Accueil / Education / Enseignement privé- Le Sudes déplore le silence des autorités

Enseignement privé- Le Sudes déplore le silence des autorités

Le Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES/Privé) est sorti de sa réserve pour déplorer le silence assourdissant des autorités.

«La crainte des élèves, mais aussi du personnel enseignant et administratif des écoles privées d’être délogés par des grévistes, empêche la sérénité dans l’accomplissement du travail. Les autorités de la République doivent savoir que l’enseignement privé ne peut pas continuer à vivre une telle psychose. Notre syndicat, le SUDES/Enseignement Privé, en tout cas, est très conscient des enjeux et est préoccupé par la stabilité du système éducatif de notre pays qui n’a aucun intérêt à récolter dans un bras de fer entre l’Etat et les enseignants ; ce sont les élèves qui paieront les pots cassés. C’est pourquoi nous exigeons que l’Etat mette en œuvre des négociations rapides et sérieuses avec les syndicats et trouve une solution définitive aux problèmes », a déclaré le SUDES/ Enseignement privé.

Au demeurant, les enseignants du secteur de l’enseignement privé sont tout aussi confrontés à de graves problèmes qui nécessitent la mobilisation pour des luttes victorieuses. « A cet effet, notre plateforme revendicative portant sur l’augmentation de la « prime de résidence » qui devrait d’ailleurs s’intituler « prime de logement », ainsi que l’augmentation des salaires, de la Prime pour la Qualité de l’Enseignement (PQE), entre autres, tarde à être négociée et devrait faire l’objet d’une grève. Cependant, conscients de la complexité de la crise actuelle dans le secteur public, nous exigeons l’ouverture de négociations avec le patronat de l’enseignement privé, sous l’égide de la Direction générale du Travail », a fait savoir le syndicat.

Cependant, le SUDES/Enseignement privé exhorte tous les enseignants du secteur de l’enseignement privé à prendre conscience de la nécessité de lutter sous des formes diverses, pour obtenir des acquis souhaités. « En effet, seule la lutte syndicale est payante ! Au total, nous demandons à tous les acteurs du système éducatif de faire preuve de lucidité en engageant des négociations sérieuses susceptibles d’instaurer une paix sociale durable, aussi bien dans le secteur public que privé de l’éducation », a dit le syndicat.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Kaffrine : 27 enseignantes outillées en leadership féminin

La SCOFI, un programme de scolarisation des filles, a organisé lundi à Kaffrine, un atelier …

Enseignement et recherche : vers un accord cadre entre Dakar et Brazaville

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Sénégal, Mary Teuw Niane et …