Enquête II EPSF sur le confiage des enfants au Sénégal 22,2% des enfants sont confiés, dont 14,3% à Dakar, 18,1% dans les autres villes-

Le confiage des enfants au Sénégal est un phénomène qui connaît de l’ampleur. C’est ce qui ressort des résultats de l’Enquête pauvreté et structure familiale (Epsf) rendu public par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd).

Les résultats de l’Enquête pauvreté et structure familiale (Epsf) sur le confiage des enfants montrent que le phénomène connait de l’ampleur. Publiés, hier, par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), ils révèlent que la distribution des ménages selon le milieu de résidence fait apparaître qu’«il y a 14,3% d’enfants confiés à Dakar, contre 18,1% dans les autres villes. Et dans le milieu rural, ils sont 16% contre 84%.  Ce qui fait un total de 22,2% contre 77,8%.

La proportion des ménages qui confient leurs enfants selon le milieu de résidence et le quintile de dépense par tête montre que Dakar enregistre un faible taux avec 17,2%, suivi des autres villes avec 22,3% et le milieu urbain avec 33%. Cette situation s’explique par les faibles niveaux d’instruction des parents qui varient d’un milieu à un autre», indique le rapport.

«C’est ainsi que dans la répartition des enfants confiés par niveau d’instruction, le niveau d’instruction du père est évalué à 9,4% pour Dakar, 14,6% dans les autres villes et 17,8% dans le monde rural qui n’ont eu aucune instruction. 20,4% à Dakar ont fréquenté l’école coranique, 44% dans les autres villes et 53,2 dans le monde rural. Pour ce qui est du niveau d’instruction de la mère, il y a 25,3% à Dakar, 42,9% pour les autres villes et 49,6% pour le milieu rural qui n’ont reçu aucune instruction», note le document.

«Concernant l’éducation religieuse, c’est 21,7% à Dakar, 19,1% dans les autres villes, 32,1% en milieu rural qui ont fréquenté l’école coranique. La situation matrimoniale des parents qui confient leurs enfants révèle que 47,3% à Dakar, 56% dans les autres villes et 47,1% sont des polygames. Et 29,5% à Dakar, 26,7% dans les autres villes et 41,6% sont des monogames», souligne encore l’enquête.

Le document renseigne également que «dans la catégorie veuve Dakar est à 7,2% et 6,1% dans les autres villes, contre 5,6% en milieu rural. Quant aux personnes divorcées qui confient leurs enfants, elles constituent 6,9% à Dakar, 5,3% dans les autres villes et 2% en milieu rural. En effet, à Dakar 7,5% de ces enfants sont confiés à des guides religieux qui ont des liens de parenté avec le père de l’enfant, contre 7,7% dans les autres villes et 20,4% en milieu rural. Les enfants confiés à des guides religieux en lien de parenté avec la mère constituent 6,8% à Dakar, contre 7,7% pour les autres villes et 20,4% en milieu rural».

«Parmi les raisons évoquées figurent en bonne place la scolarisation avec 26,4% pour Dakar, 22,4 pour les autres villes et 18,8% en milieu rural. L’autre raison phare, c’est la situation difficile dans le ménage qui fait qu’à Dakar, on a 12,3%, 12,2% pour les autres villes et 5,1% en milieu rural. A côté de ces prétextes, il y a la raison pour étudier le Coran avec 13,1% à Dakar, 8,2% pour les autres villes et 31% en milieu rural», note l’étude.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15