ACTUALITE

Entretien avec Aminata Diallo, députée Ps : «Macky du dem» !

  • Date: 23 juillet 2015

Chef de cabinet du maire de Dakar, Khalifa Sall, la députée Aminata Diallo s’affaire autour de ses trois téléphones portables. Les sujets de discussions avec elle portent sur la candidature de Khalifa Sall à la prochaine Présidentielle. Dans son bureau, la responsable socialiste de Grand-Yoff décline dans cet entretien, les voies et moyens pour amener  Khalifa Sall au Palais en 2017 (ou 2019). D’ailleurs, elle rejette la perspective de voir Macky Sall porter les couleurs du Ps. «C’est une insulte !», s’insurge la jeune dame. Le Ps, Ousmane Tanor Dieng, Benno bokk yaakaar, la situation du pays, le soutien de Aïssata Tall Sall,… la présidente du mouvement Fal Khalifa Sall passe à la loupe l’actualité. Sans langue de bois.

Vous avez créé un mouvement de soutien à Khalifa Sall. Ceci entre-t-il dans la perspective de le présenter comme votre candidat à la prochaine élection présidentielle ?  
Nous sommes en train de préparer le terrain. J’ai une carte de mon mouvement dénommé Fal Khalifa Sall. C’est un mouvement que j’ai créé parce que je me suis rendu compte que nous au Ps, nous avons vendu 400 000 cartes. Donc, nous avons 400 000 militants dans tout le Sénégal. Je me suis dit qu’avec 400 000 militants, on doit chercher encore. Peut-être que toutes ces 400 000 personnes ne vont pas aller voter. Peut-être que ce sera 350 000. On s’est rendu compte aussi qu’au Pds et dans les autres partis, nous avons des gens qui sont des sympathisants de Khalifa Sall qui, aujourd’hui, si ce dernier est candidat, ils voteront pour lui. On s’est dit qu’il vaut mieux aller vers des gens. Il y a beaucoup de gens qui nous appellent au niveau national et international  en demandant si Khalifa  sera candidat. Je leur ai dit qu’il faut qu’on harmonise et trouve un cadre de réception. Parce que Khalifa ne va pas encore parler. Ce n’est pas le moment pour lui de parler. Il est en train de suivre une ligne de conduite. Khalifa est un militant discipliné du Parti socialiste. Il est différent de nous. Moi je ne suis pas une militante disciplinée.

Ah bon, vous êtes indisciplinée donc ?
Je peux le dire comme ça parce que moi, je n’ai pas la patience que Khalifa Sall a.  Peut-être que son cursus ne le lui permet parce que Khalifa est au Ps depuis qu’il a l’âge de 11 ans. Moi, je n’ai eu cette chance. Khalifa a été éduqué par Senghor et par Diouf. Il était là en 1980. Ce monsieur-là, on n’a pas le même cursus, ni les mêmes droits au sein du parti. Il est l’héritage de Senghor et de Diouf. Il s’est tissé une ligne et la suit. Nous respectons cette ligne même si de temps à temps, on suit une autre ligne.

Etes-vous toujours militante du Ps ?
Je suis toujours Socialiste et je le serai jusqu’à la mort.

Donc, pourquoi vous ne respectez pas ligne dressée par le parti sur cette question de candidature ?
Ecoutez, ce n’est pas parce qu’au Ps ce n’est pas le moment de parler de cette candidature que c’est ça la donne. Ce qui s’est passé avec l’histoire du Ps est différent de ce qui nous arrive. Aujourd’hui, nous sommes dans une coalition qui s’appelle Benno bokk yaakaar. Et cette coalition-là nous y sommes avec Macky Sall. C’est une mascarade parce que ce Benno n’existe seulement que chez les leaders. A la base, il n’y a ni de Benno ni de yaakaar (l’espoir). Les élections locales de 2014 l’ont prouvé. La coalition Benno bokk yaakaar était partie sans Khalifa Sall. Cela justifie tout simplement que cette coalition est une mascarade. Mais nous les militants de la base, on ne ressent pas ce Benno. Le Président s’est agrippé à cette mascarade pour faire croire aux autres qu’on est ensemble. Ce qui est loin d’être le cas. C’est son rêve et non celui de nous militants à la base. A Grand-Yoff où je milite, l’Apr gère ses affaires. Nous aussi, on reste dans notre coin (les Socialistes).
Après les élections de 2012, il n’y pas eu de réunion d’évaluation. Aminata Touré nous a combattus partout à Dakar. Mais, ce que je veux dire, c’est que le Ps d’avant est différent de celui d’aujourd’hui. On n’a pas le même calendrier, ce n’est pas le même tempo. C’est urgent que ce Ps regarde un peu le temps. Il faut qu’on joue sur le temps parce qu’en 2012, Tanor a perdu les élections  parce qu’on pensait qu’il n’y aurait  pas d’élection et commençant par lui-même le secrétaire général. Ce qui a fait qu’on a commencé la campagne  tardivement. On s’y est préparé très tard. Cette fois-ci, il faut qu’on s’y prenne très tôt. C’est pourquoi une vingtaine de mouvements de soutien travaillent pour notre candidat Khalifa Sall. On ne va pas attendre le Ps, même si j’appartiens à cette formation politique. A Grand-Yoff,  je ne vais pas leur dire d’attendre le parti. Il faut qu’on commence à travailler à la base.

