Accueil / SOCIETE / Escroquerie au visa- Le président de Afia Santé en prison pour 3 mois
Mise en page 1

Escroquerie au visa- Le président de Afia Santé en prison pour 3 mois

 Baba Diaw, président de l’association humanitaire Afia Santé, a été attrait, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour escroquerie au visa portant sur la somme de 7,5 millions de nos francs. Il a été condamné à 3 mois de prison ferme.

Le Président du tribunal des flagrants délits de Dakar a infligé, hier, une peine de 3 mois de prison ferme au président de l’association humanitaire Afia Santé. Baba Diaw, infirmier médical de son état, a été reconnu coupable d’escroquerie au visa portant sur la somme de 7,5 millions. Il doit également verser, à titre de dommages et intérêts, aux parties civiles, notamment Khadidiatou Keita et Khalifa Diakhaté, respectivement les montants de 3 millions et de 5,5 millions de francs Cfa. S’agissant des faits, il ressort des débats d’audience que l’association dont le prévenu est le président recevait des invitations pour participer à des séminaires, entre autres rencontres, en Europe. Chargé de désigner les participants à ces rencontres, Baba Diaw détournait son privilège aux fins d’inscrire des personnes étrangères à Afia Santé qui parvenaient ainsi, à rallier l’Europe. Il faut dire que le mis en cause assurait le voyage à ses clients, moyennant 2,5 millions de nos francs par personne. C’est ainsi que Khadidiatou Keita et Khalifa Diakhaté, résidant en France, ont sollicité les services de Baba Diaw, pour faire voyager leurs proches.

Prévenu multirécidiviste

La première nommée a eu à verser la somme de 2,5 millions de nos francs au prévenu pour faire voyager sa nièce. Alors que le second nommé a versé le double pour sa femme et son neveu. Malheureusement, les visas déposés pour les susnommés seront rejetés par l’ambassade de France. Aussi, les plaignants ayant demandé, en vain, le remboursement de leur argent, ont-ils porté plainte. A la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, le mis en cause a reconnu, sans ambages, les faits. Mieux, il a pris l’engagement de rembourser la somme due, une fois hors des liens de la détention. Dans son réquisitoire, le parquetier a requis une peine d’un an ferme contre le prévenu. Pour étayer ses propos, le maître des poursuites indiquera que le sieur Diaw est un est coutumier des faits. A l’en croire, Baba Diaw a été une fois condamné à 2 mois ferme pour des faits similaires. Pour la défense, son client étant dans les dispositions de rembourser, pourrait bénéficier d’une application bienveillante de la loi pénale. Cependant, en rendant public son délibéré, le président du tribunal des flagrants délits de Dakar a prononcé une peine de 3 mois de prison ferme à l’encontre du prévenu.

Cheikh Moussa SARR

Share This:

À voir aussi

Pour la cohésion nationale et l’éducation à la paix : Timbuktu Institute et les élèves de Kaolack « en marche »

 « L’implication de la communauté éducative et des leaders religieux, dans le cadre d’une démarche inclusive, …