ÉQUIPEMENT DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES- L’ASE dénonce un gré à gré attribué à Harmattan France

L’Association sénégalaise des éditeurs (Ase) n’est pas contente. Elle a vu un marché pour des livres concernant les bibliothèques publiques du Sénégal, lui passer « anormalement » sous le nez, au profit de Harmattan France. La présidente, Madame Antoinette Corréa, l’a fait savoir hier, lundi, à travers l’émission « l’encre et la plume », sur la radio Rewmi Fm.

Suite à un avis paru dans un quotidien de la place, l’Ase a participé à un appel d’offre du ministère de la Culture et de la Communication, via la Direction du livre et de la lecture. Mais ses membres ont été surpris de se rendre compte que l’ensemble des ouvrages demandés étaient listés. La déception était d’autant plus grande qu’en général, on ne donne pas les spécifications techniques aussi précises dans un appel d’offre ouvert. Néanmoins, si l’on en croit Madame Corréa, ils ont décidé d’aller s’enquérir de la situation. C’est ainsi qu’ils se sont rendus compte que c’est Harmattan France, le seul éditeur, qui avait fait « tous ces livres ». Ce qui est contraire aux normes.

Ils ont alors décidé de faire un recours gracieux, en écrivant au ministère de la Culture et de la Communication, mais aussi à la Direction du livre et de la lecture. Ils ont ainsi dénoncé ce marché d’appel d’offre qui est « inéquitable pour l’entreprise éditoriale sénégalaise ». Las d’attendre des réponses, ils sont passés à un recours contentieux en saisissant l’Agence de régulation des marchés publics (Armp). La réponse de cet organe fut satisfaisante dans un premier temps parce que leur ayant donné raison.

L’Armp venait de décider de casser le marché, après avoir écrit aux autorités du ministère de la Culture. Mais la victoire n’aura duré qu’une semaine car, dans un autre arrêté, l’agence s’est dédit en soutenant que « la Direction du livre et de la lecture peut acheter les livres à Harmattan France parce qu’elle a besoin de diversifier, et il lui faut des livres français ». Cet argument ne tenait pas, selon Mme Corréa qui fulmine : « On ne peut pas approvisionner l’ensemble des bibliothèques régionales du pays avec la production d’un seul éditeur, même si c’était un seul éditeur sénégalais, ce n’est pas normal ».

La Direction du livre a donné comme argument, pour légitimer sa décision, le fonds d’aide à l’édition octroyé aux éditeurs sénégalais. D’ailleurs, la présidente de l’Aes révèle que ce don qui va de 1 à 5 millions de Francs Cfa, est fait « à la tête du client ». « Nous, nous n’avons pas vu de barème ou de réglementation qui justifie pourquoi tel éditeur reçoit 5 millions et qu’un autre reçoive 1 million », déplore-t-elle.

Madame Corréa se veut formelle :  » Il n y a pas de raison que l’argent du pays soit donné gratuitement à une maison d’édition étrangère alors que les maisons d’édition sont là. Si on a donné un titre par le fonds d’édition, il y a 50 autres titres qui sont là, qui peuvent être achetés par la Direction du livre et de la lecture ».

Moussa KEITA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15