Accueil / Education / Enseignement des sciences : un officiel prône la mise en place d’une stratégie rigoureuse

Enseignement des sciences : un officiel prône la mise en place d’une stratégie rigoureuse

Le directeur général de l’enseignement supérieur, Mamadou Sangharé, a suggéré lundi la mise en place d’une stratégie rigoureuse dans l’enseignement des sciences pour lequel il recommande aussi de bâtir une politique autour des indicateurs de suivi.

 ‘’Cette politique ne peut être déclinée que par l’ensemble des acteurs, en parfaite synergie, évoluant dans le secteur de l’éducation, de la petite enfance, de l’enseignement supérieur’’, a estimé M. Sangharé.
Il présidait la deuxième conférence des Académies africaines, européennes et méditerranéennes pour l’enseignement supérieur (AEMASE II), ouverte lundi à Dakar.
Appréciant le rôle moteur que jouent la science et la technique pour assurer le développement durable de toute la nation, M. Sangharé a souligné que plusieurs pays ont connu une augmentation rapide de la création de richesse.
Il s’agit de pays dont les options fondamentales de développement ont porté sur l’appropriation des résultats de recherche et ces deux leviers.
‘’La science et la technique constituent à présent, plus que par le passé, les paradigmes majeurs qui interpellent le progrès et l’avancée de l’humanité’’, a dit le directeur général de l’enseignement supérieur.
D’après lui, la science et la technique sont ‘’universellement reconnues comme éléments moteurs du développement économique, social et culturel des nations’’.
‘’Elles permettent entre autres applications de contribuer efficacement, à la réduction de la pauvreté, à la prévention et à la guérison des maladies, de même qu’à la sauvegarde de l’environnement’’, a-t-il expliqué.
D’après lui, dans le contexte d’un monde en pleine mutation, le secteur de l’enseignement des sciences doit apparaitre comme celui qui doit être le plus touché par une remise en cause tant dans le contenu et la démarche que dans les stratégies et les moyens.
‘’Toute tentative de développement de l’enseignement des sciences devrait s’appuyer sur deux leviers, notamment l’installation des structures de l’évaluation et la déclinaison d’une politique articulée et harmonisée’’, a-t- il estimé.
Selon lui, la démarche scientifique doit commencer à s’installer à partir de la petite enfance où la formation de l’esprit critique est une compétence essentielle à acquérir.
Revenant sur la rencontre, Mamadou Sangharé a indiqué qu’elle s’inscrit dans le cadre de ma poursuite de réflexions collaboratives et pluridisciplinaires dont les conclusions permettront, dans un contexte de mondialisation, d’adopter une approche consensuelle pour améliorer la méthodologie d’enseignement des sciences.
’’Nous devons réfléchir aux positionnements et stratégies de ces académies, afin de les rendre plus opérationnelles et plus efficaces pour le développement des sciences et techniques de nos pays respectifs’’, a dit M. Sangharé.
Plusieurs personnalités scientifiques venus d’Europe, de la Méditerranée et de l’Afrique ont pris part à cette la conférence AEMASE II, qui prend fin mardi.

Share This:

À voir aussi

GOUVERNANCE EDUCATIVE- CINQ ANS DE CALVAIRE DES ENSEIGNANTS

2012-2017. 5 ans de cohabitation heurtée entre les autorités étatiques et les syndicats d’enseignants, malgré …