téléchargement (1)

ÉRECTION DE SOUKS DE FORTUNE SUR LE GRAND CANAL DE RUFISQUE Conflits de compétence entre Maires

L’installation, par le Maire de la Commune de Rufisque Nord, de souks de fortune loués à des commerçants  au-dessus du grand canal  et l’érection d’une gare de taxis sur ses rebords, risque de faire voler en éclats la convivialité qui a caractérisé, jusque-là, les rapports entre les deux institutions. La Mairie de la Ville, qui mène des opérations de désencombrement, depuis le mois de décembre 2015, a voulu, en prélude à la prochaine visite du président de la République,  achever les travaux qu’elle avait commencés sur le tronçon du canal qui s’étend du passage à niveau au Boulevard Maurice Guèye vers le Sud, avant de continuer vers la mer. Toutefois, les agents de la Brigade municipale chargés de déguerpir les occupants illégaux ont reçu un accueil musclé de la part de ceux-ci. Qui ont  argué qu’ils tiennent le droit d’exercer leur commerce sur les lieux du Maire du Nord, en l’occurrence, Mame Oumar Mané. « Nous avons déboursé 25.000 Francs Cfa pour acquérir nos places. D’ailleurs, le Maire du Nord nous a dit que nous sommes sur son territoire et nous a demandé de résister à tous ceux qui tenteraient de nous déplacer d’ici », ont scandé, mercredi matin, des jeunes marchands et apprentis chauffeurs, qui ont caillassé, violemment, le véhicule et les agents de la Brigade municipale, dont certains ont été sérieusement blessés.

Encouragés dans cette intifada par la présence du Maire Oumar Mané, « ses  locataires »  ont fait dans une rare violence. Usant même d’une arme à feu d’où s’est échappé un tir, raconte des témoins présents sur le théâtre des échauffourées qui a duré plus de deux quarts d’heure. Le bilan de ces affrontements pourrait être désastreux, n’eut été la présence et l’autorité du Commandant du corps urbain de la police. Interrogés sur la légitimité ou non de la présence des souks de fortune sur le canal, des observateurs avertis  en matière d’administration municipale répondent, catégoriques que le Maire de la Commune du Nord, en les érigeant, a outrepassé ses prérogatives. Pour eux, l’argumentaire du Maire qui repose sur le  fait que le canal  se trouve sur son territoire ne tient pas la route. Dans la mesure où, la voie publique, dans son entièreté, est placée sous la responsabilité de la Ville. Qui plus est,poursuivent-ils, le simple bon sens devrait interdire à Mame Oumar Mané d’autoriser l’occupation du site d’un ouvrage qui n’est pas encore achevé.

Les populations riveraines, quant à elles, exigent la poursuite et l’achèvement du désencombrement du canal et de ses alentours. C’est cela, disent-elles, le seul gage d’un retour de la sécurité dans ce quartier de Guendel 2. D’autant plus, soutiennent quelques-uns, que Rufisque qui s’apprête à accueillir à grandes pompes le Président Macky Sall, ne peut gagner ce pari que dans une ville propre.  « Nous ne comprenons pas et nous condamnons  l’attitude de Monsieur Oumar Mané qui se réclame pourtant  du camp présidentiel.Nous avons appris que suite à une réunion qui s’est tenue autour du Préfet du département, les choses sont entrées dans l’ordre et que les opérations de désencombrement vont se  poursuivre sur le canal », soutiennent-elles.  

Khady Thiam Coly

Voir aussi

images

POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA LOCALITE « And Défar Parcelles » s’engage

Journées de consultations gratuites, sensibilisation des populations, sont, entre autres, les activités qui ont été …