telechargement-5

ESCROQUERIE, FAUX ET USAGE DE FAUX ET RETRAIT FRAUDULEUX-  Ibrahima Thiam prend 2 ans dont 6 mois de prison ferme

Attrait à la barre par la Sonatel pour escroquerie, faux et usage de faux et retrait frauduleux, Ibrahima Thiam a été déclaré coupable. Il a été condamné à 2 ans dont 6 mois de prison ferme.

Lors des débats d’audience, il apparait que le sieur Ibrahima Thiam s’est présenté à l’agence Sonatel de Médina sous le nom de Pape Ibra Mar Ndiaye. C’était pour solliciter un changement de code de son compte Orange Money. Une opération qui passera comme lettre à la poste. Il se présentera à nouveau à l’agence pour refaire la même procédure, refusant de donner sa pièce d’identité. Face à la détermination de l’agent, il a fini par donner sa pièce avant d’être arrêté par les vigiles pour avoir utilisé un faux nom. Interrogée par les enquêteurs, la dame Mbodj, agent à la Sonatel, a indiqué que le prévenu s’est présenté devant elle pour procéder à une mutation. Elle lui a demandé sa pièce d’identité avant de le faire. Quelques jours plus tard, il s’est présenté encore à l’agence pour refaire le même forfait. C’est sur ces entrefaites que la dame sera informée par sa collègue que le mis en cause a utilisé la pièce d’identité d’une autre personne. Pour étayer ses propos, elle a renseigné que le vrai propriétaire de la pièce a eu à retirer auparavant la somme de deux cent neuf mille francs CFA (219.000) de son compte orange money.

Informaticien spécialisé dans la téléphonie, le mis en cause reconnait partiellement les faits qui lui sont reprochés. Selon lui, dans le cadre de ses activités, en tant que gérant de boutique orange, il avait fait la connaissance d’un de ses clients pour le compte duquel il effectuait des changements de noms, entre autres paramétrages. Ce dernier a constaté que sa puce a été entretemps attribuée à un autre client. Selon le mis en cause, il ignorait que le propriétaire de cette puce avait gardé une somme d’argent dans son compte. A l’en croire, il n’est pas l’auteur des faits qui lui sont reprochés, même s’il a eu à faire quelques manœuvres pour tenter de récupérer la puce. Malgré ces déclarations, la partie civile a réclamé le franc symbolique. Pour sa part, le ministère public, dans réquisitoire, déclare que les faits sont constants et ne souffrent de l’ombre d’aucun doute. Sur ce, il a requis deux ans dont un an ferme. Ce réquisitoire a été rejeté par la défense selon qui, il n’y a aucune preuve  pour asseoir la culpabilité de son client. Et si le tribunal estime qu’il est coupable, de lui faire une application bienveillante de la loi. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu le prévenu coupable avant de le condamner à 2 ans dont 6 mois de prison ferme.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …