SOCIETE

ESCROQUERIE ET ABUS DE CONFIANCE- La commerçante, le sieur Khouma et le faux procureur

  • Date: 9 septembre 2016

 

Commerçante de son état, la dame Oumy Diallo a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Accusée d’escroquerie, la prévenue a tout simplement nié les faits, disant qu’il n’a jamais dit au plaignant que son fils était procureur. Elle a été finalement renvoyée des fins de la poursuite.

C’est accompagné de son avocat que la dame Oumy Diallo s’est présentée, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre du délit d’escroquerie. Il ressort des débats d’audience que la mise en cause, commerçante de son état, a connu, par le biais de son mari qui est un marabout, le nommé El Hadji Khouma. Après une longue conversation, le sieur Khouma a décidé de révéler à la dame qu’il a un contentieux avec Mamadou Thiam, lequel refuse de lui payer ses 109 millions de nos francs. Il faut dire que cette affaire civile a été jugée avant d’être classée sans suite. Ainsi, la dame a-t-elle donc saisi cette opportunité, informant le plaignant qu’il a un fils procureur qui peut l’aider à recouvrer son argent. Toutefois, elle a réussi à mettre dans les caisses d’El Hadji Khouma la somme de 10 millions de la part de Mamadou Thiam. Content, Khouma lui a offert la somme de 100.000 francs avant de lui promettre encore 900.000 francs pour qu’elle accélère la procédure. Cependant, cette affaire va prendre une autre tournure atterrissant sur la table du juge pénal. Dans sa plainte, El Hadji Khouma a soutenu que la dame a utilisé des manœuvres frauduleuses pour lui soutirer 900.000 francs et 150.000 francs. Sans perdre de temps, les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) ont ouvert une enquête et la dame Oumy Diallo a été mise aux arrêts.

La défense : “ Il n’y a pas eu de remise dans ce dossier ”

Au prétoire, la dame a déclaré qu’elle a décidé d’aider El Hadji Khouma parce que tout simplement, son mari le lui a demandé. Et, Oumy Diallo de poursuivre que jamais elle n’a dit à Khouma qu’elle avait un fils procureur. La partie civile absente de la salle d’audience, le maître des poursuites a tenté de convaincre le tribunal quant à la culpabilité de la mise en cause. Selon le parquetier, la dame est habituée des faits. Dans cette procédure, dit-il, Oumy Diallo a utilisé des manœuvres frauduleuses corroborées par un tiers extérieur. “ Elle n’est ni juge, ni avocat, ni procureur pour intervenir dans cette affaire. Cependant, elle a fait croire au plaignant qu’elle connaissait quelqu’un au tribunal qui peut l’aider à recouvrer son argent, alors que ce n’est pas vrai. C’est la raison pour laquelle, je vous demande de le condamner à 2 ans dont un ferme”, a requis le maître des poursuites. Pour sa part, la défense estime que le représentant du Ministère public est passé à côté du sujet. “ Il n’y a pas eu de remise dans ce dossier. La preuve, il n’y a aucun élément qui l’atteste et il n’y aussi aucun témoin. Il n’y a pas d’escroquerie dans cette affaire et je pense que les débats d’audience l’ont suffisamment démontré”, a martelé la robe noire qui a demandé au tribunal de renvoyer la dame des fins de la poursuite, sans peine ni dépens. Il obtiendra gain de cause car, en rendant sa décision, le tribunal a relaxé la prévenue.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15