Vous avez parlé de «mascarade» au sommet de la coalition Benno bokk yaakaar, Tanor est Niasse ne sont-ils pas des complices du Président ?
Je ne sais pas. Mais ce que je dis est que ces leaders ont leur monde. A la base, la réalité est tout autre.

Est-ce que Khalifa Sall vous a dit qu’il sera candidat ?
Il ne m’a pas dit cela. Mais, il le sera.

Sur quoi vous vous fondez ?
D’abord, Khalifa Sall bénéficie d’une certaine sympathie de la part des Sénégalais. Ce serait une grande déception s’il ne se présentait pas face à Macky Sall. Ce serait même une catastrophe. Des millions de Sénégalais seraient déçus s’il n’est pas candidat. Allez dans les maisons et partout au Sénégal, dans les réseaux sociaux, tout le monde en parle.

Pourtant, beaucoup soutiennent que la popularité de Khalifa Sall s’arrête à Dakar…
Ils n’ont rien compris ! Allez dans les régions les plus reculées du Sénégal, à Fongolimbi, à Maka Colibantan, si vous parlez de Khalifa Sall, tout le monde le connaît et vous dira que cet homme inspire la confiance parce que c’est un serviteur de la Nation. Pour tous ces Sénégalais-là, Khalifa Sall sera candidat. Donc, c’est le Peuple lui-même qui en a fait son candidat. Sa candidature est une demande sociale.  Khalifa a le devoir d’y répondre.

Le fait que votre parti projette cette question à l’avenir ne risque-t-il pas de réduire les chances de votre mentor ?
Rien ne peut réduire les chances de Khalifa Sall. Que le Ps attende la veille des élections pour se déterminer n’y changera rien. Je vais vous dire une vérité : ce ne sont pas les partis politiques qui élisent le président de la République. Les partis ne constituent que 10 ou 20% de l’électorat au Sénégal. Ceux qui votent  sont dans leurs maisons. Ils ne font pas de politique et ce sont ceux-là qui ont choisi Khalifa Sall comme leur candidat.

Vos attaques contre Ousmane Tanor Dieng et Aminata Mbengue Ndiaye ont provoqué la colère de certains jeunes comme Mame Bounama Sall et Yéya Diallo. Comment avez-vous accueilli ces ripostes ?   
Ce sont deux jeunes qui ont parlé. C’est parce qu’ils ne sont pas politiques. Des responsables socialistes ont attaqué à maintes reprises Khalifa Sall. Cheikh Seck, Abdoulaye Willane et d’autres  responsables sont tous les jours en train d’attaquer notre leader. Et on n’a jamais répondu. On n’est pas muet. Nous respectons une certaine ligne du parti. On a attaqué les Tanor et autres pour leur montrer  que ce qu’ils sont en train de faire, on peut également le faire.

Ousmane Tanor Dieng est accusé de jouer en faveur de Macky Sall en maintenant le Ps dans la coalition. Est-ce votre avis ?
Vous savez la position du secrétaire général est difficile. Je le reconnais, quand-même. Il est le responsable d’un grand parti comme le Ps. Un parti très ancré et qui existe depuis 1948. Alors si vous héritez d’un parti de Senghor et de Diouf,  avec tout ce qui s’est passé entre 2000 et aujourd’hui… Il a été accusé en 2000 d’être le responsable de la perte du pouvoir. On l’a accusé de tous les noms. Des ténors du parti ont quitté le navire pour aller transhumer. Tanor, lui, est resté. Mais quel que soit alpha, Ousmane Tanor Dieng n’ira jamais contre les intérêts du Ps. Jamais !

Et quels sont les intérêts du parti ?
Le Comité central a décidé que le parti aura un candidat. Et pour Ousmane Tanor Dieng, le parti aura un candidat.

