Accueil / ECONOMIE / Environnement: L’Union européenne planche sur une taxe kérosène
Une sortie de la Grèce de la zone euro est techniquement peu envisageable sans une sortie de l'Union européenne.  (AFP/Alkis Konstantinidis.)

Environnement: L’Union européenne planche sur une taxe kérosène

Une étude commandée par la Commission européenne recommande de taxer le kérosène des avions, à hauteur de 0,33 euro par litre, pour diminuer les émissions de dioxyde de carbone.

 «Etendre à l’aviation civile la taxe sur le kérosène vendu en Europe, réduirait de 11% ses émissions de CO2, soit 16,4 millions de tonnes par an, et n’aurait aucun impact net sur l’emploi ou l’économie dans son ensemble, tout en générant un chiffre d’affaires de près de 27 milliards d’euros chaque année», affirme l’ONG Transport & Environnement, citant l’étude qu’elle s’est procurée et a rendue publique. Dans l’étude, apprend-on d’air-journal.fr, les auteurs soulignent que la taxe ne devrait pas avoir d’impact négatif sur l’emploi dans le secteur aéronautique, contrairement à ce qu’avancent comme argument principal des industriels et acteurs du transport aérien. Selon Transport & Environnement, cette étude a été financée par la Commission européenne. Elle a été remise à Bruxelles mi-2018 et était restée confidentielle. Questionné à ce sujet, un porte-parole de la Commission européenne a confirmé l’existence de l’étude mais a précisé qu’elle est encore «en cours de finalisation pour la publication». En clair, la Commission européenne planche sur l’adoption d’une éventuelle taxe kérosène des avions pour lutter contre les émissions de CO2 mais n’a pas encore tranché définitivement. «L’option de nouvelles taxes sur l’aviation ne devrait pas être envisagée isolément mais parallèlement à d’autres mesures, telles que l’échange des droits d’émission, les compensations, les normes relatives aux carburants et les aéronefs, ainsi que les améliorations opérationnelles», a ajouté le porte-parole.

Au sein de l’Union européenne, la taxe kérosène fait débat. Si de nombreux Etats membres sont en sa faveur, seule la Suède est pour l’heure concrètement passée à l’action avec l’instauration d’une taxe dite « taxe climat » de 6 à 39 euros sur les billets d’avion. La mesure s’avère payante, puisque le nombre de passagers a diminué de 5% sur les vols intérieurs suédois. Pour sa part, les Pays-Bas envisagent d’introduire une taxe carbone de 7 euros par billet d’avion en 2021 si l’Union européenne ne parvient pas à mettre en place une taxe paneuropéenne.

En France, les députés LREM, le parti du gouvernement, souhaitent plutôt adosser cette taxe kérosène à la taxe Chirac pour financer la compensation des émissions de CO2 des avions. Ils s’opposent à une taxe kérosène sur les billets d’avion qui pénaliserait seulement les compagnies françaises, en particulier Air France, qui font leur plein en France -les compagnies étrangères remplissant les réservoirs de leurs avions hors de l’hexagone et échapperaient à la taxe.

Rappelons que les 191 pays membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI ou en anglais ICAO pour International Civil Aviation Organization) ont adopté une résolution pour lutter contre les émissions de CO², imposant progressivement une taxe carbone aux compagnies aériennes d’ici 2027.

 

Z.BADJI

 

 

À voir aussi

Guerre commerciale au Nord: Les BRIC, la nouvelle alternative pour l’ Afrique de l’Ouest

 Il y a un an, les pays du Bric (Chine, Russie, Brésil, Inde) s’ étaient …

Légère dégradation du climat des affaires au Sénégal

Le climat des affaires s’est dégradé de 0,8 point, en variation mensuelle au mois d’avril …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.