clip_image001

EROSION COTIERE ET DERIVE LITTORALE L’Etat se dote d’un Observatoire national du littoral

A quelque chose malheur est bon, dit l’adage. Il y a quelques semaines, la mer en furie avait déversé ses fortes houles sur les côtes sénégalaises entrainant des dégâts énormes, notamment à Dakar (Corniche Est, Hann, Yarakh), Mbao, Rufisque, Bargny, Mbour et Saly-Portudal, avec à la clé des maisons effondrées ou englouties. Ainsi il a été décidé hier de mettre en place un Observatoire national du littoral (ONL).

Après les fortes houles qui se sont abattus sur le littoral sénégalais, sa préservation est donc devenue une priorité nationale. Changement climatique ou pas, il semble que la mise en place de cet observatoire du littoral ne soit encore qu’un mot politicien. Experts en environnement, parlementaires et autorités ont décidé hier, à Dakar, de la mise sur pied d’un observatoire du littoral sénégalais long de 700 km et représentant 60% de l’économie nationale. De ce fait, l’Onl aura pour mission de valoriser et de compléter les informations existantes sur le littoral terrestre et maritime d’un point de vue environnemental, social et économique de façon à permettre aux acteurs d’évaluer l’état de celui-ci ainsi que la gestion mise en place. « Aujourd’hui avec les fortes houles abattues récemment sur le littoral, on a l’impression qu’on est resté bouche bée face aux catastrophes. C’est pourquoi, il urge d’accélérer la mise en
place de l’observatoire sur le littoral qui sera un outil de travail avec les chercheurs. Il faut donc aller vite vers cet observatoire, même si les contraintes sont nombreuses », a plaidé Woré Gana Seck,du conseil économique, social et environnemental (Cese) et directrice de l’Ong Green-Sénégal. Ainsi, selon Woré Gana Seck, l’Onl permettra une gestion concertée et un travail en commun entre acteurs de l’environnement, chercheurs, acteurs de la société civile… Quid de sa nécessité, l’Onl doit être appuyé et accompagné par la loi sur le littoral dont nous ne cessons de plaider le vote, a-t-elle poursuivi. De l’avis de Maryline Diara, directrice de l’environnement et des établissements classés (Deec), cet observatoire recueillera toutes les données sur le littoral produites par les universitaires, la société civile, les satellites, bref tous ceux qui s’activent dans le domaine. « Ces données vont permettre de mener des recherches
sur le littoral. Car, il est temps d’établir un lien entre la recherche et le développement. Tout cela fera qu’avec l’observatoire, le gouvernement prendra des décisions en conformité avec la situation », a indiqué Maryline Diara.

En amont de la loi sur le littoral…

Le Réseau des parlementaires pour la protection de l’environnement au Sénégal (REPES) nourrit un grand espoir sur le projet de loi sur le littoral qui constituera, s’il est approuvé par la représentation nationale, un outil d’aménagement et d’urbanisation du littoral, prenant en compte les spécificités de chaque zone et prévoyant des sanctions dissuasives à l’encontre des éventuels contrevenants. Car, il s’agira, avec ce dispositif législatif novateur, de renforcer les capacités de gouvernance et la cohérence des interventions pour la gestion intégrée de la zone côtière», dira le président dudit réseau,  Mamadou Lamine Thiam.
Salamraky

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Ousmane Sow Un Géant de l’Art s’éteint

Le monde des Arts est en deuil. Ousmane Sow est mort ! L’artiste aux mains ingénieuses …