Et si le Ps ne choisissait pas Khalifa Sall comme son candidat ?
Le Ps va choisir Khalifa Sall parce qu’il est le choix de la base. On attend juste que le parti l’officialise. Mais je dois dire aussi que Khalifa ne va jamais défier Tanor. Il respecte énormément cet homme. Pour rien au monde, il ne sera en conflit avec le secrétaire général du Ps. Khalifa sera toujours derrière Tanor.

Si le contraire se produit ?
Cette éventualité est impossible. Khalifa sera le candidat du Ps.
Le fait que Cheikh Seck dise que le parti ne cèdera à la pression des gens pour l’agenda de quelqu’un ne sème-t-il pas le doute chez vous ?
Vous savez, il y a des gens qui parlent comme lui. Ce sont de beaux parleurs. Nous n’allons pas répondre à ces gens. L’officialisation de la candidature de Khalifa Sall sera pour bientôt.

Dans quelques jours, mois ou années ?
Non, pour bientôt. Vous allez vite être édifiés.

Est-ce que le parti peut faire de Macky Sall son candidat comme le disent certains ?
Cela n’arrivera jamais ! Macky Sall ne peut être notre candidat. Ce dernier sera un Socialiste. C’est une insulte que le Ps de Senghor et Diouf choisisse Macky Sall comme son candidat. Ça n’a pas de sens. Un pur Socialiste portera nos couleurs : ce sera Khalifa Sall. Un point, c’est tout !

On vous reproche de n’avoir qu’une base en politique : votre proximité avec Khalifa Sall. Qu’en pensez-vous ?
C’est très bien. Au moins, moi, je suis proche de quelqu’un. J’ai fait mon choix depuis le début. Durant toute cette bataille depuis 2009, est-ce que vous avez entendu d’autres à part moi, Moussa Taye et Bamba Fall. Nous sommes fidèles à quelqu’un. Moi, je n’ai pas le même cursus qu’eux. Moi, je suis née socialiste. A l’âge de 12 ans, j’ai représenté les enfants  au premier sommet mondial  de l’enfance où 97 milliards  de dette sur la protection de l’enfance ont été effacés grâce à ma présence à New York. Ces jeunes qui m’attaquent, ils n’ont pas fait cela. Moi, j’ai été à Mariama Bâ. Je fais partie des meilleurs de ce pays. Je me suis engagée pour le Ps. J’ai arrêté mes études en droit. Je suis restée à la Maison du parti. Et, je me suis battue. Je ne fais pas partie des jeunes qui ont bénéficié des largesses du Ps.
Quand j’étais à l’école, le parti ne m’a pas donné de bourse. J’ai eu à me sacrifier pour aller travailler pour le parti chez les Pionniers. J’ai été dans la pépinière du parti. J’ai été formée pour être une vraie Socialiste. Je ne suis pas venue en 2000 ni en 2007 au Ps. J’ai été pupille de la Nation. On ne me l’a pas donné comme ça. Quand le Président Diouf disait que j’étais pupille de la Nation, je venais du fin fond de Kolda. Pour mon père, je devais être une femme marabout. J’ai appris le Coran. Je n’ai pas le même cursus que ces jeunes-là dans le parti. Ceux qui parlent sont ceux qui viennent d’arriver dans le parti et veulent tout simplement avoir un nom. Moi, je dois tout au Ps même si je ne suis pas d’accord parfois avec la direction.

Sur quelles questions par exemple ?
Sur la candidature. Aujourd’hui, il y a un malaise parce que tout le monde à la base pose des questions et pas de réponse de la part de la direction. Aujourd’hui, on n’est pas sur le même tempo. Ce qui était valable en 2012 ne l’est pas aujourd’hui.

Pour vous, le problème de la candidature doit être immédiatement réglé ?
Mais bien sûr ou les Sénégalais le feront à notre place. Ce qui serait une honte parce que les Sénégalais ont déjà décidé.

Ils ont décidé quoi ?
Que Khalifa Sall sera leur candidat. Nous sommes une vingtaine de mouvements de soutien. Le mien est né au mois d’avril. Mais, nous avons vendu plus 20 000 cartes à 200 francs l’une ; 20 000 Sénégalais sur des fiches. En Europe et en Amérique, nous en avons vendu  au moins 5 000. Nous avons des bases partout.
A partir de septembre, je vais faire une tournée  pour aller en France, en Suisse et en Italie pour juste ces mouvements-là. Je ne le fais pas pour le Ps mais pour Khalifa.
Aujourd’hui, les Sénégalais sont en avance sur le Ps. Nous au moins, on essaie d’amener le Ps à être sur le même tempo que les Sénégalais.

