Accueil / ECONOMIE / Entreprises sénégalaises- le sombre diagnostique de l’Usetta

Entreprises sénégalaises- le sombre diagnostique de l’Usetta

L’économie sénégalaise s’installe dans une tendance dépressive. Les entreprises nationales broient du noir. Voilà le constat alarmant  fait par le président  l’Union sénégalaise des entreprises de transit et transport (Usetta) en marge d’une conférence de l’Unacois Jappo. Selon son président, Matar Diallo, c’est plus d’un  tiers des sociétés de transit qui vont vers un dépôt de bilan, faute d’une intervention rapide des autorités pour les tirer de leur situation très difficile.  Si en 2010, environ deux sociétés de transit étaient en difficulté, aujourd’hui avec l’’Alternance II, pas moins de 90  sur près de 150 sociétés et entreprises de transit, connaissent de sérieuses difficultés dont 40 sociétés qui risquent de fermer boutique. Et la conséquence de la fermeture de ces entreprises est sans appel. 1.500  pères de familles seront envoyés au chômage.

L’incroyable sinistrose ambiante des entreprises nationales s’explique par la concurrence déloyales et la présence de multinationales étrangères au Port autonome de Dakar (Pad) qui rafle tous les appels d’offres. « Nos sociétés sont dans des difficultés. Aujourd’hui, nous ne parlons même pas du paiement des salaires de nos agents. Nous avons des problèmes même pour payer le loyer », s’esclaffe de nervosité le président de l’Usetta. Embouchant la même trompette, l’Unacois déplore qu’une bonne partie des activités de transit et de transport au Port autonome de Dakar (Pad) soit concentrée entre les mains de multinationales étrangères.  Ainsi, exhorte-t-elle le gouvernement à avoir un regard sur ce qui se passe au port de Dakar, où les nationaux sont défavorisés au profit des multinationales.

À voir aussi

Macky Sall : ’’notre économie a retrouvé sa compétitivité »

Le Sénégal est ’’redevenu actif’’ par le biais d’une compétitivité retrouvée, une situation qui explique …

Indice Ibrahim de la Gouvernance en Afrique le Sénégal occupe la 10e place sur 54 pays

L’indice Ibrahim de la Gouvernance en Afrique (IIAG) de 2017, publié aujourd’hui par la Fondation …