Accueil / ACTUALITES / Erreurs et errances de l’alternance II : Kara théorise l’Union nationale.

Erreurs et errances de l’alternance II : Kara théorise l’Union nationale.

Et si le Sénégal était gouverné par un Gouvernement d’union nationale ? L’hypothèse est pour l’instant envisagée par Serigne Modou Kara Mbacké. Un Gouvernement d’union dans lequel propose-t-il,  à Macky Sall de réunir toutes les bonnes volontés et gouverner en dépassant les clivages partisans pour pacifier l’espace politique et redresser le pays.

Face à la forte demande sociale qui se fait de plus en plus tenace, les difficultés économiques qui assaillent les Sénégalais, la guerre des tranchées entre Pouvoir et Opposition, c’est le moment ou jamais de faire un gouvernement d’union nationale. L’idée est théorisée par le marabout politicien Kara, qui en premier lieu sollicite la  nomination d’un Guide spirituel au rang de 2ème personnalité de l’État chargée des Affaires religieuses.  Et cela, suggère-t-il,  dans le but de mieux accompagner le Chef de l’État qui est «profane» aux questions de spiritualité.   Ce Gouvernement d’Union nationale qui serait issue à l’unanimité de toutes les parties concernées.  D’abord, souligne le guide religieux, il reviendrait donc à chaque Khalife général de désigner parmi ses proches, une personne de son choix dont les aptitudes intellectuelles sont  avérées notamment au sein des grandes organisations comme le Moustarchidine ou le Hizbut Tarqiya, où l’on peut trouver des personnes parfaitement aptes à assumer de tels postes de responsabilité. Au finish, l’équipe gouvernementale sera complétée par des politiciens et des techniciens.  Ainsi, dit-il, il appartiendra au Chef de l’État de réunir une douzaine de sages d’entre 60 et 72 ans qui chacun, avec une parfaite maîtrise de son domaine et dans un secteur de développement bien défini. Ce groupe de superviseurs fera des tournées régulières et tiendrait des rencontres mensuelles avec chaque Département de l’État, se propose Kara.  A son avis, de telles mesures faciliteraient sans nul doute le travail du Gouvernement et réduiraient certes les risques  d’erreurs et d’errances.

Pas d’élection en 2017

Dès lors, si nous aboutissons à l’application de ces décisions, l’ambassadeur International pour la Paix soutient que  le Sénégal pourrait sûrement se passer d’élection en 2017, dira-t-il, convaincu.  Pour lui, cela  permettrait certainement à notre économie de se porter mieux, et pour cause.  « Si chaque responsable bénéficie du soutien sans faille de son équipe et de son département, le Gouvernement d’Union national ferait des résultats pouvant aller jusqu’à empêcher la tenue d’une élection inutile et coûteuse. Ainsi quand nous arriverons aux prochaines échéances présidentielles, Macky Sall et toutes les autres bonnes volontés nous soutiendront, car d’ici quatre années, le succès de notre Parti sera effectif», se targue-t-il.

Salamraky

À voir aussi

« Au-delà de Tombouctou » : Pr Ousmane Kane resurgit l’authenticité de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest musulmane

Chose promise chose due ! Le professeur Ousmane Kane a présenté son livre Beyond Tumbuktu version …

LOCAFRIQUE VA SE SUBSTITUER A BEN LADEN GROUP 400 milliards pour sauver la Sar

Ce seront 60 millions d’Euro soit environs 400 milliards de FCFA qui seront injectés dans …