Quelles sont vos ambitions en politique ?
Mon ambition est que Khalifa soit élu président de la République. Après lui, que je sois la première femme présidente du Sénégal.

A l’Assemblée nationale, vous vous faites remarquer souvent par le fait que vous votez les lois contre la majorité à laquelle vous appartenez.  Pourquoi  cette forme d’opposition au pouvoir ?
Je ne voterai pas les lois impopulaires. Tous ceux qui ont voté sont responsables. Avec l’Acte, j’ai voté contre et l’histoire m’a donné raison. J’ai donné le texte à des experts qui m’ont fait des notes. J’ai remis les notes à tous les Socialistes qui étaient présents et à d’autres. Je les ai données à Abdoulaye Baldé et à Aïda Mbodj qui, eux aussi, n’ont pas voté l’Acte 3.
Récemment, avec l’adoption de la modification du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, j’ai également voté contre. Le pouvoir prépare la sortie du Ps de la coalition. Alors, ils ont mis cette loi liberticide. Je vous dis que dès qu’on aura notre candidat, on va sortir de Benno bokk yaakaar. Benno n’est pas éternel.
Demain si le Ps sort de Benno, nous n’aurons pas de groupe parlementaire. Je ne vais jamais signer cela. Ceux qui l’ont signé travaillent pour le pouvoir et Macky Sall. J’ai envie de regarder les Sénégalais qui m’ont élue la tête haute. C’est pourquoi j’ai refusé de cautionner ce recul démocratique

Mais Cheikh Seck soutient que ceux qui s’attendent à voir Macky se séparer de Tanor et de Niasse se trompent…
Ne me parlez pas de ces gens dont on ne sait s’ils sont du Ps ou de l’Apr. Il dit que celui qui l’empêcherait d’être au pouvoir, il lui tire une balle. Qu’est-ce qu’il fera si le Ps dit qu’on va quitter la coalition ? Va-t-il suivre ? J’en doute. Dans notre parti, il y a les parleurs et les fous. Je mets ces déclarations dans ces paniers. Vous verrez dans quelque temps lorsque Khalifa Sall sera notre candidat, tout le monde va, d’un coup de magie, se ranger. Dès qu’il sera candidat, les fous du parti vont guérir.

Comment jugez-vous la situation du pays après plus de 3 ans de pouvoir du Président Macky Sall ?
Macky du dem (Macky Sall n’ira nulle part). Il n’a qu’à donner 100 000 milliards à Fatick ou à Kolda, il n’y arrivera pas. Dans le monde rural, les complaintes s’agrandissent de jour en jour. Il nous tympanise avec la Couverture maladie universelle alors qu’il n’y a pas de centres de santé, ni de postes de santé. Si tu dois quitter un village pour faire des kilomètres et des kilomètres sur une charrette et aller accoucher quelque part, la Cmu sert à quoi ? Cette personne-là, est-ce que cela lui sert ? Ce qui lui sert en revanche, c’est d’avoir à proximité, une case de santé. Le pays ne marche pas. Macky Sall est en train de faire des tournées. Cela doit servir à quelque chose et non faire du folklore. Apparemment, ces tournées ne sont que du folklore. Ça chante, ça danse. Le pays n’avance pas.

Etes-vous pour la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans ?  
Un homme politique doit incarner des valeurs. Il nous a promis 5 ans. Qu’il tienne parole ! Macky Sall a battu campagne sous le sceau de la rupture. Il a promis 5 ans de mandat, il doit faire 5 ans. Nous n’accepterons pas un «wax waxeet» du Président Macky Sall.

La scission au Ps semble consommée, parce qu’il y a les pro-Khalifa et les pro-Tanor…
C’est normal que des personnes s’agrippent au secrétaire général. Mais le jour où Khalifa sera intronisé candidat, elles se rangeront derrière lui.

Faites-vous des démarches auprès de Me Aïssata Tall Sall pour qu’elle appuie la candidature de Khalifa Sall ?
Il n’y pas de démarches à faire. Aïssata est avec nous.

Cela veut dire qu’elle soutiendra Khalifa Sall ?
Aissata est avec nous. Elle soutient Khalifa. C’est une tante et une vraie Hal pulaar comme moi. Entre Khalifa et Aïssata, il n’y pas de négociation. Aïssata est avec nous. On a la même vision dans le parti.

Le Quotidien

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15