs qui gavent en raison d’une haine jaillissant du cœur, ils ne font pas plus de la politique, mais de la chamaillerie pire que les tiraillements en borne fontaine.

Jamais dans l’histoire, le langage politique au PS n’a été aussi bas, haineux, agressif, venimeux et malveillant uniquement pour des questions de pouvoir à bénéficier. Ceux qui refusent que le parti soit livré au régime pour relever de son obédience sont considérés par la Tanorie comme des démons à éliminer parce qu’ils menacent ou fragilisent des intérêts boursiers.

La raison est simple : pendant quarante ans, le PS a été au pouvoir. Beaucoup de responsables même venus tard dans le parti ont joui des avantages du pouvoir et bénéficié de l’avoir qu’il procure. Ces responsables dont les vétérans sont au Bureau politique ne se sentent en existence que dans le protocole d’Etat et les privilèges. Ils n’ont d’existence que quand, autour d’eux, tout est fanfares, harangues, motards, cérémonials et autoritarisme.
Grâce à Benno Bokk Yakaar, Macky Sall le leur donne. Et ils sont prêts à tout pour le conserver, usant de rustres marionnettes qui n’ont pour arguments que l’offense et le langage haineux. Un d’eux semble même souhaiter que l’insoumis Barthélémy Diaz se retrouve dans un désert institutionnel pour être convoqué à la Cour d’Assise. Et dire qu’ils sont du même parti et ne les oppose que des divergences d’orientation politique.
Le PS a aujourd’hui la sinistre apparence d’un bloc si bloqué que son SG, en lieu et place d’une rencontre nationale statutaire, se donne pour stratagème une fourbe circulaire à « ses » militants pour qu’ils se prononcent sur la voie à suivre, celle indubitablement favorable à un ancrage dans le Macky. Et cette perfidie destinée à une consommation hors parti a pour but de donner le pastiche d’une démocratie interne.
Mais c’est de la tartufferie illustrée par le langage haineux de furibonds.

Le Piroguier

Voir aussi

telechargement-6

CARTE D’IDENTITÉ CEDEAO Le lancement est prévu le 04 octobre

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) a décidé de franchir un …

One comment

  1. Thiey Le Piroguier! Quelle culture politique facile à lire, quel courage rare dans la presse et quelle pertinence! OUI. Le PS n’est plus ce qu’il était. La haine, la jalousie et la méchanceté y font office. Et quand c’est Vilain qui parle, excusez, Wilane, c’est une catastrophe!