Accueil / Education / Enseignement supérieur Vers un accord-cadre en juin entre Dakar et Brazzaville

Enseignement supérieur Vers un accord-cadre en juin entre Dakar et Brazzaville

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Sénégal, Mary Teuw Niane, a révélé hier, à Dakar, lors d’une conférence, qu’il va signer un accord-cadre en juin avec son homologue du Congo, Bruno Jean Richard Itoua. L’objectif est de rétablir un pont historique entre les deux pays.

«Nos deux équipes y ont discuté et il reste juste à le finaliser. Et comme l’a dit mon ami et frère, au mois de juin, nous espérons dans le cadre de la commission mixte Congo-Sénégal, pouvoir procéder à la signature de cet accord-cadre», a révélé M. Mary Teuw Niane, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Sénégal.

Selon lui, déjà, leurs étudiants et étudiantes n’ont pas attendu, ils sont dans les deux pays, leurs enseignants chercheurs se connaissent et leurs universités ont des relations. « Il s’agit de renforcer cela et de l’inscrire dans cette vision nouvelle de l’enseignement supérieur et de la recherche », a-t-il dit.

Ainsi, Mary Teuw Niane de noter qu’ils ont, durant ces jours, aussi bien à Dakar, Thiès, Diamniadio et encore Dakar, compris qu’ils étaient en train de réaliser les mêmes visions de l’enseignement supérieur et de la recherche pour nos différents pays et celles de nos deux chefs d’Etat. « C’est heureux que ce soit deux pays liés par l’histoire puisqu’au Sénégal, on rappelle toujours Brazzaville, c’est qu’à Brazzaville, on rappelle Dakar et qui sont aussi des capitales qui ont accueilli des moments historiques de l’évolution intellectuelle et culturelle de notre continent et ces échanges vont aboutir à un accord-cadre », a-t-il soutenu.

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche du Congo, Bruno Jean Richard Itoua, de son côté, de souligner que s’ils sont venus ici, c’est le fruit de longs échanges entre les deux ministères pour essayer de rétablir un pont historique entre les deux capitales, Dakar et Brazzaville, qui incarnaient l’intellectualisme en Afrique francophone à travers les instituts universitaires historiques que sont l’université Marien Ngouabi et l’Université Cheikh Anta Diop. « Aujourd’hui, la volonté des deux ministres que nous sommes est de rétablir ce pont, mais surtout de le voir vivre à travers des actions très prises », a-t-il déclaré.

Selon lui, visiblement, leurs exécutions n’ont pas été à la hauteur de ce qui devait continuer à rester ce pont. « C’est l’objet de l’accord qui est à discussion entre nos deux équipes et qui va être rapidement finalisé au plus vite, et pourquoi pas au mois de juin à l’occasion de la commission mixte », a-t-il fait savoir.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Dette aux écoles privées : L’Etat débloque 3 milliards

Pour permettre aux étudiants orientés par l’Etat dans les établissements d’enseignement privé de reprendre les …

Enseignement supérieur privé : Des centaines d’étudiants jetés dehors

Ils seront des centaines d’étudiants à devoir, dorénavant, stopper leur formation. Le Cadre unitaire des …