Accueil / ACTUALITES / Enrichissement illicite- Fallou Guèye contredit Tahibou Ndiaye et son épouse

Enrichissement illicite- Fallou Guèye contredit Tahibou Ndiaye et son épouse

 Le procès de l’ancien directeur du Cadastre et ses co-prévenus n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets. En effet, les déclarations faites par Tahibou Ndiaye et son épouse, au sujet du terrain de Ngor Wassiya, ont été contredites par le témoin Mouhamadou Fallilou Guèye. Auparavant, Ndèye Rokhaya Thiam, fille adoptive de Tahibou, a fait face aux juges.

Premier témoin à être entendu dans le dossier d’enrichissement illicite portant sur 3,9 milliards, Mouhamadou Fallilou Guèye a contredit Tahibou Ndiaye et son épouse, au sujet du terrain de Ngor Wassiya. A la barre, hier, le témoin a soutenu que c’est lui qui a proposé ledit terrain à sa nièce, néanmoins épouse de l’ancien directeur du Cadastre. «Tahibou n’a jamais accepté que je lui fasse des faveurs. Pour le terrain de Ngor Wassiya, je l’ai proposé à mon ami, mais il avait refusé. Ainsi, l’ai-je proposé à Ndèye Aby Ndiongue qui a accepté. Sur ce, j’ai fait les travaux nécessaires, avant de muter le terrain au nom de la dame», a indiqué le témoin. La dame avait dit aux juges que c’est elle-même qui en avait fait la demande. Le témoin a aussi indiqué que le terrain de 500m2 aux Almadies lui appartient et qu’il l’a acquis lorsqu’il faisait le terrassement de Méridien. S’agissant de la contribution en matériel que le prévenu a évaluée à 80 millions, le sieur Guèye a reconnu, hier, à la barre avoir donné du matériel d’une valeur estimée entre 45 et 50 millions. «Je suis incapable de vous dire la somme exacte. Mais, ce matériel a permis de construire la villa de Yoff. En effet, je gardais le restant du matériel avec lequel je faisais mes travaux de terrassement et c’est avec cela que j’ai aidé Tahibou à construire une de ses maisons», a-t-il encore dit. Revenant sur son travail, il a indiqué qu’il fait des travaux de terrassement de terrains qu’il détecte, avant de négocier avec l’Etat qu’il mettait devant le fait accompli. Au sujet de la médiation pénale, le témoin explique : «Tahibou m’a expliqué que le Procureur lui a dit de lui remettre tous ses biens, pour éviter d’aller en prison. Il l’a même menacé. Je lui ai conseillé de donner l’intégralité de ses biens, parce que la liberté n’a pas prix. Je lui ai même dit si cela peut vous éviter de passer une seule nuit en prison, cela en vaut la peine.» A l’en croire, Tahibou a signé le procès verbal de médiation pénale, parce que le Procureur Ndao lui a fait comprendre que l’une de ses filles adoptives était en train de se suicider.

Tahibou Ndiaye : «Je ne répondrai plus aux questions de Me Thiam»

Le témoin Mouhamadou Falilou Guèye a dit, lors de son interrogatoire par la commission d’instruction, que Tahibou Ndiaye est dominé par sa femme. Cause de tous ses problèmes. A la barre de la Cour de répression de l’enrichissement illicite, hier, l’avocat de l’Etat a profité de la présence de Fallilou Guèye pour lui demander de revenir sur ces propos. Ce dernier dira que cela n’a rien à voir avec la procédure. Revenant à la charge, Me Yérim Thiam se verra rétorquer par Tahibou que c’est sa vie privée. Sur insistance de l’avocat, l’ancien directeur du Cadastre de déclarer : «je suis allé auprès de Me Thiam pour lui serrer la main et lui présenter mes excuses. Ce, suite à une réponse qui je lui ai servie. Mais désormais, je ne répondrai plus aux questions de Me Yérim Thiam, parce qu’il entre et ressort dans ma vie privée comme il veut.» Les avocats de la défense ont abondé dans le même sens. «Me Thiam est le plus ancien. On attendait qu’il se comporte de manière exemplaire, en tant que bâtonnier, pour la sérénité des débats. Mais, puisque c’est comme ça, nous demandons à notre client de ne plus répondre aux questions de l’avocat de l’Etat», a dit Me Sow. L’incident a été clos par le Président de la Cour qui a pris acte de la décision du prévenu.

Fille de Tahibou : «Je ne sais pas la signification de l’enrichissement illicite»

Poursuivie pour complicité d’enrichissement illicite portant sur 3,9 milliards, Ndèye Rokhaya Thiam, fille adoptive de Tahibou, a été, hier, la dernière à se présenter à la barre. Devant les juges, elle a renseigné ne pas comprendre ce qui signifie «enrichissement illicite». «Il y a une villa R+2 à Yoff qui est à mon nom. Cette maison est une maison familiale. Pour ce terrain, un jour, je discutais avec ma maman et elle m’a fait savoir que mon père, Cheikhou Thiam (employé par la direction des impôts et domaines au bureau d’étude générale de la direction du Cadastre : ndlr), avait laissé de l’argent (45 millions) pour la construction du terrain de Fass. Ce terrain était litigieux et c’est ainsi que mon Papa Tahibou nous a proposé un terrain de substitution sis à Yoff», a-t-elle précisé. Poursuivant, elle dira avoir fait une demande, sur proposition de son père, au niveau de la direction des impôts, avant d’être attributaire dudit terrain. Les débats d’audience ont également permis de savoir que Ndèye Rokhaya Thiam avait également des terrains à Mermoz Sotrac et à l’Aéroport. «J’ai deux comptes bancaires dont un à la Sgbs et un autre à la Cbao. Le compte de la Sgbs contient 10 millions de francs», a-t-elle informé. Sur une question de Henry Grégoire Diop, par rapport à l’origine de cet argent, elle rétorquera : «je suis commerçante et c’est sur la base de mes affaires que j’exerçais, de concert avec ma tante que j’alimentais mon compte.»

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Développement de l’Afrique Les solutions au cœur des discussions

Les travaux de la troisième édition du forum Investir en Afrique (IAF) ont démarré hier …

GO : Atépa à Tivaouane

Si beaucoup de musulmans et de chrétiens se sont retrouvés ensemble à Tivaouane pour rendre …