ENTRÉE DE BALDE DANS LE GOUVERNEMENT DE MACKY L’UCS dément et confirme sa candidature pour 2019

Le parti du président Abdoulaye Baldé serait en négociation avec le chef de l’Etat pour son entrée dans le prochain gouvernement. Une information démentie hier par Me Pape Mamaille Diockou, président national des jeunesses de l’Union centriste du Sénégal (UCS). Le jeune avocat est allé plus loin en annonçant la candidature de son mentor à la prochaine présidentielle prévue en 2019.

 Depuis quelques mois, une rumeur pollue les médias sur une éventuelle adhésion de l’Ucs d’Abdoulaye Baldé à la mouvance présidentielle. Le patron des jeunesses centristes du Sénégal a qualifié d’infondée cette information, avant de demander aux spéculateurs de mettre fin à ce débat. « Cette rumeur ne date pas d’aujourd’hui. Elle date depuis 2012. Depuis 2012 au Sénégal, on a tendance à dire que le président Abdoulaye Baldé est de la famille du président Macky Sall. Il a créé l’Ucs, c’est une voie de contournement pour rejoindre les prairies marron. Et depuis lors, vous n’avez rien vu venir. Je demande aux spéculateurs d’arrêter », a réagi, Me Pape Mamaille Diockou, président national des jeunesses de l’Ucs. Selon lui : « La politique, c’est le réel. Moi, je ne crois qu’au réel et quand c’est de l’abstrait, des chroniques, des analyses…, je n’en fais pas de commentaire. Mais, je suis un politique pragmatique et je crois que ce que je vois et je n’ai rien vu. Nous pensons que l’Ucs est un parti autonome qui a une ambition. Vous savez, Baldé en tant que chef de parti, Macky Sall en tant que chef de parti, si eux deux pour des raisons privées, échangent, ça ne concerne pas l’Ucs. L’Ucs a des structures, elle a des organes, des entités. En tout cas moi, en ma qualité de responsable national des jeunes, je n’ai jamais assisté à une réunion où la question d’un quelconque rapprochement a été évoqué ».

« Nous voulons concourir au suffrage des Sénégalais en 2017 pour les législatives et en 2019 pour la présidentielle. Et en tant que jeunes, nous demandons au parti, au président Baldé, de mettre sur pied immédiatement un directoire de campagne. Il faut battre le fer quand il est chaud. Aujourd’hui, nous avons le vent en poupe », a lancé Me Diockou. Car pour ces jeunes centristes, le plus important est qu’Abdoulaye Baldé bénéficie de la confiance de la Casamance et que le Sénégal adhère à leur projet politique. Le jeune avocat au barreau de Paris a répondu aux détracteurs du maire de Ziguinchor sur le dossier de la traque des biens mal acquis  en rappelant que depuis 2013, le député-maire de Ziguinchor est sous le coup d’un contrôle judiciaire et que tous ses déplacements sont soumis à une autorisation du juge. Il rappelle que son patrimoine, ainsi que ceux de ses proches, ont fait l’objet de fouille. « Abdoulaye Baldé ne cache rien et nous sommes pressés que son dossier soit vidé », a-t-il dit au téléphone.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

SITUATION POST-ELECTORALE EN GAMBIE La RADDHO ordonne Yayah Jammeh de « se conformer à la Charte africaine de la démocratie »

 La Rencontre africaine des droits de l’homme (RADDHO) n’est pas en reste. Elle exige Yayah …