Confidences

Escroquerie et charlatanisme- Safoura Sow, ancienne journaliste journaliste de la Rts, roulée dans la farine et perd près de 11 millions

  • Date: 3 septembre 2015

Incroyable mais vrai ! l’ancienne journaliste de la RTS, Safoura Sow Datt, a été grugée par un charlatan qui l’a appâtée avant de lui soutirer la rondelette somme de 10, 800 millions francs. l’affaire qui a atterri au tribunal a vu la comparution du « Serigne » et de son complice contre qui le procureur a requis une peine 2 ans dont un an ferme. le délibéré est attendu le 9 septembre prochain.

Mme Datt née Safoura Sow, ancienne journaliste de la RTS et conseillère en communication au ministère de la Formation professionnelle, ne va pas oublier sitôt la mésaventure qu’elle a narrée, hier, devant le Tribunal des flagrants délits de Dakar.

Grugée à hauteur d’un peu moins de 11 millions de F Cfa par Samba Diongue et Abass Ben Ousmane Sylla, elle a fini par saisir les juridictions sénégalaises pour se plaindre des agissements des mis en cause qui ont été attraits à la barre pour escroquerie, charlatanisme et association de malfaiteurs.

Que s’est-il passé ? Devant le juge, Safoura Sow a relaté sa mésaventure qui a débuté en 2011.

« J’ai fait la connaissance de Samba Diongue par l’intermédiaire d’un ami qui a fait les présentations par téléphone. Mon ami m’a fait savoir qu’il est le petit frère du marabout de Youssou Ndour et habite à Bandiagara. Empruntant la voix d’un vieillard, le « serigne » m’a expliqué au téléphone toute ma vie privée et publique. Il a relaté les causes de mon divorce point par point, la maladie de ma mère, de même que les problèmes que j’ai eus à la RTS avec une journaliste. Le vieux m’a fait savoir aussi que si je ne fais pas les offrandes qu’il me demande, j’allais mourir de même que ma fille unique. C’est ainsi qu’il a indiqué qu’il allait m’envoyer l’un de ses disciples pour que je lui remette 600.000 F Cfa pour les offrandes. Dès qu’il a empoché cette somme, le « serigne » est devenu injoignable. C’est par la suite qu’il m’a rappelée pour me dire qu’il était en contact avec les Djinns et c’est pour cela qu’il était injoignable. Il m’a suggéré de donner 2 millions Fcfa à un djinn qu’il va convoquer vers 3 heures du matin. Il m’a fait savoir que le Djinn apparaitra avec un visage humain pour que je n’aie pas peur. Mais aussi qu’il va me donner de l’eau bénite pour me blinder mystiquement, car mes ennemis sont prêts à me tuer. Par l’intermédiaire de Samba Diongue, je lui ai versé plusieurs fois des sommes d’argent qui ont avoisiné les 11 millions, sans que personne ne le sache » explique-t-elle au juge.

Poursuivant, elle explique : « Pa bi » déclarait au téléphone qu’il n’aime pas l’argent mais qu’il veut juste construire des mosquées car il en a déjà construites 17. C’est sur ces entrefaites que le soi-disant « serigne » a convoqué Abass Ben Ousmane Sylla au Nigéria pour qu’on lui remette 47 millions pour la construction d’une mosquée. Je ne l’ai jamais vu, on ne se parlait qu’au téléphone », précise-t-elle.

Sentant le besoin d’expliquer pourquoi elle n’en avait pas parlé, l’ancienne journaliste explique le « serigne » m’a suggéré de n’en piper mot à personne, sinon ma fille allait mourir. Malgré cette menace, j’ai raconté les faits à mon cousin, Noura Kane qui est au Nigéria. Ce dernier a soutenu qu’il voudrait le connaître ».

« Mon serigne m’a fait savoir qu’il a sorti Aïda Ndiongue de la prison »

Pour appâter sa proie et accomplir son forfait, le « serigne » s’est fait passer pour un vieillard de 90 ans et a raconté un tas de bobards pour tisser avec la journaliste les meilleurs liens en gagnant sa confiance. Ainsi, raconte Safoura Sow : « il m’a dit qu’il a aidé Aïda Ndiongue à sortir de prison et qu’il fait des prières pour Youssou Ndour. Comme toute chose à une fin, c’est le jour où je devais rencontrer le vieux que j’ai su toute la vérité ».

A l’en croire, c’est Samba Diongue qui était en même temps le « serigne » et le disciple. Pour Safoura Sow, ce dernier changeait sa voix pour donner l’air d’être un vieux de 90 ans alors qu’il en a en réalité 36.

« Le vieux qu’il m’a présenté ne connaissait même pas mon nom et me regardait d’un air bizarre. Samba Diongue versait des larmes devant le vieux, sous prétexte qu’il voyait Oumar Foutiyou Tall à travers lui. En réalité c’était pour davantage me leurrer. Ainsi, j’ai alerté la police et les mis en cause ont été arrêtés mais le vieux s’est enfui » argue Safoura Sow.

Devant la barre, Samba Diongue a nié les accusations de la partie civile. Et pour se défendre, il fait diversion en évoquant des problèmes de terrain.

« J’ai connu Safoura Sow à la soirée de Baba Maal. Par la suite, on a tissé des liens et elle m’a donné 10,800 millions pour que je lui achète un terrain à Ouest foire. Mais je devais lui prêter 15 millions pour compléter l’achat du terrain. Malheureusement, j’ai eu des problèmes et j’ai dépensé cet argent », soutient-il.

Appelé à la barre, Abass Ben Ousmane Sylla qui se faisait passer pour le vieux, déclare :

« J’ai fait la connaissance de Safoura Sow par l’intermédiaire de Samba Diongue. Je me suis présenté à elle sous le nom de « Pa bi », car c’est ce que Samba m’a demandé de dire ».

Une version qui a remis en cause les dénégations du charlatan. Les avocats de la partie civile ont réclamé 7,875 millions, car la famille du prévenu a déjà versé 3 millions de francs à la victime. Dans sa plaidoirie, le parquet a requis 2 ans dont un an ferme. Pour étayer son réquisitoire, le représentant du ministère public a estimé que le prévenu n’est pas crédible car il a avoué avoir dépensé cette somme d’argent à des fins personnelles.

Délibéré attendu le 9 septembre prochain.

L’As

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15