22 octobre, 2014
Accueil » ACTUALITES » ENRICHISSEMENT ILLICITE : Ce qu’on reproche en réalité à Karim Wade
ENRICHISSEMENT ILLICITE :  Ce qu’on reproche en réalité à Karim Wade

ENRICHISSEMENT ILLICITE : Ce qu’on reproche en réalité à Karim Wade

L’ancien ministre d’Etat, Karim Wade, a finalement reçu hier sa mise en demeure verbale auprès du procureur. Dans le dossier, on accuse le fils ainé de Me Wade d’être le propriétaire de plusieurs sociétés et d’avoir rempli ses comptes de milliards FCFA, en 12 ans seulement.
Karim Wade dont les partisans craignaient son arrestation, hier, est ressorti de son face à face avec le procureur de la cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), libre. Voulant faire une déclaration devant la presse, il se verra intimé l’ordre par les policiers, de quitter les lieux, en compagnie de ses avocats. Les deux minutes de retard ont coûté à ces derniers des coups de grenade lacrymogène. Ceux qui ont voulu se rebeller ont été bien corrigés par les policiers qui en blesseront un. Farba Senghor, le propagandiste libéral a été rudoyé et c’est finalement au domicile du président Wade à point E, non loin de la Crei, que les avocats de Karim Wade se sont concertés, avant de tenir une déclaration commune.

Karim Wade pèse plus de 694 milliards

Selon Me Amadou Sall, on accuse leur client d’avoir acquis illicitement près de 700 milliards de CFCA, sur le dos des sénégalais. «Il est reproché à Karim d’être le propriétaire des sociétés comme : Dubaï Port World (estimé à 391 milliards de FCFA), la Banque Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE), AHS Sénégal, AHS Niger, AHS Jordanie, AHS Ghana, de l’aéroport de Malabo, en Guinée-Équatoriale et de plusieurs sociétés civiles créées dans ce pays, depuis quelques années. Des avoirs qui se chiffrent à plus de 694 milliards de francs CFA, en plus de la maison d’Abdoulaye Wade au Point E, qu’il posséderait depuis des années, raison pour laquelle il aurait reçu sa mise en demeure», a-t-il conclu. Poursuivant, il précisera que «la montagne a accouché d’une souris» car, aucun franc n’a été trouvé dans un compte à l’étranger, malgré la mise en contribution de la Grande Bretagne, de la France et des USA. Selon une source proche de la Crei, Karim Wade est considéré comme un actionnaire de l’aéroport de Malabo, en Guinée-Équatoriale, au lieu de propriétaire. Cet aéroport a été construit par l’ancien conseillé du président Wade, l’architecte Pierre Atepa Goudiabys. A en croire les avocats de Wade-fils, les enquêteurs n’ont pas trouvé de comptes lui appartenant, à l’étranger, alors qu’on lui attribuait des comptes bien listés et plusieurs sociétés civiles, sans compter des immeubles à Dakar, en France et au Canada. Comme quoi, Karim pèserait plus de 700 milliards de FCFA.

Ceux qui ont mouillé Karim Wade

Karim aurait été perdu par l’audition de ses proches dont Cheikh Diallo, Président de groupe de presse CD-Media, Vieux Aidara, directeur de la télévision privée Canal infos News et Madior Sylla, ancien présentateur de la télévision nationale et chargé de la communication du fils de Wade, du milliardaire Ibrahima Khalil Bourgi dit Bibo et d’Abass Jaber, directeur de la société nationale de la commercialisation de l’arachide. Son ami, Patrick Williams a également été entendu par les éléments de la brigade de recherche. Toutes ces personnes auraient fourni de précieuses infos à la gendarmerie transmises à la Crei. Aussi, aujourd’hui, le fils de l’ancien président n(a-t-il que 30 jours pour prouver l’origine licite de sa fortune.

Ibrahima Khalil DIEME

REWMI QUOTIDIEN