19 avril, 2014
Accueil » ECONOMIE » Enseignement de la langue chinoise : Un défi important pour l’Afrique
Enseignement de la langue chinoise : Un défi important pour l’Afrique

Enseignement de la langue chinoise : Un défi important pour l’Afrique

Le directeur de l’enseignement supérieur, le professeur Amadou Tidiane Guiro, a estimé, hier, lors de l’ouverture du premier Institut Confucius au Sénégal, que l’enseignement de la langue chinoise demeure un défi important pour l’Afrique. Ainsi, ce premier institut Confucius au sein de l’école nationale supérieure d’enseignement technique et professionnelle (Ensept) est de promouvoir la langue et la culture de la Chine.

A l’occasion de l’ouverture du premier institut Confucius au Sénégal au sein de l’école nationale supérieure d’enseignement technique et professionnelle (Ensept), hier, à Dakar, le directeur de l’enseignement supérieur, le professeur Amadou Tidiane Guiro, a renseigné que cet institut a été créé dans le but de promouvoir la langue et la culture chinoises en Afrique. En effet, dit-il, « aujourd’hui, si l’on prend compte de l’exceptionnelle croissance économique de la Chine et son influence, de plus en plus, importante sur la scène mondiale, l’enseignement du chinois, en tant que langue étrangère, demeure un défi, notamment, en Afrique ». L’offre de cet institut Confucius au Sénégal va également se diversifier, avec des conférences, colloques et autres formations spécifiques pour le monde de l’entreprise. La journée d’hier, est, pour Amadou Tidiane Guiro, à marquer d’une pierre blanche qui place nos ambitions communes de réussite pour la formation des futures générations.

C’est en 2009 qu’est venue l’idée de créer cette école, lors d’une visite du Président chinois, Xu Jintao. Cependant, il faut dire que l’accord sera signé en mars 2011 et finalisé lors de la dernière visite du recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Saliou Ndiaye, en Chine. Ce nouvel institut sera dirigé par deux directeurs : un chinois et un sénégalais et les enseignants seront rémunérés par le bureau de la commission pour la diffusion de la langue chinoise. Les cours y seront gratuits et les meilleurs étudiants bénéficieront de bourses pour poursuivre leurs études à l’université de Liaoning. Mais avant cela, un immeuble, dont les travaux démarrent en fin 2012 ou en début 2013, sera construit à l’Ucad, pour abriter le premier institut de langue et civilisation chinoises en Afrique.

Cheikh Moussa SARR

(Stagiaire)

REWMI QUOTIDIEN